Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘Chine’

L’EMPEREUR DE CHINE (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018



L’EMPEREUR DE CHINE

Mais oui, on sait bien que vous êtes l’empereur de Chine.
Mais pourquoi le crier à tue-tête ?
Il serait plus profond, plus rare, plus distingué
de ne le dire à personne.
Les vrais empires sont secrets.
Et quel plaisir de régner à l’insu de tous !

(Norge)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Rossignol de Chine (Norge)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2018



Le Rossignol de Chine

Il y a une certaine façon de chanter chinois pour ces oiseaux-là.
On n’y comprend rien. Aux rossignols de France on ne comprend rien non plus.
Mais quand même, on sent qu’ils parlent français.

(Norge)

découvert ici chez laboucheaoreilles

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

EN CHINE (Norge)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2018



EN CHINE

Alors, la jambe, ça va, père Wan-tou-fou ?
Vous êtes alerte, ce matin.
— Guérie, cher enfant, elle est meilleure que l’autre maintenant.
— Et madame Wan-tou-fou ?
— Rajeunie, délicieuse, de nouveau dix-sept ans ;
les seins de jade et elle m’adore.
— C’est le bonheur, ô Wan-tou-fou et cependant ce fils mort et la guerre ?
— Ressucité, mon ami, resssucité. Il remplit la maison de ses chants.
J’ai demandé ces bienfaits à Bouddha qui m’a tout accordé sur l’heure.

Et Wan-tou-fou s’en fut, claudiquant de plus belle.

(Norge)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Tung-whang-fung (Louis Bouilhet)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2018



5453ee08

Le Tung-whang-fung

La fleur Ing-wha, petite et pourtant des plus belles,
N’ouvre qu’à Ching-tu-fu son calice odorant ;
Et l’oiseau Tung-whang-fung est tout juste assez grand
Pour couvrir cette fleur en tendant ses deux ailes.

Et l’oiseau dit sa peine à la fleur qui sourit,
Et la fleur est de pourpre, et l’oiseau lui ressemble,
Et l’on ne sait pas trop, quand on les voit ensemble,
Si c’est la fleur qui chante, ou l’oiseau qui fleurit.

Et la fleur et l’oiseau sont nés à la même heure,
Et la même rosée avive chaque jour
Les deux époux vermeils, gonflés du même amour.
Mais quand la fleur est morte, il faut que l’oiseau meure.

Alors, sur ce rameau d’où son bonheur a fui,
On voit Pencher sa tête et se faner sa plume.
Et plus d’un jeune coeur, dont le désir s’allume,
Voudrait, aimé comme elle, expirer comme lui.

Et je tiens, quant à moi, ce récit qu’on ignore
D’un mandarin de Chine, au bouton de couleur.
La Chine est un vieux monde où l’on respecte encore
L’amour qui peut atteindre à l’âge d’une fleur.

(Louis Bouilhet)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’extrémité des branches est triste (Yôsai)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2018



 

L’extrémité des branches est triste en Chine.
Les feuilles d’érables du Japon, et ma mère,
Sont-elles tombées ? …

(Yôsai)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La page est blanche d’une blancheur aveuglante (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2018



Illustration
    
La page est blanche d’une blancheur aveuglante
Page donne-moi ta blancheur
page d’un chevalier sans peur
où d’une main tremblante
j’écrirai les premiers mots de la première phrase
au noir de fumée de Chine
Page table rase
faut-il déjà y peindre un signe
laisse-moi te contempler
sans points ni lignes
Tu es l’étincelant dragon blanc aux mille reflets
la rivière d’écumes tourbillonnantes
la fenêtre éblouissante
Laisse-moi un peu de répit avant de repartir à la mine
Je rentre au creux de l’origine

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le ciel (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2017




    

Le ciel est aujourd’hui beau comme un vase de Chine
C’est un jour à faire du soleil avec les mots
Et d’en haut la Terre doit être belle comme un poème de joie

(Pierre Albert-Birot)

 

Recueil: Poèmes à l’autre moi précédé de La Joie des sept couleurs et suivi de Ma morte et de La Panthère noire
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’oiseau (Jules Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2017



Un boeuf gris de la Chine,
Couché dans son étable,
Allonge son échine
Et dans le même instant
Un boeuf de l’Uruguay
Se retourne pour voir
Si quelqu’un a bougé.
Vole sur l’un et l’autre
A travers jour et nuit
L’oiseau qui fait sans bruit
Le tour de la planète
Et jamais ne la touche
Et jamais ne s’arrête.

(Jules Supervielle)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :