Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘conscience’

Je crois qu’il faut penser comme chute une météorite (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



je crois qu’il faut penser
comme chute une météorite
comme pleure une étoile étoile-mère

qu’il faut saisir
l’intime conscience de son désastre
pour commencer
à vraiment sourire
pour s’aventurer
au plus bleu du bleu

(Zéno Bianu)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Écrire de la poésie est un leurre (Juan Ramón Jiménez)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2017




    
Écrire de la poésie est un leurre.
Si on insiste trop, tout s’évanouit.

Mais quelle conscience pleine
peut-elle laisser les choses à moitié faites ?

Et le poète conscient finit d’habitude
par la poésie non écrite.

***

Escribir poesía es un engaño.
Si se insiste demasiado, todo se desvanece.

Pero, e qué conciencia plena puede
dejar las cosas a la mitad?

Y el poeta conciente suele acabar
por la poesía no escrita.

(Juan Ramón Jiménez)

 

Recueil: Poésie en vers
Traduction: Bernard Sesé
Editions: José Corti

</div

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le passé (Malcom Lowry)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2017



 

Le passé

Comme une vieille échelle pourrie
Qu’on a jetée d’une scierie désaffectée
Et qui flotte, émergeant seulement par le haut,
Tandis que, tout imprégné d’eau, le reste baigne,
Rongé par les tarets, encroûté de bernacles
Et de moules accrochées en papillotes bleues ;
Puante, alourdie d’algues et de ces curieux êtres
Qui vivent de la mort et de la marée basse,
Route vermiculée, en proie à l’helminthiase :

Telle est ma conscience.

De temps en temps, je la sèche au soleil,
Je l’appuie (contre rien du tout,
Puisqu’elle ne monte nulle part) ;
Mais je la garde, on ne sait jamais, ça peut servir.
Qui sait si elle n’est pas récupérable,
Si on ne pourrait pas la radouber un peu
Et chaque nuit sans raison ma cervelle
Monte et descend les barreaux de l’échelle.

(Malcom Lowry)

Illustration

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô pourquoi, conscience qui luis, dois-tu être en arme forgée? (Attila Jozsef)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2017



J’ai entendu le fer pleurer,
j’ai entendu rire la pluie,
j’ai vu se fendre le passé,
tous les faux-semblants qu’on oublie;
sous mes fardeaux lourds, je ne puis
rien entreprendre, sauf aimer –
ô pourquoi, conscience qui luis,
dois-tu être en arme forgée?

(Attila Jozsef)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Par une pratique persévérante (Dalaï-Lama XIVème)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2017



 

Sylvie Lemelin_La fragrance du lilasWEB

Par une pratique persévérante,
la conscience peut être finalement perçue
ou ressentie comme une entité
de luminosité
et de connaissance pures,
à qui tout
peut apparaître.

(Dalaï-Lama XIVème)

Illustration: Sylvie Lemelin

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Depuis le big-bang (Jean-Michel Robert)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2017



    

Depuis le big-bang
ce long chemin étoilé
vers la conscience humaine

Tout ça m’a épuisé

se dit-il en tapotant
l’édredon

(Jean-Michel Robert)

 

Recueil: Un poil dans l’âme
Editions: Table Rase

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Soleil (Homero Aridjis)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2017




    
Le Soleil, un oeil.
un oeil vif, une conscience.
Sinon pensant, un oeil de feu.
Personne ne s’est risqué à l’appeler

(Homero Aridjis)

 

Recueil: Les poèmes solaires
Traduction: Ivan Alechine
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

Etudes (Rose Ausländer)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2017




    
Etudes

Études monotones
la litanie de la pluie
réveille le sommeil il roule
sur des cordes dans ma
conscience d’un
pas sourd
marchent
des régiments morts
à travers mon cerveau
sans nom sans visage
le temps
pleure une marche funèbre
face au juge inconnu
je lève ma main jurant
mon innocence
je ne suis
qu’une
goutte
coulant
dans la bouche
de la terre assoiffée

(Rose Ausländer)

 

Recueil: Sans visa
Traduction: Eva Antonnikov
Editions: Héros-Limite

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toutes choses (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017



 

    

Toutes choses sont créées par Dieu.
L’Amour est Son corps.
Il est sans forme, sans qualité, sans décadence.

Cherche à t’unir à Lui.
Ce Dieu indéterminé prend des milliers de formes aux yeux de ses créatures :
Il est pur et indestructible.
Sa forme est infinie et insondable.

Il danse extasié
et des vagues de formes s’élèvent de Sa danse.

Le corps et l’esprit débordent de bonheur
quand ils sont touchés par Sa joie infinie.

Il est immergé dans toute conscience,
dans toute joie, dans toute douleur.
Il n’a ni commencement ni fin.

Il tient tout dans sa Béatitude.

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aujourd’hui (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2017



 

Aujourd’hui, je suis parvenu, d’un coup,
à une sensation absurde et juste :
j’ai pris conscience, en un éclair,
que je n’étais personne.

(Fernando Pessoa)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :