Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘cocagne’

C’est l’espérance folle (Guy Béart)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2018




C’est l’espérance folle
Qui nous console
De tomber du nid
Et qui demain prépare
Pour nos guitares
D’autres harmonies

S’élève l’espérance
Dans le silence
Soudain de la nuit
Et les matins qui chantent
Déjà enchantent
Nos soirs d’aujourd’hui

Viens
C’est la fête en semaine viens
Je t’attends,tu ne sais plus rien
Plus rien ne nous sépare viens
Viens
Si les larmes t’ont fait du bien
Ce sourire est déjà le lien
Avec les beaux jours qui viennent
Reviennent

C’est l’espérance folle
Qui carambole
Et tombe du temps
Je vois dans chaque pierre
Cette lumière
De nos coeurs battants

La mort c’est une blague
La même vague
Nous baigne toujours
Et cet oiseau qui passe
Porte la trace
D’étranges amours

Viens
C’est la fête en semaine viens
Je t’attends tu le sais plus rien
Plus rien ne nous sépare viens
Viens
Si les larmes t’ont fait du bien
Ce sourire est déjà le lien
Avec les beaux jours qui viennent
Reviennent

C’est l’espérance folle
Qui danse et vole
Au dessus des toits
Des maisons et des places
La terre est basse
Je vole avec toi

Tout est gagné d’avance
Je recommence
Je grimpe pieds nus
Au sommet des montagnes
Mâts de cocagne
Des cieux inconnus

(Guy Béart)

Illustration: Annagol

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le gitan (H. Giraud)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2016



Où vas-tu gitan?
Je vais en Bohème,
Où vas-tu gitan?
Revoir l’Italie,

Et toi beau gitan?
En Andalousie,
Et toi vieux gitan, mon ami?
Moi je rêve ici, je suis bien trop vieux.

Avant de repartir pour un nouveau voyage,
Vers d’autres paysages,
Sur les chemins mouvants
Laisse encore un instant vagabonder ton rêve
Avant que la nuit brève le réduise à néant.

Chante gitan ton pays de cocagne,
Chante gitan ton château en Espagne,
C’est le chant des errants qui n’ont pas de frontières,

C’est la lente prière de la nuit des gitans…

(H. Giraud)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

COCAGNE (Ernest Delève)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2015



 

Didier Delamonica - French Mystical Fantasy painter -    (6) [1280x768]

COCAGNE

Les femmes étaient si belles
que les chevaux devinrent centaures, les poissons sirènes.
Les colombes naquirent.

On inventa la chevelure qui se défait, la ceinture qui se dénoue,
la sandale qui se délace, le voile qui glisse.
Il y eut des cheveux qui devinrent follets, du duvet sur les pêches
et pour la première fois les chasseurs furent émus par les yeux de la biche.

Chacun se fit du monde une idée prise aux fleurs
comme le miel et le langage s’orna de battements de cils.

On se regardait dans le blanc des yeux pour se voir purs.
On se saluait par « Bouche que veux-tu ? »
Tout le monde se faisait des châteaux partout, même en Espagne.

Chaque enfant bénéficiait de la vertu originelle.
On enfantait dans les honneurs et on trouvait son pain tout cuit dans une machine.

Tout le monde avait l’âge des folies et l’âge d’or.
Personne n’avait la folie de l’or.
Les enfants seuls avaient la folie des grandeurs
et ils en guérissaient spontanément le jour où se terminait leur croissance.

Dieu avait disparu depuis que Caïn et Abel, de commun accord, l’avaient rossé.
On inventa alors l’histoire de la création du monde.
« Que le bonheur soit et le bonheur fut » ainsi commençait la Genèse.

On ne portait que des couronnes qui ne duraient que ce que durent les fleurs coupées.
Le titre d’homme était universel et héréditaire.
Des fleurs, des fruits et des animaux furent anoblis.
Certaines poires devinrent comtesses et beaucoup de chiens devinrent marquis.

(Ernest Delève)

Illustration: Didier Delamonica

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :