Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘centre’

Centre (Henry Bauchau)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2020




Ne pas
ne pas croire
qu’on est au centre

Ne pas
ne pas croire
qu’on n’y est pas

(Henry Bauchau)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Où est le centre? (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2020



Si ton corps
N’est pas le centre,
Où est le centre?

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , | 9 Comments »

En creux (Martine Broda)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2020



Chantal Dufour -L-Oiseau-vert-1994 [1280x768]

 

en creux
d’un plein présence
la brûlure est réelle

qui n’a rien est
ne peut rien perdre

le monde était autour
d’un grand jardin brûlé

le vide était un centre
où tout se recréait

l’amour dans le regard
ne peut manquer d’amour

(Martine Broda)

Illustration: Chantal Dufour

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le centre est là (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2020




    
Le centre est là
Où se révèlent
Un Oeil qui voit,
Un Coeur qui bat.

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le centre est là (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2020



    

Le centre est là
D’où jaillit
le souffle rythmique
En vivifiante vacuité

Sans qu’on s’y attende
Autour de soi
et droit au coeur
Voici les ondes
Natives et vastes
Résonnant
Depuis l’ici même
jusqu’au plus lointain
De leur toujours déjà là
de leur toujours commençante
Mélodie

(François Cheng)

 

Recueil: A l’orient de tout
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Testament (Taras Chevtchenko)

Posted by arbrealettres sur 28 janvier 2020



Taras Chevtchenko 
    
Le Testament

A ma mort, enterrez-moi
Dans une tombe
Au centre des grandes steppes
De ma douce Ukraine,
Contemplant les pâturages infinis,
Et le Dniepr, et ses falaises
Afin que je puisse entendre
Son profond rugissement.
Quand il charriera d’Ukraine
Et jettera dans la mer bleue
Le sang hostile … Je quitterai alors
Et les prairies et les montagnes.
Je laisserai tout et rejoindrai
Dieu Lui-même
Pour prier … Mais avant ça
Je ne connaitrai pas Dieu.
Enterrez-moi et levez-vous
Brisez vos chaînes
Et le sang maléfique des ennemis
Faites-le couler.
Et alors dans la grande famille,
Dans cette nouvelle famille libre,
N’oubliez pas de vous souvenir de moi
Silencieusement, en toute intimité.

***

Заповіт

Як умру, то поховайте
Мене на могилі
Серед степу широкого
На Вкраїні милій,
Щоб лани широкополі,
І Дніпро, і кручі
Було видно, було чути,
Як реве ревучий.
Як понесе з України
У синєє море
Кров ворожу… отойді я
І лани і гори —
Все покину, і полину
До самого Бога
Молитися… а до того
Я не знаю Бога.
Поховайте та вставайте,
Кайдани порвіте
І вражою злою кров’ю
Волю окропіте.
І мене в сем’ї великій,
В сем’ї вольній, новій,
Не забудьте пом’янути
Незлим тихим словом.

***

A Vontade

Na minha morte, me enterre
Em um túmulo
No centro das grandes estepes
Da minha doce Ucrânia
Contemplando as pastagens infinitas,
E o Dnieper e suas falésias
Para que eu possa ouvir
Seu rugido profundo.
Quando ele vai carrinho da Ucrânia
E vai jogar no mar azul
O sangue hostil … eu vou sair então
E prados e montanhas.
Vou deixar tudo e me juntar
O próprio Deus
Para rezar … Mas antes disso
Eu não conhecerei Deus.
Me enterre e levante-se
Quebre suas correntes
E o sangue maligno dos inimigos
Faça fluir.
E então na grande família,
Nesta nova família livre,
Não se esqueça de lembrar de mim
Silenciosamente, em total privacidade.

(Taras Chevtchenko)

Site : http://artgitato.com/
Traduction: Français Jacky Lavauzelle / Ukrainien / Portugais Jacky Lavauzelle
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Paysage Suburbain (Marie-Anne Bruch)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2020




    
Paysage Suburbain

Les feuillages murmurent au vent de doux secrets et le chat fronce les sourcils devant l’injustice ambiante.
Entre ton visage et le mien il y a la nudité des sentiments et le fin réseau des regards entremêlés.
Depuis que tu es au centre de mon univers, je ne connais plus ni le froid du manque ni la brûlure du désespoir.
L’arbre en forme de flamme danse dans la tiédeur de l’automne, et renverse les pétales du soleil sur la terre mauve.

(Marie-Anne Bruch)

 

Recueil: Revue Cabaret, numéro 31
Traduction:
Editions: Alain Crozier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRINTEMPS INDIEN (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2019



 

nuit nord

PRINTEMPS INDIEN

A la recherche de l’Amérique rouge
pêcheur d’origines

« commencer à recommencer »

dans l’extrême Nord-Ouest

blancheur brumeuse dans l’air
l’âme de l’hiver éclate
et une étoile bleue hurle haut dans le ciel

le sang bondit
la main touche aux racines

le centre jaillit de partout

la réalité s’ouvre
incandescente

*

INDIAN SPRING

In search of red America
fisher of origins

« to begin to begin again »

now up in the high North-West

smoky whiteness in the air
soul of winter
breaking out into blue yelling star

the blood leaps
the hand touches roots

the centre starts from everywhere
reality’s blazed

(Kenneth White)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Centre imprenable (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2019




Centre imprenable

que j’aille par le nord
où s’avancent mes pas
ou que je reste au sud
saisie par mes pensées
que je voyage ailleurs
sans mémoire imaginant
le souvenir dépouillé
de distance sur la côte
que j’habite les règnes
du rêve ou les empires
de l’amour tout sera
équidistant du même
centre imprenable

(Silvia Baron Supervielle)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au clocher vers midi (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2019




Au clocher vers midi,
L’horloge devient blanche
Et pèse comme un oeuf
Au centre de la paille.

(Guillevic)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :