Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘clouer’

– Devant la Porte – (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2018


jeanne-hebuterne-devant-une-porte-1919

J’avais passé – longtemps – loin de Chez moi –
Et à présent – devant la Porte –
Je n’osais ouvrir – de peur qu’un visage
De moi encore jamais vu

Ne me fixe impassible en ces lieux –
Seulement – une Vie que j’ai quittée –
Demeure-t-elle – toujours là?

Je rassemblai mon courage –
Scrutai longuement les Fenêtres –
Le Silence – comme un Océan déferla –
et se brisa à mon Oreille –

J’éclatai d’un rire Stupide –
A l’dée – de craindre une Porte –
moi qui avais affronté – Danger – et Deuils –
Et jamais tremblé – encore –

A la poignée j’ajustai – ma Main –
Avec d’inquiètes précautions –
De peur que la Porte Terrible ne bondisse –
et ne me cloue – au Sol –

Otai mes doigts, aussi prudemment que si c’était du Verre –

Et tendant l’Oreille – comme un Voleur
M’enfuis – en suffoquant – de la Maison.

(Emily Dickinson)

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

De ton visage (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 23 décembre 2017



Illustration: Oleg Zhivetin
    
De ton visage
fais couler le reste de la clarté
que ton visage se répande
ainsi que d’une amphore
la cascade du lait
lisse et portant ses mûres
pour ma soif et ma faim.
Je t’aime encore
tout cela qui t’enferme
donne-le moi nu jusqu’au fond.

Ma blanche mon unique étoile
ce n’est plus au ciel
qu’il faut te clouer
mais sur la terre
où tu règnes seule
mais sur le drap
que purifient nos noces.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je cherche de l’étrange et du neuf (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2017



 

Illustration: Julia Perret
    
Je cherche de l’étrange et du neuf dans les pages
Des vieux livres lus et relus.
Je rêve de grands oiseaux blancs disparus,
Je pressens l’instant arraché.

La rumeur de la vie m’émeut et me brise,
Les murmures, les cris me remuent.
Un rêve blanc m’a cloué, immobile,
Au rivage des temps retenus.

Blanche, dans l’abîme Tu es inflexible,
Dans la vie — sévère et coléreuse.
Inquiète en secret, en secret adorée,
Vierge, Lueur, Buisson Ardent.

Mais pâlissent les joues des Vierges aux cheveux d’or,
Les lueurs, comme songes, s’éteignent.
Et la flamme blanche du Buisson Ardent
Couronne d’épines les humbles et les sages.

(Alexandre Blok)

 

Recueil: Le Monde terrible
Traduction:Pierre Léon
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des étriers de chair (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 5 décembre 2017



Illustration: Claude Weisbuch
    
Des étriers de chair pendaient à vos coursiers
que vous saigniez de rage
et la colère obscure comme une peur prévoyante
clouait le doux gibier aux ronces de vos mains.

Qu’avez-vous respecté des dons de Dieu
que n’avez-vous pendu au gibet de vos corps
les vierges qui passaient dans l’eau de vos regards
vous leur lanciez des pièges

et des chansons tournaient, auréoles d’abeilles
autour de ces fronts dont le sang vous tentait
et vous les avez prises dans le plaisir des larmes
pour les prostituer à vos ventres blasés.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Lecture (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2017




    
Lecture

Il faut que le poème jaillisse du silence
blanc comme une mariée secrète et pâle
que chacun croira vierge.

Elle s’avancera lourde et seule
l’encens dans ses cheveux
le voile sous ses pas.

Ton front, lecteur aux yeux de mer vive,
est la lueur pâle des matins d’épousailles
elle attend ta démarche au seuil des églises
elle espère ton âme pleine de nues dorées.

Sa vie, sa vie chancelle
le mystère tournoie et tu vas le clouer,
attache de beauté sa beauté qui se trouve.

Car tu peux voir, je le jure, et comprendre,
sois humble et doux, et sentir le souffle
qu’un poète martyr écrasa sous les cierges.

Va ! ces noces sont un songe
Oh ! ne souille de pas qu’au pays de tes neiges
le blanc tapis tombé des cygnes de l’hiver.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chute sur les Bords du Temps (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 15 août 2017



Chute sur les Bords du Temps

L’oiseau du jour a dévoré les horizons,
les horizons qu’on a cousus avec des fils d’azur et de beau temps,
d’aveux et de prisons.
Sur le nez d’une ville,
la tête cachée sous un cercle d’aiguilles d’or
– est-ce pour clouer sous le charme de son plumage
le secret multicolore des paysages ! —
il gonfle son ventre de nostalgie.
Qu’il était doux de rire du sort
ainsi qu’un homme dont le vin a bu le crâne
en se baignant dans les seins voilés d’écume

Va-t-il rouler au pied du temps
l’oiseau du jour, l’oiseau tout velu de couleurs
l’oiseau prodigue comme le printemps !
Il glisse ses paupières
comme pour fermer à son regret toute sortie.
Quelques minutes ont coupé de l’arbre son cœur :
il doit rouler le long des pentes.
Son sang d’aigle vaincu, son sang noir,
a coulé sur la terre
comme les bouches muettes de la mort sur les cimetières.

(Lucien Becker)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qu’importe (José Marti)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2017



José Marti    1

 

Qu’importe si ton poignard
On me le cloue dans les reins ?
J’ai mes poèmes qui sont
Plus aigus que ton poignard !

Qu’importe si la douleur
Sèche les mers et les cieux ?
Car le vers, doux réconfort,
Naît ailé de la douleur.

(José Marti)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

De ton visage (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2017



Anna Razumovskaya _500

De ton visage
fais couler le reste de la clarté
que ton visage se répande
ainsi que d’une amphore
la cascade du lait
lisse et portant ses mûres
pour ma soif et ma faim.

Je t’aime encore
tout cela qui t’enferme
donne-le-moi nu jusqu’au fond

Ma blanche mon unique étoile
ce n’est plus au ciel
qu’il faut te clouer
mais sur la terre
où tu règnes seule
mais sur le drap
que purifient nos noces

(Alain Borne)

Illustration: Anna Razumovskaya

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le hibou (Guillaume Apollinaire)

Posted by arbrealettres sur 18 mai 2017



Mon pauvre coeur est un hibou
Qu’on cloue, qu’on décloue, qu’on recloue.
De sang, d’ardeur, il est à bout.
Tous ceux qui m’aiment, je les loue.

(Guillaume Apollinaire)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Un grand Espoir s’écroula (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 20 mars 2017



Un grand Espoir s’écroula
On ne perçut aucun bruit
Au-dedans était la Ruine
Ô Naufrage sournois
Qui ne se Trahit pas
Et n’admit nul Témoin

L’esprit bâti pour une Charge immense
Conçu pour la tourmente
Sombrant en Mer tant de fois
Et sur Terre, ostensiblement

Un refus de m’avouer la blessure
Et tant elle s’élargit
Que toute ma Vie s’y engouffra
Autour, ce n’étaient que failles –

Rabattu le simple couvercle qui bâillait au soleil
Jusqu’à ce que le tendre Menuisier
A jamais le cloue –

***

A great Hope fell
You heard no noise
The Ruin was within
Oh cunning Wreck
That told no Tale
And let no Witness in

The mind was built for mighty Freight
For dread occasion planned
How often foundering at Sea
Ostensibly, on Land

A not admitting the wound
Until it grew so wide
That all my Life had entered it
And there were troughs beside –

A closing of the simple lid that opened to the sun
Until the tender Carpenter
Perpetual nail it down –

(Emily Dickinson)


Illustration: Jacob-Peter Gowi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :