Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘cimier’

JEUX (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2017




JEUX

Qu’est-ce que je machine à ce fil pendu
A ce fil une étoile à la lumière
Vais-je mourir là pendu
Ou mourir un noyé fatigué de l’épave

Glissement dans la mer qui vous enveloppe
Une véritable soeur enveloppante

Et qui transpose la lumière en descendant
La conserve à vos yeux pour les emplir

Souviens-toi de la mer qui t’a bercé
Vieux mort bercé au glissement de ce parcours
Accompagné de lumière verte
Qui troubla d’un remous l’ordonnance de ses réseaux
A travers les couches de l’onde innombrable
Et maintenant dans les fonds calmes caressé d’algues
Souviens-toi des vagues et leurs bercements
Vieux mort enfoui dans les silences sous-marins.

Je me sens balancer à la cime d’un arbre
Non ces voix de femmes vous n’entamerez pas
La pureté de mon chant
Et si vous m’êtes hier fraternelles
Cette chaleur étouffée où je m’endormirais
J’ai trouvé ce soir dans ce cimier
Parmi le froissement des feuilles comme une onde
Le refuge parmi l’air clair espéré
La vie dans le souvenir de la fraîcheur.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

Illustration: Johnathan Harris

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me sens balancer (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2016



Je me sens balancer

Je me sens balancer à la cime d’un arbre
Non ces voix de femmes vous n’entamerez pas
La pureté de mon chant
Et si vous m’êtes hier fraternelles
Cette chaleur étouffée où je m’endormirais
J’ai trouvé ce soir dans ce cimier
Parmi le froissement des feuilles comme une onde
Le refuge parmi l’air clair espéré
La vie dans le souvenir de la fraîcheur.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :