Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘cela’

AVANT-DERNIER MOT (Jules Laforgue)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2019



AVANT-DERNIER MOT

L’Espace ?
— Mon Coeur
Y meurt
Sans traces …

En vérité, du haut des terrasses,
Tout est bien sans coeur.

La Femme ?
— J’en sors,
La mort
Dans l’âme …

En vérité, mieux ensemble on pâme
Moins on est d’accord.

Le Rêve ?
— C’est bon
Quand on
L’achève …

En vérité, la Vie est bien brève,
Le Rêve bien long.

Que faire
Alors
Du corps
Qu’on gère ?

En vérité, ô mes ans, que faire
De ce riche corps ?
Ceci,
Cela,
Par-ci
Par-là …

En vérité, en vérité, voilà.
Et pour le reste, que Tout m’ait en sa merci.

(Jules Laforgue)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

C’était cela (Alain Veinstein)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2019




    
C’était cela.
C’était donc cela.
Ce n’était que cela.
Pas lieu d’en faire une histoire…

J’en ai fait toute une histoire
et rien n’a bougé.
Il y a de la drôlerie à constater
que rien n’a bougé

depuis le premier cri,
que je me retrouve la bouche grande ouverte
dans un couloir que j’appelle la terre
et qui ne relie rien à rien.

(Alain Veinstein)

 

Recueil: Voix seule
Traduction:
Editions: Seuil

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mystique (Michel de Certeau)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018






Est mystique
celui ou celle
qui ne peut s’arrêter de marcher
et qui,
avec la certitude de ce qui lui manque,
sait de chaque lieu et de chaque objet
que ce n’est pas ça,
qu’on ne peut résider ici,
ni se contenter de cela.

(Michel de Certeau)

Illustration: Georges Antoine Rochegrosse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Ce n’est pas cela (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2018



Illustration: René Magritte
    
Ce n’est pas cela, ce n’est jamais cela,
même quand nous croyons que c’est cela.

(Roger Munier)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

J’aime mon corps lorsqu’il est avec ton corps (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 2 février 2018



Illustration: Irina Karkabi
    
j’aime mon corps lorsqu’il est avec ton
corps. Il devient une chose tellement nouvelle.
Muscles mieux et nerfs plus.
j’aime ton corps. j’aime ce qu’il fait,
j’aime ses comment. j’aime sentir la colonne
de ton corps et ses vertèbres,et tremblante
sa fermeté soyeuse et que je vais
encore et encore et encore
l’embrasser, j’aime embrasser ton ceci ton cela,
j’aime,lentement caresser le,scandaleux duvet
de ta toison électrique,et le qu’arrive-t-il
sur la chair entrouverte… Les grands yeux miettes d’amour,

et il se peut que j’aime le frisson

de toi sous moi complètement nouvelle

***

i like my body when it is with your
body. It is so quite new a thing.
Muscles better and nerves more.
i like your body. i like what it does,
i like its hows. i like to feel the spine
of your body and its bones,and the trembling
-firm-smooth ness and which i will
again and again and again
kiss, i like kissing this and that of you,
i like,slowly stroking the,shocking fuzz
of your electric fur,and what-is-it comes
over parting flesh….And eyes big love-crumbs,

and possibly i like the thrill

of under me you so quite new

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: Erotiques
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Du vieux papier on fait du neuf (Henri Cazalis)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2017



Illustration: Pieter Brueghel l’Ancien
    
Du vieux papier on fait du neuf,
et des morts se font les vivants,
et toujours ainsi, jusqu’à la fin des siècles!

Or, si tout cela n’est que cela,
néant pour néant,
ne valait-il pas mieux
le néant calme?

(Henri Cazalis)

 

Recueil: Le livre du Néant
Editions: Alphonse Lemerre

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ô ce mot mystérieux (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2017



Ô ce mot mystérieux,
comment pourrais-je jamais le prononcer ?

Oh, comment puis-je dire :
Il n’est pas comme ceci et Il est comme cela ?

Si je dis qu’il est en moi,
l’Univers a honte de mes paroles;

Si je dis qu’Il est en dehors de moi,
je mens.

Des mondes intérieurs et extérieurs
Il fait une indivisible unité;

Le conscient et l’inconscient
sont les tabourets de ses pieds.

Il n’est ni manifesté ni caché ;
Il n’est ni révélé ni irrévélé.

Il n’y a pas de mot pour dire ce qu’Il est.

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il voit (Pascal Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 5 octobre 2016



 

Il voit

Maintenant il ferme les yeux
et il voit.
Il est toute chose
en n’étant ni ceci,
ni cela.

(Pascal Boulanger)

Illustration: Brendan Monroe

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Veux-tu vivre à jamais ? (William Carlos Williams)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2016



Veux-tu vivre
à jamais ? –
Cela
c’est l’essence
de la poésie.
Mais cela ne prend pas
toujours
la même forme.
La plupart du temps
cela consiste
à écouter
le rossignol
ou les fous.

(William Carlos Williams)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oui, oui, c’est cela, c’est cela ! (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2016



Oui, oui, c’est cela,
c’est cela !
criait-elle.

Et son visage semblait éclairé
par quelque chose qui lui faisait face.

(Philippe Jaccottet)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :