Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘confortable’

Milord (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 31 août 2019



 

Régis Bernard _Fille_de_joie_a_Amsterdam_78

Milord

Allez, venez, Milord!
Vous asseoir à ma table;
Il fait si froid, dehors,
Ici c’est confortable.
Laissez-vous faire, Milord
Et prenez bien vos aises,
Vos peines sur mon coeur
Et vos pieds sur une chaise
Je vous connais, Milord,
Vous ne m’avez jamais vue
Je ne suis qu’une fille du port,
Qu’une ombre de la rue…

Pourtant je vous ai frôlé
Quand vous passiez hier,
Vous n’étiez pas peu fier,
Dame! Le ciel vous comblait:
Votre foulard de soie
Flottant sur vos épaules,
Vous aviez le beau rôle,
On aurait dit le roi…
Vous marchiez en vainqueur
Au bras d’une demoiselle
Mon Dieu!… Qu’elle était belle…
J’en ai froid dans le coeur…

Allez, venez, Milord!
Vous asseoir à ma table;
Il fait si froid, dehors,
Ici c’est confortable.
Laissez-vous faire, Milord,
Et prenez bien vos aises,
Vos peines sur mon coeur
Et vos pieds sur une chaise
Je vous connais, Milord,
Vous ne m’avez jamais vue
Je ne suis qu’une fille du port
Qu’une ombre de la rue…

Dire qu’il suffit parfois
Qu’il y ait un navire
Pour que tout se déchire
Quand le navire s’en va…
Il emmenait avec lui
La douce aux yeux si tendres
Qui n’a pas su comprendre
Qu’elle brisait votre vie
L’amour, ça fait pleurer
Comme quoi l’existence
Ça vous donne toutes les chances
Pour les reprendre après…

Allez, venez, Milord!
Vous avez l’air d’un môme!
Laissez-vous faire, Milord,
Venez dans mon royaume:
Je soigne les remords,
Je chante la romance,
Je chante les milords
Qui n’ont pas eu de chance!
Regardez-moi, Milord,
Vous ne m’avez jamais vue…
…Mais vous pleurez, Milord?
Ça je l’aurais jamais cru!

Eh ben, voyons, Milord!
Souriez-moi, Milord!
…Mieux que ça! Un petit effort…
Voilà, c’est ça!
Allez, riez, Milord!
Allez, chantez, Milord!
La-la-la…

Mais oui, dansez, Milord!
La-la-la…
Bravo Milord!
La-la-la…
Encore Milord!…
La-la-la…

(Georges Moustaki)

Illustration: Régis Bernard


 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est comme un arc-en-ciel (Lama Guendune)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2017



C’est comme un arc-en-ciel

Le bonheur ne se trouve pas
avec beaucoup d’effort et de volonté,
mais réside là, tout près,
dans la détente et l’abandon.

Ne t’inquiète pas, il n’y a rien à faire.
Tout ce qui s’élève dans l’esprit
n’a aucune importance,
parce que n’a aucune réalité.

Ne t’y attache pas.
Ne te juge pas.
Laisse le jeu se faire tout seul,
s’élever et retomber, sans rien changer,
et tout s’évanouit, et recommence à nouveau,
sans cesse.

Seule cette recherche du bonheur
nous empêche de le voir.

C’est comme un arc-en-ciel
que l’on poursuit sans jamais le rattraper.
Parce qu’il n’existe pas, et a toujours été là,
et t’accompagne à chaque instant.

Ne crois pas à la réalité des expériences
bonnes ou mauvaises,
elles sont comme des arcs-en-ciel.

À vouloir saisir l’insaisissable,
on s’épuise en vain.

Dès lors qu’on relâche cette saisie,
l’espace est là, ouvert, hospitalier, et confortable.

Alors profites-en.
Tout est à toi, déjà. Ne cherche plus.

Ne vas pas chercher dans la jungle inextricable
l’éléphant qui est tranquillement à la maison.

Rien à faire.

Rien à forcer.

Rien à vouloir.

Et tout se fait tout seul.

(Lama Guendune)

Illustration: Laszló Mindszenti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Boeuf volé Complainte que chantait le bœuf à l’âne (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 26 décembre 2016



Boeuf volé
Complainte que chantait le bœuf à l’âne

Moi je suis le boeuf. Je suis boeuf c’est vrai.
Un enfant a dit un jour Maman regarde le boeuf
J’ai su que j’étais boeuf.
Je suis intelligent comme un boeuf.
C’est confortable d’être boeuf.
On est à l’aise dans une grande peau.
Je ne suis pas mécontent d’être boeuf.
On tient sur ses quatre pattes
et on n’a qu’à baisser la tête pour manger.

Parfois je rêve.
Je rêve en marchant
en marchant de long en large comme un gendarme
qui se promène.
Alors je rêve que je suis oiseau.
Ça doit être drôle d’être oiseau.
On a des plumes on a des ailes.
Un oiseau ça vole. C’est tout dire.

Une fois j’étais déjà boeuf
– mais pas autant que maintenant –
il y a très longtemps
il y a bien deux cents boeufs depuis
de père en fils
– s’il m’est permis de m’exprimer ainsi
mais il y a des secrets dans toutes les familles
bon j’étais déjà bœuf
et j’ai vu quelque chose de pas banal pour un boeuf.
Il faisait nuit. Il y avait une étoile qui jouait
comme une grosse mouche d’or
entre mes cornes.
Parfois je rêve.
Je rêve en mangeant.
Je rêve que je suis mouche.
Ce doit être drôle d’être mouche.
Une mouche ça vole c’est tout dire.
On peut embêter les bœufs.
Tandis que quand on est bœuf
on ne peut pas embêter les mouches.
Je suis intelligent.
Forcément je suis boeuf.

Il faisait nuit oui nuit nuit.
Je me promenais sur mes quatre pattes
une après l’autre.
J’ai vu une porte ouverte.
J’ai passé ma tête de boeuf.
Il y avait là une jeune femme brune
un homme et sa barbe
et un petit enfant.
Pourquoi je suis entré je ne sais pas.
Cela m’a fait comme si une voix ordonnait :
entre donc front de boeuf
une voix comme qui dirait d’un Grand Boeuf.

Parfois je rêve.
Je rêve en mangeant avec mes cinq estomacs.
Je rêve que je me promène dans le ciel.
Ça doit être drôle d’être étoile.
Une étoile ça vole c’est tout dire.
C’est bête les rêves.
Ça vous vient quand on a trop mangé d’herbe
à boeuf
ou de trèfle
ou de luzerne
ou de simples.

Je me souviens bien. J’ai une mémoire de bœuf.
J’étais déjà bœuf et j’étais entré dans la crèche
et là il y avait un enfant nu.
C’est petit tout petit
petit comme une tête de boeuf
un enfant nu.
C’est rose un enfant nu.
C’est une rose.
C’est plus nu qu’un poussin qui sort de l’oeuf
plus nu qu’un colchique d’automne
quand ça a froid.

Parfois je rêve.
Je rêve entre mes cornes.
Chacun sait que j’ai l’air songeur.
Je rêve que je suis oeuf.
J’éclate en petits morceaux
blancs et je sors de l’oeuf
boeuf
avec mes quatre pattes
ma queue qui balance
et mes cornes qui avancent
quand je fais semblant
de n’être pas content.

Je me souviens. Moi bon boeuf
couleur des colchiques.
Je baisse la tête vers l’enfant
et je souffle. Comme un boeuf:
bien doucement.

vois l’enfant je
Parfois je rêve.
Je rêve que je suis souffle.
Je flotte dans l’air du soir
au-dessus de la mare
à la hauteur des peupliers
et du rouge soleil couché.
Alors je fais meuh.
Les enfants de l’école
qui cassent du bois
pour le premier feu
disent entre eux :
c’est le bœuf
Ils ne se trompent pas :
je suis le boeuf.

Mais je me souviens. J’ai soufflé tendrement
sur l’enfant
comme un bon boeuf
veuf
et l’enfant a ri.
Et la mère a souri.
Et le père a dit :
Marie.

Moi je suis le boeuf dont la tête brille en or
sur la boutique rouge du boucher
– et qui se demande bien pourquoi
parfois.

(Armand Lanoux)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

ABSENCE (Jean-Michel Robert)

Posted by arbrealettres sur 8 novembre 2016



 

ABSENCE

une série télévisée bien confortable
pour les beaux yeux de la fatigue

une grande absence s’il vous plaît
avec deux pailles

le défi :
résister au plaisir
enfantin de faire des bulles

(Jean-Michel Robert)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :