Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘civilisé’

Agir et penser comme un chat (4) (Stéphane Garnier)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
Il n’y a pas besoin de sculpture
dans une maison où il y a un chat.

(Wesley Bates)

Il suffit de croiser son regard avec celui d’un chat
pour mesurer la profondeur des énigmes
que chaque paillette de ses yeux
pose aux braves humains que nous sommes.

(Jacques Laurent)

On ne possède pas un chat,
c’est lui qui nous possède.

(Françoise Giroud)

Les chats semblent avoir pour principe
que ça ne peut pas faire de mal
de demander ce qu’on veut.

(Joseph Wood Krutch)

Le chat est d’une honnêté absolue:
les êtres humains cachent, pour une raison ou une autre,
leurs sentiments.

(Ernest Hemingway)

Si les chats pouvaient parler,
ils ne le voudraient pas.

(Nan Porter)

L’homme est civilisé
dans la mesure où il comprend
le chat.

(George Bernard Shaw)

 

Auteur: Stéphane Garnier
Recueil: Agir et Penser comme un Chat
Editions: De l’Opportun

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

L’ESPÈCE HUMAINE (Raymond Queneau)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2017




    

L’ESPÈCE HUMAINE

L’espèce humaine m’a donné
le droit d’être mortel
le devoir d’être civilisé
la conscience humaine
deux yeux qui d’ailleurs ne fonctionnent pas très bien
le nez au milieu du visage
deux pieds deux mains
le langage
l’espèce humaine m’a donné
mon père et ma mère
peut-être des frères on ne sait
des cousins à pelletées
et des arrière-grands-pères
l’espèce humaine m’a donné
ses trois facultés
le sentiment l’intelligence et la volonté
chaque chose de façon modérée
l’espèce humaine m’a donné
trente-deux dents un coeur un foie
d’autres viscères et dix doigts
l’espèce humaine m’a donné
de quoi se dire satisfait

(Raymond Queneau)

 

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur la planète des mouches (Christian Morgenstern)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2015



Gare à l’homme qui se hasarde
sur la planète des mouches
Car là-bas la mouche lui fait
Ce qu’ici il fait à la mouche.

Des papiers tue-hommes y guettent
Notre humanité tout entière
Et des gobe-hommes l’y allèchent
Avec du sucre et de la bière.

Sur un point les mouches sont bien
Plus que l’homme civilisées:
On n’est jamais cuit dans leur pain
Ni avec de la bière avalé.

(Christian Morgenstern)

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :