Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Claude Malleville)’

À une dame qui lui demandait des énigmes (Claude Malleville)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2019



Olga Naletova    (41)

À une dame qui lui demandait des énigmes

Je suis en même temps et de glace et de flamme,
La crainte et le désir accompagnent mes pas,
Ma peine a ses plaisirs, mon mal a ses appas
Et ma propre douleur me tient lieu de dictame.

En cet étrange état où souvent je me pâme,
J’ignore également la vie et le trépas.
Les endroits où je suis, c’est où je ne suis pas
Et j’ai du mouvement, bien que je sois sans âme.

Mon esprit de mon corps est toujours dégagé,
Un astre fait la nuit où je me vois plongé,
Un aveugle me guide, un enfant me conseille.

Je suis dans la prison et j’erre en mille lieux.
Voilà le seul énigme, adorable merveille,
Où ne pénètre point la clarté de vos yeux.

(Claude Malleville)

Illustration: Olga Naletova

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La belle matineuse (Claude Malleville)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2017



Henrietta Rae 280 [1280x768]

La belle matineuse

I

Le silence régnait sur la terre et sur l’onde,
L’air devenait serein et l’Olympe vermeil,
Et l’amoureux Zéphir affranchi du sommeil
Ressuscitait les fleurs d’une haleine féconde.

L’Aurore déployait l’or de sa tresse blonde
Et semait de rubis le chemin du Soleil ;
Enfin ce dieu venait au plus grand appareil
Qu’il soit jamais venu pour éclairer le monde,

Quand la jeune Philis au visage riant,
Sortant de son palais plus clair que l’Orient,
Fit voir une lumière et plus vive et plus belle.

Sacré flambeau du jour, n’en soyez point jaloux !
Vous parûtes alors aussi peu devant elle
Que les feux de la nuit avaient fait devant vous.

II

L’étoile de Vénus si brillante et si belle,
Annonçait à nos yeux la naissance du jour,
Zéphire embrassait Flore, et soupirant d’amour,
Baisait de son beau sein la fraîcheur éternelle.

L’Aurore allait chassant les ombres devant elle,
Et peignait d’incarnat le céleste séjour,
Et l’astre souverain revenant à son tour,
Jetait un nouveau feu dans sa course nouvelle.

Quand Philis se levant avecque le soleil,
Dépouilla l’orient de tout cet appareil
Et de clair qu’il était le fit devenir sombre.

Pardon sacré flambeau de la terre et des cieux,
Sitôt qu’elle parut ta clarté fut une ombre,
Et l’on ne connut plus de soleil que ses yeux.

(Claude Malleville)

Illustration: Henrietta Rae

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »