Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘charpentier’

VISITATION (Marie Noël)

Posted by arbrealettres sur 24 septembre 2018




    
VISITATION
En ce temps-là, Marie se levant,
s’en alla en hâte au pays des montagnes.
Luc, 1, 39.

PRÉLUDE

La femme du charpentier
A pris un petit sentier
Qui va dans les fleurs et gagne
Un pays de la montagne
En suivant les églantiers.

Elle est partie au réveil,
Le coeur frais dans le soleil.
À peine elle ouvre sa porte
Que la joie au foin l’emporte
À travers l’été vermeil.

À sa cousine là-bas,
Elle apporte de ce pas
Sous son voile une nouvelle
Si merveilleuse, si belle,
Que c’est à n’y croire pas.

Son secret tremble et pourtant
Veut s’échapper à l’instant…
Les petits oiseaux qui vivent
Dans le bleu du ciel la suivent
Pour chanter en même temps.

Son chemin va tout entier
Se jeter dans l’amitié.
Le monde en fleurs l’accompagne…
Un toit, là, sur la montagne,
L’attend près du noisetier.

(Marie Noël)

 

Recueil: Les Chansons et les Heures / Le Rosaire des joies
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Son fils et lui (Norge)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018



Son fils et lui

Non, lui, je ne l’ai pas connu,

Mais son fils était un bel homme
Doux qui avait débuté comme
Charpentier, puis, vers les trente ans,
S’était mis à prêcher les gens.

Non, lui, je ne l’ai pas connu,

Mais son fils, je le vois encore
Raisonnant, redressant les torts,
Et suivi de quelques nomades,
Guérissant partout les malades.

Non, lui, je ne l’ai pas connu,

Mais son fils acquit un prestige
Merveilleux dû à ses prodiges
De tendresse et de vérité.
On l’aimait, rien qu’à l’écouter.

Non, lui, je ne l’ai pas connu.

D’ailleurs, il s’intéressait peu
A ce fils assez malchanceux
Qui se rendit antipathique
A tous les pouvoirs politiques.

Non, lui, je ne l’ai pas connu,

Et pourtant, son fils l’adorait.
I1 disait : moi, ce que j’espère
Et qu’à tous je souhaiterais
C’est d’aller vivre chez mon père.

Non, lui, je ne l’ai pas connu.

I1 ne fit absolument rien
Pour sauver ce fils, un vrai saint
Qui fut jugé par injustice
Et mourut dans d’affreux supplices.

Mais lui, je ne l’ai pas connu.

(Norge)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Clef des Songes (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 17 février 2018



Illustration: Nathalie Ragoust
    
La Clef des Songes

1
Cuisinière ou poétesse
Buss’nessman ou charpentier
Tout l’ monde aime la paresse
Le loisir, le sommeil et rêver
Car le rêve est un spectacle
C’est un billet de faveur
Dont la nuit fait cadeau au rêveur
Fortune qui nous est due
C’est un quotidien miracle
Une nuit sans rêver
Sans aimer
Est perdue.

Refrain 1
La Clef des Songes m’a dit
Rêver d’eau claire
Et de soleil qui resplendit
Ou qu’on perd une molaire
C’est bon signe
Voir un cygne
C’est bon signe
Voir des vignes
C’est bon signe
C’est l’amour le bonheur qui la nuit
Sont venus visiter votre lit
Écoutez la Clef des Songes
Même si c’est des mensonges
Rêvez en dormant
Car le jour on n’a pas le temps.

2
L’autre jour ma p’tite amie
Avec un gros va-nu-pieds
M’a trompé quelle infamie
Je l’ai su, je l’ai épiée
Et le soir dans ma colère
J’achetais un revolver
À six coups, bien en main, pour gangster
Méditant crime et suicide
J’hésitais sur la manière
Dont j’allais me venger
Et juger
La perfide.

Refrain 2
La Clef des Songes m’a dit
Dans son langage
Le lendemain après un’ nuit
De cauch’mars et de carnages
Bon présage
— L’encornage
Bon présage
— Rêver d’cage
Bon présage
Oui l’amour le bonheur cette nuit
Sont venus te bercer dans ton lit
Écoute la Clef des Songes
Et pardonne les mensonges
Pardonne à l’instant.
Car demain il n’ serait plus temps.

3
Au dernier tour de lot’rie
Je n’ai pas gagné un clou
Et j’ai juré sur ma vie
De ne plus risquer un sou
Dans un’ belle tirelire
J’aurais caché en secret
Mes gros sous, mon argent, mes billets
J’aurais amassé fortune
Pour ach’ter ce que j’ désire
Un’ maison un château
Une auto
Ou la lune.

Refrain 3
La Clef des Songes m’a dit
Dans son langage
Le lendemain après un’ nuit
D’additions et de mirage
Bon présage
Héritage
Bon présage
Bon présage
Prends courage
La chance et la fortun’ cette nuit
Sont venues t’inspirer dans ton lit
Écoute la Clef des Songes
Car ce n’est pas un mensonge
Prends l’ billet gagnant
Car demain il n’ sera plus temps.

(Robert Desnos)

 

Recueil: Les Voix intérieures
Traduction:
Editions: L’Arganier

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A quelle caste appartient un saint (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2017



Il n’est pas besoin de demander à quelle caste appartient un saint.
Car le prêtre, le guerrier, le commerçant, et toutes les trente-six castes,
sont également en quête de Dieu.

Le barbier s’est mis en quête de Dieu,
la lessiveuse, le charpentier
Même Raidas s’était mis en quête.

Le Rishi Swapacha était tanneur d’après sa caste.
Hindus et Moslems tout de même ont achevé
cette fin où ne subsiste plus aucune marque de distinction.

***

It is needless to ask of a saint the caste to which he belongs;
For the priest, the warrior, the tradesman, and all the thirty-six castes,
alike are seeking for God.

It is but folly to ask what the caste of a saint may be;
The barber has sought God, the washerwoman, and the carpenter —
Even Raidas was a seeker after God.

The Rishi Swapacha was a tanner by caste.
Hindus and Moslems alike have achieved that
End, where remains no mark of distinction.

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Architectes et maçons (Werner Lambersy)

Posted by arbrealettres sur 18 septembre 2016



Architectes et maçons
Montèrent des murs
Depuis le trou des ténèbres

On n’aurait pas pu
Glisser une feuille
Entre les blocs

Les soleils dansèrent
Sur les marches du seuil
Et les étoiles
Finirent les fenêtres

Couvreurs et charpentiers
Des crépuscules
Achevèrent le travail

Tous se dirent
Que d’être vide ainsi
Rendait le temple plus beau

Aussi s’en allèrent-ils
Sans rien dire du poème.

(Werner Lambersy)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ODE AU NAVIRE DANS LA BOUTEILLE (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2015




ODE AU NAVIRE DANS LA BOUTEILLE

Jamais
personne n’a navigué
comme sur ton bateau :
le jour
transparent
n’a jamais eu
d’embarcation
pareille
ce minime pétale
de verre
qui emprisonna
tes formes
de rosée,
bouteille,
au vent
de qui
va le voilier,
bouteille,
oui,
ou vivante
traversée,
essence
du trajet,
capsule
de l’amour sur les vagues,
oeuvre
des sirènes!

Je sais que
dans ta gorge
délicate
sont entrés
de tout petits
charpentiers
volant
sur une abeille, des mouches portant
sur leur dos
des outillages,
des clous, planches,
cordages
minuscules,
et ainsi dans une bouteille
le navire parfait
a grandi :
la coque fut noyau de sa beauté,
dressant ses mâts fins comme épingles.

Alors
à
ses
tou-
tes
pe-
tites
îles
retourna tout le chantier
et pour naviguer
entra
dans la bouteille
en chantant,
minuscule et bleu,
l’équipage.

Ainsi, bouteille,
au milieu
de ta
mer, de ton ciel,
s’est dressé
un navire,
petit,
oui,
minuscule
pour cette immense mer qui l’attendait :

la vérité
est que personne
ne l’a construit
et qu’il ne voguera jamais que dans les songes.

(Pablo Neruda)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :