Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘consistance’

J’ai dans les mains (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2019



    

J’ai dans les mains quelque chose d’épuisé.
il se peut que cela n’appartienne plus à la vie
et soit un scion anticipé de la mort.

Sa matière desséchée
ne semble plus être matière.
Sa couleur est un vernis d’emprunt.
Sa consistance, une pâleur dans le vent.

Si pour se rendre libres
mes mains le lâchaient,
cela n’arriverait même pas au sol.
Pourtant,
mes mains ne peuvent plus le lâcher.

Ce qui est épuisé
est notre partie la plus inséparable.

***

Llevo algo agotado entre las manon.
Tal vez no pertenezca ya a la vida
y sea un gajo anticipado de la muerte.

Su materia reseca
no parece ya materia.
Su color es un barniz prestado.
Su consistencia, una palidez en el viento.

Si para quedar libres
mis manos lo dejaran caer,
no llegaría ni siquiera al suelo.
Sin embargo,
mis manos ya no pueden soltarlo.

Lo agotado
es nuestra parte más inseparable.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A celui qui porte la Lumière (Giovani Papini)

Posted by arbrealettres sur 18 novembre 2018



 

Adam Tan  fj54o1_500

A celui qui porte la Lumière

J’existe parce qu’il y a un homme qui me rêve ;
un homme qui dort et me voit agir et vivre et me mouvoir
— et qui rêve en ce moment que je vous parle comme je fais.
Quand il commencera à me rêver, mon existence commencera ;
quand il se réveillera, je cesserai d’être.

Je suis un jeu de son imagination, une création de son esprit,
un hôte de ses longues fantaisies nocturnes.
Le songe de ce quelqu’un a tant de consistance et de durée
que je suis devenu visible même à ceux qui sont éveillés.

(Giovani Papini)

Illustration: Adam Tan

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une rumeur à peine audible (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
une rumeur
à peine audible
mêlée à une poussée
un appel

elle hausse le ton
se précise

des mots étouffés
vite perdus

je me sonde
les cherche
tâtonne
au sein du silence
qui les a repris

ce qui voudrait
éclore
ne cesse de coaguler
se défaire
se recomposer

ne cesse de s’absenter
et de réapparaître

des mots plus vaillants
luttent s’imposent se nouent
donnent consistance
à ce qu’il leur faut
engendrer

la main entre en action
transcrit le poème
qui lui est dicté

que dit-il

(Charles Juliet)

 

Recueil: une joie secrète
Traduction:
Editions: Voix d’encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des mots plus vaillants (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 18 juin 2018




    
des mots plus vaillants
luttent s’imposent se nouent
donnent consistance
à ce qu’il leur faut
engendrer

la main entre en action
transcrit le poème
qui lui est dicté

que dit-il

(Charles Juliet)

 

Recueil: L’Opulence de la nuit
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SANS CONSISTANCE (Pierre Béarn)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2018



SANS CONSISTANCE

Femmes de ma tendresse évadées
Femmes qui restez des proies
mais n’êtes plus pour mon désir
qu’inaccessibles damnations
Je me vieillis de vous

Femmes dont les formes parlent
un langage qui me veut sourd
Femmes dont le dédain fait ma faillite
Femmes accumulées dans mes silences
et dont la flamme brûle en moi
je me vieillis de vous

Graines qui ne naîtrez plus de mes mains
et dont les moissons m’échappent
Aurores dont l’indifférence m’ouvre la nuit
et qui mourrez impénétrées
ou mal serties
Aurores qui ne vivrez plus de ma lumière
je me vieillis de vous

Femmes avares gonflées de dons
Généreuses dont les mains sont prisonnières
d’une vertu ou d’un devoir
Femmes en marche vers d’autres hommes
et que le viol de mon regard
ne trouble plus
je me vieillis de vous

Femmes emportées sur des cycles
qui prenez le vent pour amant
Femmes dont les cheveux sont des sillages
me voici pour vous devenu
le fantôme d’un homme
je me vieillis de vous.

(Pierre Béarn)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Plutôt que sens (Abdellatif Laâbi)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2018



Plutôt que sens
donner consistance
à la vie

(Abdellatif Laâbi)

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Des tourbillons de neige (Jean-Pierre Chambon)

Posted by arbrealettres sur 2 mars 2018




    
Des tourbillons de neige cinglent les vitres
sur le trottoir des silhouettes pressent le pas
ce qu’en vain j’essaie d’écrire
prend la consistance de flocons
qu’une bourrasque déporte et éparpille
sur l’étendue de la page blanche

(Jean-Pierre Chambon)

 

Recueil: Tout-venant
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Impossible (Henri Deluy)

Posted by arbrealettres sur 28 février 2018




    
Impossible de le
Dire.

Impossible de le
Penser.

Couvrir, pousser
Dessus.

Dans la densité,
La profondeur.

La consistance.
Ne forcer

Que dedans.

(Henri Deluy)

 

Recueil: Les arbres noirs
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que dit-il (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2018



des mots plus vaillants
luttent s’imposent se nouent
donnent consistance
à ce qu’il leur faut
engendrer

la main entre en action
transcrit le poème
qui lui est dicté

que dit-il

(Charles Juliet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

UN RÉVEIL (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2015




UN RÉVEIL

À l’intérieur d’un rêve j’étais emmuré.
Ses murs n’avaient ni consistance
ni poids : leur vide était leur poids.
Les murs étaient des heures et les heures
pesanteur fixe, accumulée.
Le temps de ces heures n’était pas du temps.

Je sautai par une brèche : il était quatre heures
dans ce monde. La chambre était ma chambre
et dans chaque chose mon fantôme.
Je n’y étais pas. Je regardai par la fenêtre :
sous la lumière électrique pas une âme.
Réverbères en veille, neige sale,
maisons et voitures endormies, l’insomnie
d’une lampe, le chêne qui parle tout seul,
le vent et ses couteaux, l’écriture
des constellations, illisible.

En elles-mêmes les choses s’abîmaient
et mes yeux de chair les voyaient
accablées d’être, réalités
nues de leurs noms. Mes deux yeux
étaient des âmes en peine par le monde.
Dans la rue sans personne la présence
passait sans passer, dissipée
dans ses créatures, fixe dans ses mutations,
déjà devenue maisons, chênes, neige, temps.
Vie et mort fluaient confondues.
Regard inhabité, la présence
avec les yeux de personne me regardait :
faisceau de reflets sur précipices.
Je me retournai : la chambre était ma chambre
et je n’étais pas là. À l’être rien ne manque
– toujours plein de soi, jamais le même –
même si nous n’y sommes plus… Dehors,
encore indécises, des clartés :
l’aube entre des terrasses confuses.
Déjà les constellations s’effaçaient.

(Octavio Paz)

Illustration: Katerina Kockova  (Le Rêve d’un intellectuel fatigué)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :