Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘colmater’

Charabia (Marie-Anne Bruch)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2020



    
Charabia

Nos paroles ne sont guère que des fanfreluches
colmatant mal les brèches et fissures de nos cages à penser,
même si je rêve d’atteindre l’os du verbe, la moelle de la langue,
à laquelle décidément il faudrait faire rendre gorge,
autant dire que l’Impensable n’est plus très loin.
Comme nous sommes futiles, nous autres, êtres humains !
Nous aimons enrober la substance active du néant
dans l’excipient notoire de la logique binaire.
La Raison raisonnante, raisonnable et raisonneuse
résonne si douloureusement dans nos cœurs
qu’on ne saurait lui donner raison.

(Marie-Anne Bruch)

 

Recueil: Revue Cabaret, numéro 31
Traduction:
Editions: Alain Crozier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Pour boucher un Trou (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 4 février 2018



Pour boucher un Trou
Insère l’Objet qui l’a causé –
Colmate-le
Avec Autre chose – et il n’en bâillera que plus –
On ne peut souder un Abîme
Avec de l’Air –

***

To fill a Gap
Insert the Thing that caused it —
Block it up
With Other – and ’twill yawn the more –
You cannot solder an Abyss
With Air –

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

POUR MOI (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2015




POUR MOI

Je ne dis ríen
A personne
De cette curiosité de la mort
Qui commence à l’emporter en moi
Sur la fureur de vieillir.
Sans rien dire
A personne
Je digère mes leçons de courage
Dans mon enfance déteinte ;
Avec la mousse d’un nouvel amour
Je colmate le poumon déchiré de mon désir.

(Jean Rousselot)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MOUVEMENT DE VOILE (Christophe Real)

Posted by arbrealettres sur 18 décembre 2015



MOUVEMENT DE VOILE

Si les poissons-clowns font rire les baleines
Si les bouées tintent sous le flot des proues
Si les pieds-de-biches jouent à tire-d’aile
A danser au rythme des requins-marteaux

Que les poissons-lunes éclairent l’abîme
Que l’étoile de mer colmate le rafiot
Que tes doigts d’oursin comme des algues vives
Caressent les vagues qui lorgnent ma peau

(Christophe Real)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :