Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘chacal’

CARAVANE (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2016



CARAVANE
A Olivier Pain.

Oh ! ne savoir jamais les dates,
Boire de l’eau, manger des dattes !

Les déserts ont des chemins longs
Plus gais vraiment que nos salons.

Quel soleil ! Ça manque de femmes :
Ces chameliers sont bien infâmes.

Ils ne nous versent pas de bocks
Et nous vendent des bijoux tocs.

Entre marcheurs on se dénigre :
Rien ! Quel ciel ! Même pas du tigre !

Oh ! le désert ! Assez, assez !
Rien que des chameaux désossés,

Des chacals, des rats et du sable
L’eau rare et le biscuit… passable,

Et l’on traverse tout cela
Loin du boudoir loin du gala

On vit, on va plein d’espérance :
Parce qu’on est des gens de France.

(Charles Cros)

Illustration: Caroline Duvivier
 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Descendez les rivières (Jean-Dominique Rey)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2016



Descendez les rivières
entre limon et chacal
inscrivez juste au centre
l’oiseau couleur d’humus
la terre ici ronge les dieux
et les ibis bâillent au néant

(Jean-Dominique Rey)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA PLUIE LENTE (Gabriela Mistral)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2015



LA PLUIE LENTE

Cette eau craintive et triste
comme un enfant qui souffre,
avant de toucher terre
défaille.

Calmes, l’arbre et le vent,
mais dans le pur silence
tombent ces larmes fines
amères !

Le ciel est un immense
coeur qui se fend, amer.
La pluie ? Long saignement
très lent !

Cette amertume, l’homme,
chez lui, ne la surprend,
cette eau triste qu’envoient
les hauteurs !

Cette longue et lassante
descente d’eaux vaincues,
vers la Terre qui gît
transie !

il pleut… Chacal tragique,
la nuit, dans la sierra.
Que va-t-il donc surgir
de la Terre ?

Dormirez-vous, si tombe
cette eau qui souffre, inerte,
cette eau létale, soeur
de la mort ?

***

LA LLUVIA LENTA

Esta agua medrosa y triste,
como un niño que padece,
antes de tocar la tierra
desfallece.

Quieto el árbol, quieto el viento,
¡y en el silencio estupendo,
este fino llanto amargo
cayendo!

El cielo es como un inmenso
corazón que se abre, amargo.
No llueve: es un sangrar lento
y largo.

Dentro del hogar, los hombres
no sienten esta amargura,
¡este envío de agua triste
de la altura!

Este largo y fatigante
descender de aguas vencidas,
¡hacia la Tierra yacente
y transida!

Llueve…, y como un chacal trágico
la noche acecha en la sierra.
¿Qué va a surgir, en la sombra,
de la Tierra?

¿Dormiréis, mientras afuera
cae, sufriendo, esta agua inerte,
esta agua letal, hermana
de la Muerte?

(Gabriela Mistral)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :