Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘comprimer’

SUR LES BORDS DU JO-YEH (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2018



nénuphars 8

SUR LES BORDS DU JO-YEH

Des jeunes filles cueillent des nénuphars sur les bords du Jo-yeh.
Parmi les bambous, elles s’interpellent et se cachent en riant.
L’eau réfléchit leurs belles robes, qui parfument la brise.

Des cavaliers passent entre les saules de la rive.
Un des chevaux hennit.
Son maître regarde en vain de tous côtés, puis s’éloigne.

Une des jeunes filles laisse tomber ses nénuphars,
et comprime son coeur qui bat à grands coups.

(La Flûte de Jade)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Vous qui savez aimer (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 17 août 2017



Illustration: Eugène Louis Lami
    
Vous qui savez aimer, vous qui savez comprendre,
Oh ! Ne vous laissez pas décourager en vain,
Poète dont le coeur, à la fois triste et tendre,
Vibre à chaque émotion du vaste coeur humain !

Gardez toujours en vous la frêle poésie,
Gardez toujours en vous son doux rythme touchant,
Ecoutez bien la voix, âme qu’elle a choisie ;
Gardez toujours en vous la lumière et le chant !

Gardez toujours en vous cet idéal suprême,
La noblesse de l’âme avec celle du coeur ;
Que votre vie soit la poésie même !
Et soyez de vous-même et du monde vainqueur !

Que rien ne vous attriste et ne vous décourage.
Sachant que vous avez l’harmonie et l’amour ;
Persévérez toujours ! — Ayant le grand message
Que chantait autrefois le moindre troubadour.

Oh ! Le monde a toujours été dur aux poètes !
Car la réalité tuait leur idéal,
Mais vous, — Ah ! Soyez grand ! Que tout ce que vous faites
Ait l’élan victorieux d’un hymne triomphal !

Et songez, quand parfois vous êtes seul et triste,
Que votre vie, hélas ! comprime votre coeur,
Ce coeur plein d’harmonie et de rêves d’artiste,
Songez que tout cela doit vous rendre meilleur !

Songez que cette vie ennoblit, ô poète !
Songez que chaque épreuve est un progrès de fait ;
Que c’est un pas de plus vers le sublime faîte ;
Songez que tout cela tend à rendre parfait.

Si votre force, hélas ! parfois s’est endormie,
Qu’à peine vous pouvez rester fier et debout,
Souvenez-vous alors d’une petite amie
Qui saura vous comprendre et souffrir avec vous !

(Renée Vivien)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Plein jour (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2016




De même substance
semblent la feuille, la pierre
le pas qui s’entend seul;
en comprimant sa poitrine
de ses bras gracieux
la fille d’une nuit chaude
s’oblige à s’asseoir et dormir
un moment sur son épaule nue
l’oiseau bat de l’aile
avant de rejoindre
la hutte où vit l’inconnu
aux yeux verts grands ouverts.

(Jean Follain)

Illustration: Rafal Olbinski

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme un vieux Chinois… (Pierre Menanteau)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2015




Comme un vieux Chinois qui peint avec art
Une libellule, un jonc qui s’incline
Vers le double éclat d’un beau nénuphar,
Est-ce toi, crapaud, dont le chant dessine

Sous la lune bleue un monde moins froid?
Un souffle invisible attendrit l’espace.
Les monts embrumés allègent le poids
Qui comprime encor la claire surface.

(Pierre Menanteau)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :