Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘choucas’

Les paroles de l’eau (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2019




    
Les paroles de l’eau

La lumière était de plus en plus lumière
clarté pure et sèche froide avec douceur
pendant que nous montions le chemin des alpages
où les clochettes des vaches tintent nonchalamment
Nous avons pris ensuite le sentier de terre
qui longe la forêt de grands sapins noirs
noirs du noir bleuté d’un plumage de choucas

Tout le long de la route une eau secrète nous parle
visible un instant quand le léger ruisselet traverse
le sentier puis de nouveau cachée mais toujours s’enchantant
parole de fraîcheur patience murmurée
l’incessante la volubile l’eau qui avance à notre pas

Toi dans ma vie ma chantante en sourdine
rire caché dans l’herbe source ma continuelle

(Claude Roy)

 

Recueil: À la lisière du temps suivi de Le voyage d’automne
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En hiver (Georg Trakl)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2018



En hiver

Le champ brille blanc et froid.
Le ciel est solitaire et immense.
Des choucas tournent au-dessus de l’étang
Et des chasseurs descendent de la forêt,

Un mutisme habite les cimes noires des arbres.
Le reflet d’un feu s’échappe des cabanes.
Parfois très loin sonne un traîneau
Et lentement monte la lune grise.

Un gibier saigne doucement sur le talus
Et des corbeaux pataugent dans des rigoles sanglantes
Le roseau frémit jaune et haut.
Gel, fumée, un pas dans le bois vide.

(Georg Trakl)

Découvert chez la boucheaoreilles ici

Illustration: Jean François Millet

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Va-t-il donc nous arriver des choses fabuleuses? (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2015


2415205513_1

va-t-il donc nous arriver
des choses fabuleuses?
la correction du choucas
les démarches de l’huissier
la partition des fils électriques
l’oblique éclat des averses
sont autant de présages
qui balisent les jours

et le bouquet d’anémones
qui s’ouvre soudain sur la table
entre le litre vide et les livres
me parle d’un autre ciel
je n’en crois pas mes oreilles

(Jean-Claude Pirotte)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :