Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘chuter’

Je vous envoie un bouquet (Pierre de Ronsard)

Posted by arbrealettres sur 1 janvier 2019




Je vous envoie un bouquet que ma main
Vient de trier de ces fleurs épanouies;
Qui ne les eût à ce vêpre cueillies
Chutes à terre elles fussent demain.

Cela vous soit un exemple certain
Que vos beautés bien qu’elles soient fleuries
En peu de temps cherront toutes flétries
Et comme fleurs périront tout soudain.

Le temps s’en va, le temps s’en va, ma Dame,
Las ! le temps non, mais nous, nous en allons,
Et tôt serons étendus sous la lame ;

Et des amours desquelles nous parlons,
Quand serons morts, n’en sera plus nouvelle;
Pour ce, aimez-moi cependant qu’êtes belle.

(Pierre de Ronsard)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Farineuse insomnie (Claude Pujade-Renaud)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2018



Illustration: Francine Van Hove
    
Farineuse insomnie
néant friable

Sommeil titubant
on chemine on écrit
de travers

Tournant
sur l’ aire
meulant
un grain maigre

On se perd
des mots chutent
se dispersent
poussière
charpie des nerfs
des chairs

Désir flou
de se résigner
à l’identité saumâtre
du jour et de la nuit

(Claude Pujade-Renaud)

 

Recueil: Instants incertitudes
Traduction:
Editions: Le Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NOCTURNE (Skipwith Cannell)

Posted by arbrealettres sur 10 novembre 2018



Illustration: Jody Bergsma
    
NOCTURNE

I
Tes pieds
Comme de petits oiseaux d’argent,
Tu les poses sur les chemins charmants ;
Ainsi je te suivrai,
Toi Colombe aux Yeux D’or,
Sur n’importe quel chemin je te suivrai,
Car la lumière de ta beauté
Éclaire ma route comme une torche.

II
Tes pieds sont blancs
Sur l’écume de la mer;
Serre-moi fort, toi Cygne brillant,
De peur que je chute,
Et dans les eaux profondes.

III
Longtemps j’ai été
Le Chanteur sous la Croisée
Et maintenant je suis las.
Je suis malade de désir,
O ma Bien-aimée;
Prends-moi donc avec toi
Vite
Sur notre chemin.

IV
Du filet de tes cheveux
Tu as pêché en mer
Et un poisson étrange
Fut pris dans ton filet;
Car ta chevelure,
Bien-aimée,
Tient mon coeur
Dans sa toile d’or.

V
Je suis las de l’amour et tes lèvres
Sont des coquelicots éclos au petit jour.
Donne-moi donc tes lèvres
Que je puisse connaître le sommeil.

VI
Je suis fatigué de désir,
Je suis faible d’amour;
Car sur ma tête le clair de lune
Est tombé
Comme une épée.

(Skipwith Cannell)

 

Recueil: Des Imagistes Anthologie
Traduction:
Editions: La Nerthe

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Notre trouble vie (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2018



    

Notre trouble vie se déroule sur fond
D’un Dieu méconnu. À chaque désastre,
Nous butons ou chutons sur lui, toujours
Le même, inaltérablement autre…

(François Cheng)

 

Recueil: Enfin le royaume
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un camélia chute… (Keiko Niwa)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2018



Un camélia chute…
La profondeur de la nuit
semble sondée

(Keiko Niwa)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Après tant de portes (Hélène Dorion)

Posted by arbrealettres sur 11 mars 2018




    
Après tant de portes
il n’y a plus d’autre porte.
Juste ton visage, ton âme
qui guérit de tout
ce qui fut brisé, échappé, perdu
de notre éternité.

Je reviens vers chaque absence
où mon corps a chuté, je reviens
aux premiers battements de coeurs.

(Hélène Dorion)

 

Recueil: Sans bord sans bout du monde
Traduction:
Editions: La différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des pétales de pivoine chutent (Seishi Sagawa)

Posted by arbrealettres sur 30 octobre 2017



Des pétales de pivoine
chutent, attirant le vent
de tous côtés

(Seishi Sagawa)

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La belle fête (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2017




    
La belle fête

L’étoile qui tombit
— Pardieu la belle fête!
l’étoile qui tombit
le cheval qui sautit
le fleuve qui coulit
ils m’ont donné à rire
ils m’ont donné à rire
Bell’ dame!
à rire et à chanter.

La branche qui cassit
— Pardieu la belle fête!
la branche qui cassit
le cheval qui chutit
le char qui se rompa
le pont qui s’écroulit,
ils m’ont point tant fait rire,
ils m’ont point tant fait rire,
Bell’ dame!
tant rire que trembler.

La dame qui passit
— Pardieu la belle fête!

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des signes (Tahar Ben Jelloun)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017




    
Des signes chutent dans la paume de la main
C’est de la poussière du ciel
Des mots s’éclipsent et laissent des blancs
C’est le vide taillé dans l’écume
Une césure sur le chemin de l’ultime lumière.

(Tahar Ben Jelloun)

 

Recueil: Que la Blessure se ferme
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En germe (Jeanne Bessière)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2016



En germe : bruit
Pétale chute sur le bois
Pollen de l’œil anémone
En germe : faim
Salle close sur un doute
Marches taillées au pic
Biseaux facettes becs d’oiseaux
Coupe blanche sur le lin
Les marches sont très hautes
Des fruits violets
Bons à flairer
A dévorer vivants
Des langues dures qui flamboient
Agaves meurtrissures
J’ai replié les feuilles sur leur sang
Ouvert aux lampes sans visages
Balisé l’ombre
Taches d’encre
Mon destin se lit à l’envers
Dans les veines rousses du bois.

(Jeanne Bessière)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :