Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘composer’

A LA PLUS BELLE FEMME DU BATEAU DES FLEURS (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2018




    
A LA PLUS BELLE FEMME DU BATEAU DES FLEURS
Ouan- Tsi

Je t’ai chanté des chansons en m’accompagnant de ma flûte d’ébène,
des chansons où je te racontais ma tristesse, mais tu ne m’as pas écouté.
J’ai composé des vers où je célébrais ta beauté ;
mais en balançant la tête tu as jeté dans l’eau les feuilles glorieuses où j’avais tracé des caractères.
Alors je t’ai donné un gros saphir, saphir pareil au ciel nocturne,
et, en échange du saphir obscur, tu m’as montré les petites perles de ta bouche.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Un poème (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2018


 


 

Jeanie Tomanek-escapevelocity

Un poème n’est bien portant que si son dernier mot
est aussi le premier mot de dix poèmes à écrire,
le premier coup de pinceau de cent poèmes à peindre,
la première note de mille symphonies à composer.

(Alain Bosquet)

Illustration: Jeanie Tomanek

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ô Fontaine Bellerie (Guillaume de Lorris)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2018



Illustration: Helena Nelson-Reed
    
Ô Fontaine Bellerie

Ô Fontaine Bellerie,
Belle fontaine chérie
De nos Nymphes, quand ton eau
Les cache au creux de ta source,
Fuyantes le Satyreau,
Qui les pourchasse à la course
Jusqu’au bord de ton ruisseau,

Tu es la Nymphe éternelle
De ma terre paternelle :
Pource en ce pré verdelet
Vois ton Poète qui t’orne
D’un petit chevreau de lait,
A qui l’une et l’autre corne
Sortent du front nouvelet.

L’Été je dors ou repose
Sur ton herbe, où je compose,
Caché sous tes saules verts,
Je ne sais quoi, qui ta gloire
Enverra par l’univers,
Commandant à la Mémoire
Que tu vives par mes vers.

L’ardeur de la Canicule
Ton vert rivage ne brûle,
Tellement qu’en toutes parts
Ton ombre est épaisse et drue
Aux pasteurs venant des parcs,
Aux boeufs las de la charrue,
Et au bestial épars.

Io ! tu seras sans cesse
Des fontaines la princesse,
Moi célébrant le conduit
Du rocher percé, qui darde
Avec un enroué bruit
L’eau de ta source jasarde
Qui trépillante se suit.

(Guillaume de Lorris)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chansons (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2018



Chansons

Chanson improvisée
Sur l’archet invisible
Air inconnu ballet
De la vie à composer
Sur la gamme des plaisirs
Note à note éclairée
De soleils artificiels

Chanson inachevée
Avec une plume enlevée
A l’oiseau musicien
Pour jouer cet air ancien
Sur les violes du rêve
Glisse sans trêve
L’archet ensoleillé
Aux rires mouillés.

Une chanson intérieure
Une mélodie toute simple
Et c’est la révélation
Une extase profonde
Voulue et décidée
Comme un rire d’oiseau
Entre deux nuages
Sur les joues d’une aube.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Ô PLAIGNONS-Nous (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2018



Illustration: Tip Toland
    
Ô PLAIGNONS-Nous dans le déchirement de nos amours
Ô plaignons celui qui perd et plaignons ce qui est perdu
Plaignons la perte du plus beau corps jamais à nu
Dont les étreintes ont composé musique si belle!
Plaignons ce qui doit passer sous l’arc sanglant de cette mort
Laissant ses bien-aimés pleurant et lui-même péché privé
De la dernière main du dernier baiser peints
Formant au retable des morts une dernière prédelle :
Privé de comprendre même en quoi il se jette au dehors.

(Pierre Jean Jouve)

 

Recueil: Diadème suivi de Mélodrame
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où est le fol ? Où est le sage ? (Géo Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



 

Ora Tamir - Israeli Surrealist painter - Tutt'Art@ (4)

Où est le fol ? Où est le sage ?
Celui qui d’avoir rêvé
compose le paysage,
celui qui sème le blé,
celui qui ferme la cage
d’où l’oiseau s’est envolé ;
l’enfant qui pêche une image,

où est le fol ? Où le sage ?
Eve et le fruit enchanté,
celui qui part en voyage
à bord d’un simple nuage,
celui qui cherche la clé
de tous les yeux verrouillés,
celui qui tourne la page
pour lire l’autre côté,

où est le fol ? Où le sage ?
Celui qui met son visage
sur l’épaule de l’été,
l’écolière du village
avec le coeur buissonnier,
pour le froment qu’on partage,
celui qui a tout donné ;

où est le fol ? Où le sage ?

(Géo Libbrecht)

Illustration: Ora Tamir

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai beau composer de la poésie (Saigyo)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2018



 

J’ai beau composer de la poésie,
je n’y vois pas de la poésie composée.

(Saigyo)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

CHIMIE (Lorand Gaspar)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2018



Illustration: Gerrit Greve
    
CHIMIE

des vents
des eaux
des rêves
des lumières
les mêmes mouvements composent et élucident
l’ampleur de la course sans dessein

(Lorand Gaspar)

 

Recueil: Sol absolu et autres textes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Air, arbres, corps et mer (Lorand Gaspar)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2018



Illustration: George Clair Tooker
    
Air, arbres, corps et mer,
cordes, cuivres et vents,
par nos mains et nos bouches,
la source sans racine
ni nom, ni lieu, ni toit,
compose la musique

(Lorand Gaspar)

 

Recueil: PATMOS et autres poèmes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AU BORD DE L’OCÉAN (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2018




    
AU BORD DE L’OCÉAN

Il est de fait que parfois
l’enfant au crépuscule
entend la brise
frôlant des plantes épineuses
une mère affable et mourante
lui conte une histoire
sur la plage un lévrier
allonge son pas précieux
qui marque d’empreintes
un sable pur
dans l’atelier de planches
l’imprimeur inlassablement
avec soin compose
le décret futur.

(Jean Follain)

 

Recueil: Des Heures
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :