Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘comme’

COMME (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2019




    
COMME

Comme la nuit et comme le repos
comme l’aube et comme le silence
j’attends j’attends
et tu ne viendras pas
je marche dans la lumière
une lueur dans le jour
ton nom et ton regard
je cours dans la nuit
vers la solitude
vers l’infini
tu ne viendras plus
je t’attends je t’attends
comme la nuit comme le repos comme l’aube
comme le remords

(Philippe Soupault)

 

Recueil: Poèmes et Poésies
Traduction:
Editions: Grasset

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Comme (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 13 septembre 2018



 

as de coeur

Comme

Come, dit l’Anglais à l’Anglais, et l’Anglais vient.
Côme, dit le chef de gare, et le voyageur qui vient dans cette ville
descend du train sa valise à la main.
Come, dit l’autre, et il mange.
Comme, je dis comme et tout se métamorphose, le marbre en eau, le ciel
en orange, le vin en plaine, le fil en six, le coeur en peine, la peur en seine.
Mais si l’Anglais dit as c’est son tour de voir le monde changer de forme à sa convenance
Et moi je ne vois plus qu’un signe unique sur une carte:
L’as de coeur si c’est en février,
L’as de carreau et l’as de trèfle, misère en Flandre,
L’as de pique aux mains des aventuriers.
Et si cela me plaît à moi de vous dire machin,
Pot à eau, mousseline et potiron.
Que l’Anglais dise machin,
Que machin dise le chef de gare,
Machin dise l’autre,
Et moi aussi.
Machin.
Et même machin chose.
Il est vrai que vous vous en foutez.
Que vous ne comprenez pas la raison de ce poème.
Moi non plus d’ailleurs.
Poème, je vous demande un peu?
Poème? je vous demande un peu de confiture,
Encore un peu de gigot,
Encore un petit verre de vin
Pour nous mettre en train…
Poème, je ne vous demande pas l’heure qu’il est.
Poème, je ne vous demande pas si votre beau-père est poilu comme un sapeur.
Poème, je vous demande un peu… ?

Poème, je ne vous demande pas l’aumône,
Je vous la fais.
Poème, je ne vous demande pas l’heure qu’il est,
Je vous la donne.
Poème, je ne vous demande pas si vous allez bien,
Cela se devine.
Poème, poème, je vous demande un peu…
Je vous demande un peu d’or pour être heureux avec celle que j’aime.

(Robert Desnos)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Être au monde (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 16 juin 2018




    
Être au monde
comme n’y étant pas.

(Roger Munier)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

En moi, c’est comme si une mer (Eugène Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2018



Illustration: Kazuya Akimoto
    
En moi,
C’est comme si une mer

Était en train
De se chercher.

C’est comme si
J’étais soulevé, lové
Dans quelque chose,

Dans un autre moi,
Plus grand, plus apaisé,

Plus en contact avec soi.

(Eugène Guillevic)

 

Recueil: Relier
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le monde a besoin d’être annoncé (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2015



 

Gurbuz Dogan Eksioglu (7)

Le monde a besoin d’être annoncé.
Un poème est parabole
Il voit l’assemblage des choses.

De l’autre côté du « comme »
il y a le com-parant,
un aspect du monde qui nous révèle celui-ci.

(Michel Deguy)

Illustration: Gurbuz Dogan Eksioglu

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma vie (Michel Deguy)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2015



 

Sarolta Bán o1_500 [1280x768]

Ma vie
le mystère du comme.

(Michel Deguy)

Illustration: Sarolta Bán

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Hier pourtant (Antoine Emaz)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2015



3628249024_0bd791dab1

 

hier pourtant
de dos
c’était comme presqu’elle

(Antoine Emaz)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Comme… (Edward Stachura)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2015



 

Euan Macleod x [1280x768]

Comme…

comme sur le ciel de nuit, les nuages glissent au dessus de la forêt
comme sur le cou du vagabond, un foulard battu par le vent
comme tendus vers là-haut vos bras étoilés
et ici sont les nôtres, et ici sont les nôtres

comme les sanglots sans larmes dans la nuit pluvieuse

comme coupable-non-coupable remords de conscience
qu’on vit et les morts sont si nombreux, nombreux

comme les sanglots sans larmes dans la nuit pluvieuse

comment soigner les blessures faites avec précision
comment recoller le coeur écrasé en poussière

comme les sanglots sans larmes dans la nuit pluvieuse

la pierre énorme, la pierre énorme
je vais monter sur elle, elle va monter sur moi
elle va monter sur moi, je vais me lever de dessous d’elle

comme les sanglots sans larmes dans la nuit pluvieuse

comme une sphère en or au dessus des eaux
comme l’aube en dessous des yeux gonflés
comme les belles aurores, les prés merveilleux
comme la poitrine de Soleil
comme porter sa bosse
comme ce chant de lamentation
pour vous mes soeurs nébuleuses

comme courir jusqu’à la fin, tu te reposeras plus tard
les détours merveilleux, les détours merveilleux

(Edward Stachura)

Illustration: Euan Macleod

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’amour comme (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2015


Comme un amas forestier la fille consentante.
Comme une source en haut de l’arbre la fille convoitée.

Comme une statue d’amiante une femme interdite.
Comme un ventre de jument une bouche embrasée.

Comme une rayure de quartz une femme attendant.
Comme un chaos de pierres une femme perdue.

Comme un cuivre qui luit l’épouse aimante.
Comme une branche reverdie la femme aimée.

(André Frénaud)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :