Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘construction’

Des milliers de souvenirs (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2019




    
…Des milliers de souvenirs d’avoir senti la solitude
et souhaité avec rage la fin des mauvais temps ou de la pensée.

Peut-être ne laissera-t-il qu’un amas informe de fragments aperçus,
de douleurs brisées contre le Monde, d’années vécues dans une minute,
de constructions inachevées et glacées,
immenses labeurs pris dans un coup d’oeil et morts.

Mais toutes ces ruines ont une certaine rose.

(Paul Valéry)

 

Recueil: Poésie perdue
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une seule matière (Alain Suied)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2019



Illustration: Carole Moutte
    
Une seule matière

Le mystère de l’évidence
nous a-t-il aveuglés ?
Le réel est une construction
que la matière n’abrite pas.
Le monde indéchiffrable
à jamais nous échappe

et nous constitue.

Le Poème, trace d’une langue
perdue, bloc détaché
de l’oubli premier
à jamais témoigne
d’un amour égaré
dans les replis du Temps.

Une seule matière

nous échappe
et nous constitue :
quelle est sa teneur ?
Le Poème dévoile
sans l’éteindre
l’évidence du mystère.

(Alain Suied)

 

Recueil: Sur le seuil invisible
Traduction:
Editions: Arfuyen

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UN BEAU POÈME (Maurice Couquiaud)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2018



 

UN BEAU POÈME

Un beau poème peut offrir aux murs de la réalité le pouvoir
des mots grimpants.
C’est sa façon de les embellir qui aide à les franchir.

*

Si je pouvais glisser un message dans le poème,
ce serait celui d’un charme secrètement inclus
dans la beauté du geste qu’il ne peut faire,
… mais qu’il suggère.

*

La vérité est rarement nue.
Elle aime les vêtements régionaux et les modes historiques.
C’est en tressant des ombres qu’elle habille nos certitudes.

*

S’attacher au néant, c’est, par méconnaissance, refuser
d’accorder plusieurs pentes à l’avenir.

*

Les gestes et les mots peuvent avoir une lointaine portée d’ogive.
L’amour est une arme de construction massive.

(Maurice Couquiaud)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le vide (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 17 avril 2017



le vide n’est pas à l’extérieur,
dans les choses, dans les mots
Il est dans les lieux
dans mes organes
dans mes cellules en cet instant
il flotte écume sur ma peau
le doute est ma lumière éclatante

le vide m’apprend à apprivoiser la mort
à dresser les chevaux de ses passions
à m’initier aux mystères du renouvellement

le vide
première ébauche
de la construction de l’invisible
et ses paradis promis

(Adonis)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Construction d’une force (Luc Dietrich)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2016




Construction d’une force

Au sec soleil d’hiver quand la vie semble avoir à jamais quitté l’arbre,
c’est alors qu’il serre de plus près sa propre vérité.
Car le feuillage était une coulée de vie dans la vie,
la verdeur et la dépense fraîche : une perte.

Mais dans le silence des étendues gelées, dans la solitude et dans le retrait au coeur du bois,
dans la froide intelligence que l’illusion et les « moi » ont traversée comme des vols d’oiseaux
et comme des rumeurs marines n’est laissé au regard que le dessin des rameaux
où se lit, dans l’intervalle où se meut le ciel, l’espace favorable à la construction d’une force.

(Luc Dietrich)

Illustration: Dominique Masson-Flandrin

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Toujours les deux même femmes (Georges Drano)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2015


20090928_102244_

Ce sont toujours les deux même femmes
qui passent sur le chemin d’en-bas,
elles s’éloignent des dernières maisons
et leurs voix se resserrent
à l’approche du mur.

Elles prennent la pierre avec le vent
et l’ombre portée du mur pour construction.
Parfois l’une d’elles parle plus fort
et sans s’arrêter ferme les yeux
pour savoir quel mot soudain
s’est perdu en elle.

(Georges Drano)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :