Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘commentaire’

CAMONIENNE (Nuno Jùdice)

Posted by arbrealettres sur 2 février 2021



Illustration: Catherine Suchocka
    
CAMONIENNE

Qui es-tu, barbara, qui demeures
dans un poème que l’on étudie et récite
dans les écoles,
— toi qui t’es limitée à être aimée
d’un poète qui, peut-être, ne t’a
rien donné d’autre en échange de cet amour
qu’un poème que toi, peut-être,
tu n’as jamais entendu? Qui es-tu,
ô femme plus réelle que ce
poète qui t’a chantée, et dont nul ne
sait rien — si ce n’est
qu’il t’a aimée, et mise dans
ce poème où tu vis encore, et respires,
comme au jour où il l’a écrit,
se rappelant ton corps, et tes
lèvres, et les jours, ou les nuits,
qu’il passa près de toi? Qui es-tu,
femme réelle et rêvée qui habites
tous les poèmes que ce poème
a inspirés, et tous les rêves qui
ont trouvé en cette barbara une image
précise et définitive ? Retourne-toi,
dans ces vers, pour que nous voyions
ton visage, et dis-nous ton nom — ton nom
authentique, et non pas celui que le poète
a inventé pour t’appeler dans un poème
qui ne garde le secret que de toi seule ;
et ensuite, dors, oublie
ce que l’on a dit de toi, et les commentaires
dont tu as été le prétexte, et les images
où chaque fois davantage, tu as perdu
cette image unique, la tienne.

(Nuno Jùdice)

 

Recueil: Un chant dans l’épaisseur du temps suivi de méditation sur des ruines
Traduction: Michel Chandeigne
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans tous ces instants où je suis « touchée » (Christiane Singer)

Posted by arbrealettres sur 1 septembre 2020



    

Dans tous ces instants où je suis « touchée », Dieu est au rendez-vous.
Dieu ou comme vous préférez : cette mémoire haute qui m’habite !
L’écho du logion 77 de saint Thomas :
« Je suis partout. Quand tu vas pour couper du bois, je suis dans le bois.
Quand tu soulèves la pierre, je suis sous la pierre… »
Non pas : je suis le bois, je suis la pierre, mais chaque fois que tu es là,
vraiment là, absorbé dans la rencontre du monde créé, alors je suis là !
Là où tu es, dans la présence aiguë, je suis aussi. Être là ! Le secret.
Il n’y a rien d’autre. Il n’est pas d’autre chemin pour sortir des léthargies nauséabondes,
des demi-sommeils, des commentaires sans fin,
que de naître enfin à ce qui est.

(Christiane Singer)

 

Recueil: Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?
Traduction:
Editions: LE LIVRE DE POCHE

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce qu’il reste à terme ? (Yosano Akiko)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2019




    
Ce qu’il reste à terme ?
Sache n’en faire commentaire
Ni poser question !
Porte plutôt mon amie
La croix de la poésie

(Yosano Akiko)

 

Recueil: Cheveux emmêlés
Traduction: Claire Dodane
Editions: Les Belles Lettres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 4 Comments »

PORTRAIT ET COMMENTAIRE (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2016



PORTRAIT ET COMMENTAIRE

Voici le portrait d’un homme que j’ai connu.
Il est assis à table, le journal grand ouvert.
Ses yeux se sont logés derrière ses lunettes.
Son costume est lavé aux lueurs des sapins.

C’est un visage blême, à moitié achevé.
Mais qui a toujours su éveiller la confiance. Ainsi
on se gardait de l’approcher de près
et peut-être alors de tomber sur un drame.

Son père, dit-on, roulait sur l’or.
Mais personne chez eux n’en était vraiment sûr —
on avait l’impression que des pensées étranges
entraient de force la nuit dans la villa.

Le journal, ce grand papillon sale,
la table et la chaise et le visage se délassent.
La vie s’est arrêtée dans des cristaux géants.
Qu’elle n’en sorte plus jusqu’à nouvel ordre!

Ce que je suis en lui repose.
Et existe. Il ne vérifie rien
et ainsi, cela vit et perdure.

Qui suis-je ? Il y a longtemps
j’approchais parfois quelques secondes
ce que JE suis, ce que JE suis, ce que JE suis.

Mais au moment de ME découvrir,
JE m’effaçais et un trou se creusait
et je tombais dedans, tout comme Alice.

(Tomas Tranströmer)

Illustration: Anthony Browne

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je donne mon travail sans commentaire (Armand Robin)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2016



Je donne mon travail sans commentaire
Terriblement, ainsi qu’il l’est, dans l’air
Avec les grandes qualités du vent!
Avec ses libertés de ruisseaux!

(Armand Robin)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :