Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘concevable’

La splendeur de la vie (Kafka)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



Il est parfaitement concevable que la splendeur de la vie
se tienne prête à côté de chaque être et toujours dans sa plénitude,
mais qu’elle soit voilée, enfouie dans les profondeurs, invisible, lointaine.
Elle est pourtant là, ni hostile, ni malveillante, ni sourde,
qu’on l’invoque par le mot juste, par son nom juste, et elle vient.
C’est là l’essence de la magie, qui ne crée pas, mais invoque.

(Kafka)


Illustration: Odilon Redon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Fruits, saveurs (Lorand Gaspar)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2018




    
fruits, saveurs, et si claires dissonances
lavez, lavez encore nos images –

visage tiré du sommeil
par un lent assemblage de sons
de bruits de verre et de syllabes
que heurtent un à un les rayons –

jaillis de la Musique ils tissent
ensemble tous les traits concevables
des figures passées, présentes, à venir –
tous les visages contenus dans l’indessinable
pure jouillance d’être

(Lorand Gaspar)

 

Recueil: PATMOS et autres poèmes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Splendeur de la vie (Kafka)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2016



 

Il est parfaitement concevable
que la splendeur de la vie se tienne prête
à côté de chaque être et toujours
dans sa plénitude,
mais qu’elle soit voilée,
enfouie dans les profondeurs,
invisible, lointaine.
Elle est pourtant là,
ni hostile, ni malveillante, ni sourde;
qu’on l’invoque par le mot juste,
par son nom juste,
et elle vient.
C’est là l’essence de la magie,
qui ne crée pas,
mais invoque.

(Kafka)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me trouvais aux confins de ce monde (Nakahara Chūya)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2015


 


Elena Kalis  underwater_elena_kalis62

Je me trouvais aux confins de ce monde.
[…]
Quelque chose d’à peine concevable m’enflammait,
j’avais beau n’avoir aucun but,
l’espoir dans ma poitrine battait la chamade.

(Nakahara Chūya)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Elena Kalis

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :