Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘central’

Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2019




    
Tous les yeux s’étaient levés vers le haut de l’église.
Ce qu’ils voyaient était extraordinaire.

Sur le sommet de la galerie la plus élevée, plus haut que la rosace centrale,
il y avait une grande flamme qui montait entre les deux clochers
avec des tourbillons d’étincelles,
une grande flamme désordonnée et furieuse
dont le vent emportait par moments un lambeau dans la fumée.

Au-dessous de cette flamme, au-dessous de la sombre balustrade à trèfles de braise,
deux gouttières en gueules de monstres vomissaient sans relâche cette pluie ardente
qui détachait son ruissellement argenté sur les ténèbres de la façade inférieure.

À mesure qu’ils approchaient du sol,
les deux jets de plomb liquide s’élargissaient en gerbes,
comme l’eau qui jaillit des mille trous de l’arrosoir.
Au-dessus de la flamme,
les énormes tours, de chacune desquelles on voyait deux faces crues et tranchées,
l’une toute noire, l’autre toute rouge,
semblaient plus grandes encore de toute l’immensité de l’ombre qu’elles projetaient jusque dans le ciel.

Leurs innombrables sculptures de diables et de dragons prenaient un aspect lugubre.
La clarté inquiète de la flamme les faisait remuer à l’œil.
Il y avait des guivres qui avaient l’air de rire,
des gargouilles qu’on croyait entendre japper,
des salamandres qui soufflaient dans le feu,
des tarasques qui éternuaient dans la fumée.
Et parmi ces monstres ainsi réveillés de leur sommeil de pierre
par cette flamme, par ce bruit,
il y en avait un qui marchait et qu’on voyait de temps en temps
passer sur le front ardent du bûcher
comme une chauve-souris devant une chandelle.
(Victor Hugo)

 

Recueil: Notre-Dame de Paris
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je ne pense en ce moment à rien (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 29 octobre 2018



Je ne pense en ce moment à rien
Et cette chose centrale, qui n’est rien du tout,
M’est aussi agréable que l’air de la nuit,
Frais par contraste avec l’été chaud du jour.
Je ne pense en ce moment à rien, que c’est bon!

(Fernando Pessoa)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 10 Comments »

Où est le point central de l’arbre (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2018



Illustration: Chaude Diy
    
Où est le point central
De l’arbre, là
Où il ressent
Le plus ?

(Eugène Guillevic)

 

Recueil: Relier
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

D’où écris-tu ? (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2018



Illustration: Francine Van Hove
    
D’où écris-tu ?
D’un lieu indéfini et pourtant central.
D’une soif, d’un manque, d’un désir…
D’un manque qui est sans doute un moteur,
une poussée vers l’avant.

(Andrée Chedid)

 

Recueil: Rencontrer l’inespéré
Traduction:
Editions: Paroles d’Aube

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Saluer (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2017


moai

 

Dans les pierres, dans leur intérieur,
Il n’y a rien d’autre que la pierre
A saluer.
Mais saluant la pierre,
Qu’est-ce que tu salues?
C’est le tournoiement
Que tu as aussi?
Ou c’est plus lointain
Et c’est plus central,
Un refus de dire
Creusé dans le oui?

(Guillevic)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans le train (Laurent Albarracin)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2017



Dans le train.
Le premier plan tourne à toute allure
tandis que l’arrière-plan est proche de la fixité centrale.
Foncer, aller droit,
c’est longer des cercles.

(Laurent Albarracin)

 Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne pense à rien (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 5 mars 2017



Je ne pense à rien
Et cette chose centrale, qui n’est aucune chose,
M’est agréable comme l’air de la nuit,
Frais par contraste avec l’Été brûlant du jour.

(Fernando Pessoa)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rougeoiement du brasier central (Christian Hubin)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2016



nathalie-montel-fillette-20-800x600

Rougeoiement du brasier central.
Le grand laurier luit.

Une fillette plante
un bois d’allumette
sous un portique de fétus.

Elle répète un geste.

Elle dit un nom.

Il n’a pas de fin.

(Christian Hubin)

 Illustration: Nathalie Montel

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :