Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘conforme’

Copie conforme (Guillaume Siaudeau)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2019



    
Copie conforme

Ce matin
ta peau est
la copie conforme
de mes projets

(Guillaume Siaudeau)

 

Recueil: Inauguration de l’ennui
Traduction:
Editions: Alma

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Mon malheureux ami (Georges Brassens)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2017




    
Mon malheureux ami

Il n’y a pas de sons, pas de senteurs, pas de formes,
De saveurs et d’états, palpables, abornés.
Il n’y a que des illusions conformes
A la quinte des sens humains hallucinés.

Et l’on va s’incliner, les yeux criblés de larmes,
Sur l’atroce néant d’un être qu’on aimait.
Or, cet être néant qui cause nos alarmes
Ne peut pas n’être plus, puisqu’il ne fut jamais.

Naissance, vie et mort sont chimères d’optique,
Claires obscurités, silences phonétiques,
Glaciales chaleurs, raisons d’hurluberlus.

Le monde est impossible et l’homme seul insiste,
Parmi tous les vivants, à croire qu’il existe,
Qu’il existe, qu’un jour il n’existera plus.

(Georges Brassens)

 

Recueil: Les couleurs vagues
Editions: Le Cherche Midi

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce fut une lumière (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2016



« Ce fut une lumière, mais la lumière
Ment parfois
Pour innocenter ceux qu’elle aime », elle a murmuré
En pleurant
Conforme à l’image dessinée par mes soupçons
Et le chemin vers elle reste long

(Adonis)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Non conformes (G.L. Godeau)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2016


Il était vêtu à la mode passée.
Même sa moustache n’était plus à jour.
Elle, portait une robe à pois et quinze ans
dans un visage fait pour le sourire.
Ils se tenaient les mains,
peut-être pour la première fois.
Parce qu’ils n’avaient aucun point commun,
l’âge, la beauté, la façon de marcher
ou de tenir les bras,
les gens les regardaient,
et eux, ils regardaient les gens
parce qu’ils avaient décidé
que ce serait ainsi.

(G.L. Godeau)


Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :