Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Chang Wou Kien)’

LA DERNIÈRE PROMENADE (Chang Wou Kien)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2016



tulipe m

LA DERNIÈRE PROMENADE

Tu as laissé tomber dans la poussière
la tulipe rouge que je t’avais donnée.
Elle était devenue blanche.
En ce bref instant il avait neigé sur notre amour.

(Chang Wou Kien)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POÉSIE D’UN VOYAGEUR (Chang Wou Kien)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2016



POÉSIE D’UN VOYAGEUR

Quand la brise gonfle tes deux robes de soie,
tu ressembles à une déesse vêtue de nuages.

Quand tu passes, les fleurs des mûriers te respirent.
Quand tu emportes des glycines que tu as cueillies,
elles tremblent de joie.

Des cercles d’or étreignent tes chevilles.
Des pierres bleues luisent à ta ceinture.
Un oiseau de jade a fait son nid dans ta chevelure.
Tes joues se mirent dans les grandes perles de ton collier.

Quand tu me regardes, je vois couler le fleuve Yuen.
Quand tu me parles, j’entends la musique du vent dans les pins de mon pays.

Quand un cavalier te rencontre, au crépuscule,
il croit que c’est déjà l’aurore,
et il arrête brutalement son cheval.

Quand un mendiant t’aperçoit, il oublie sa faim.

(Chang Wou Kien)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

NOTRE BATEAU GLISSE (Chang Wou Kien)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2016



NOTRE BATEAU GLISSE

Notre bateau glisse sur le fleuve calme.
Au-delà du verger qui borde la rive,
Je regarde les montagnes bleues et les nuages blancs.

Mon amie sommeille, la main dans l’eau.
Un papillon s’est glissé sur son épaule,
A battu des ailes et puis s’est envolé

Longuement je l’ai suivi des yeux.
Il se dirigeait vers les montagnes de Tchang-nân

Était-ce un papillon, ou le rêve que venait de faire mon amie ?

(Chang Wou Kien)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

En files noires (Chang Wou Kien)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2016



 

hiroshize - vol d'oies sauvages par nuit de lune sur la baie de takanawa [1280x768]

En files noires,
des oies sauvages traversent le ciel.
On voit, dans les arbres,
des nids abandonnés.
Les montagnes semblent plus lourdes.

J’ai trouvé près de ma fontaine,
la flûte de jade
que tu avais perdue, cet été.
L’herbe haute l’avait soustraite à nos recherches.

Mais l’herbe est morte,
et la flûte brillait au soleil, ce soir.
J’ai pensé à notre amour,
qui est resté si longtemps
enseveli sous nos scrupules.

(Chang Wou Kien)

Illustration: Hiroshige

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :