Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘contenir’

NÉGLIGEMMENT JE PRENDS LA COQUILLE (Casimiro de Brito)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2021



Illustration: schilderij van J. Gardien
    
Poem in French, Spanish, Dutch, English, Italian, German, Portuguese, Sicilian, Romanian, Polish, Greek, Chinese, Arab, Hindi, Japanese, Farsi, Icelandic, Kurdisch, Russian, Filipino, Hebrew, Tamil, Bangla, Irish, Serbian, Macedonian, Indonesian, Malay, Catalan

Detail, schilderij van J. Gardien, Belgium

Poem of the Week Ithaca 688 “I CARELESSLY TAKE THE SHELL”
Casimiro de Brito, Portugal (1938)

From « En la Vía del Maestro », Un viaje con Laozi
Ediciones Olifante, Tarazona, España

– All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt –

NÉGLIGEMMENT JE PRENDS LA COQUILLE …

Négligemment je prends la coquille
de rosée / la brise de la personne que j’aime
comme si ces choses
contenaient la vertu mystérieuse. L’ombre ─
la paix intérieure de celui qui laisse passer
celui qui passe ; le feu tranquille
le film le plus délicat
de l’insondable substance féminine.

(Casimiro de Brito)

Traduction Elisabeth Gerlache

***

TOMO, DESCUIDADAMENTE, LA CÁSCARA

TOMO, descuidadamente, la cáscara
del rocío
la brisa de quien amo
como si estas cosas contuviesen
la misteriosa virtud. Contienen. La sombra ─
la paz interior de quien deja pasar
a quien pasa: el fuego lento que celebra
la película más fina de la oscura sustancia femenina.

Traducción Montserrat Gilbert – Rafael Carcelén

***

ONACHTZAAM NEEM IK DE SCHELP …

Onachtzaam neem ik de schelp
van de ochtenddauw / de bries van wie ik bemin
alsof die dingen
de mysterieuze deugd zouden bevatten. De schaduw ─
de innerlijke vrede van diegene die voorbij laat gaan
wie voorbijgaat; het langzame vuur
de delicaatste film
van de ondoorgrondelijke vrouwelijke materie.

Vertaling: Germain Droogenbroodt

***

I CARELESSLY TAKE THE SHELL …

I carelessly take the shell
of the dew, the breeze of the one I love
as if these things contain
all mysterious virtue. They do. The shadow—
the inner peace of the one who lets pass
who passes: the sluggish fire that celebrates
the finest film
of the hidden female essence.

Translation: Germain Droogenbroodt – Stanley Barkan

***

PRENDO CON NONCURANZA IL GUSCIO …

Prendo con noncuranza il guscio
della rugiada, la brezza di chi amo
come se tutto questo contenesse
ogni misteriosa virtù. Ed è vero. L’ombra—
la pace interiore di chi lascia andar via
chi passa: il lento fuoco che celebra
la pellicola più sottile
della nascosta femminile essenza.

Traduzione di Luca Benassi

***

UNACHTSAM NEHME ICH DIE SCHALE …

Unachtsam nehme ich die Schale
des Taus / eine Brise desjenigen, den ich liebe,
als ob diese Dinge
die geheimnisvolle Tugend erhalten würden. Ein Schatten ─
eine innere Ruhe desjenigen, der den, der vorbeigeht,
vorbeigehen lässt: ein langsames Feuer,
das der schönste Film
der obskuren weiblichen Substanz feiert.

Übersetzung: Germain Droogenbroodt – Margaret Saine

***

TOMO, DESCUIDADO, A CONCHA …

Tomo, descuidado, a concha
do orvalho / a brisa de quem amo
como se estas coisas contivessem
a virtude misteriosa. Contêm. A sombra ─
a paz interior de quem deixa passar
quem passa: o fogo lento que celebra
a película mais fina
da obscura substância feminina.

CASIMIRO DE BRITO

***

PIGGHIU, SDISATTENTU, LU FILU …

Pigghiu, sdisattentu, lu filu
di l’acquazzina, la boria di chidda ca jo amu
comu si sti cosi pussidissiru
tutti na virtuti mistiriusa. E ci l’hannu. L’ummira—
Paci nterna di chidda ca lassa passari
a chiddi ca passanu: lu focu lentu ca celebra
la pillicula chiù fina
di la scura essenza fimminili.

Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

***

ADUN, DISTRAT, COCHILIILE …

ADUN, distrat, cochiliile
de rouă / briza celei pe care o iubesc
de parcă aceste lucruri ar conține
virtutea tainică. Cuprins. Umbra ─
pacea lăuntrică a celui ce îngăduie întâmplării
să treacă: focul lent care sărbătorește
cel mai subțire film
de întunecată substanță feminină.

Traducere Gabriela Căluțiu Sonnenberg

****

NIEDBALE PODNOSZĘ MUSZLĘ …

Niedbale podnoszę muszlę
pełną rosy, przypomina tę, którą kocham
jakby obie zawierały
coś tajemniczo cennego. I zawierają. W cieniu—
wewnętrzny spokój tej, która dopuszcza
to, co przenika: subtelny ogień, uświęcający
najdelikatniejszą osłonkę
tajemnej istoty kobiecości.

Przekład na polski: Mirosław Grudzień – Małgorzata Żurecka

***

ΠΙΑΝΩ ΤΟ ΚΟΧΥΛΙ ΤΗΣ ΔΡΟΣΙΑΣ …

Πιάνω το κοχύλι της δροσιάς
με προσοχή,
την αύρα της αγαπημένης
σαν να περιέχουν μια μυστήρια αγνότητα.
Την περιέχουν. Ο ίσκιος,
η εσωτερική γαλήνη εκείνου που αφήνει
ότι είναι να περάσει, να περάσει: την σιγανή
φωτιά που υποδαυλίζει
την κρύφια γυναίκεια φύση.

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη//
Translated by Manolis Aligizakis

***

我粗心地取下外壳

我粗心地取下露珠
的外壳,这我爱之人的柔和之风
好像这些东西包含了
所有神秘的美德。它们的确是。影子——
放别人过的人内心的

平静:迟缓的火,它庆祝
隐藏女性
本质的最好电影。

原作:葡萄牙 卡西米罗·德·布里托(1938)
英译:杰曼·卓根布鲁特-斯坦利·巴坎
汉译:中 国 周道模 2021-6-16
Translation into Chinese by William Zhou

***

मैं लापरवाही से खोल लेता हूँ

मैं लापरवाही से खोल लेता हूँ
ओस की हवा, जिससे मैं प्यार करता हूँ
मानो इन चीजों में शामिल हों
सभी रहस्यमय गुण। वे करते हैं। परछाई-
जो पास होने देता है उसकी आंतरिक शांति
कौन गुजरता है: सुस्त आग जो जश्न मनाती है
बेहतरीन फिल्म
छिपे हुए महिला सार की।

Translation into Hindi by Jyotirmaya Thakur

***

わたしはぞんざいに涙のしずくの殻と
愛する人のそよ風をとる
これらがすべての不可思議な美徳を持っているかのように
そう、持っているのである
影のようなもの_人を先に通してあげる心の平和や
勢いのない火が
隠れた女性の本質を描いた
すばらしい映画を祝うかのように

Translation into Japanese by Manabu Kitawaki

***

من بیخیال در شبنم،
و نسیم آنی که دوستش دارم،
پناه میگیرم،

گویی اینها حاوی فضیلتهای مرموز است.
اینها حاوی آن فضیلت مرموزند. سایهی-

آرامش درونی آنکه اجازه عبور به عابران میدهد: آتش کمنوری که لطیفترین غشاء از

عطر پنهان زنانگی را جشن میگیرد.

ترجمه: سپیده زمانی

Translation into Farsi by Sepideh Zamani

***

ÉG GRÍP Í HUGSUNARLEYSI HVEL …

Ég gríp í hugsunarleysi hvel
daggarinnar, gustinn frá elskunni minni
eins og þessi efni búi yfir
allri dularfullri dyggð. Þau gera það. Skugginn —
innri friður þess sem hleypir hjá
þeim sem fer hjá: hægur eldur sem fagnar
fíngerðustu himnu
hulda kvenkjarnans.

Þór Stefánsson þýddi

Translation into Icelandic by Þór Stefánsson

***

BÊ GUHNEDAN EZ SEDEFÊ DIBIM …

Bê guhnedan ez sedefa xunavê dibim ,
sirweya kesê ez jê hezdikim
tu bibêjî ew tişta wergirtina
nihêniya qenciyê ye. Siyeke –
veheseka hundurî ya wî kesî ye,
yê di ber mera dibihure,
dihêle bê bihurtin: Agirekî hêmin
yê bi ciwantirîn fîlm şahînetdike
bi maka veşartiya jinanî.

Translation into Kurdish by Hussein Habasch

***

НЕБРЕЖНО Я БЕРУ РАКУШКУ …

Небрежно я беру ракушку
из росы и дуновенье ветра той, в кого влюблен,
словно в тех вещах
есть некая таинственная сила. Тень ─
внутренний покой тех, кто пропускает тех,
кто мимо проходил; медленный огонь –
тончайшая пленка
непостижимой женской сущности.

Перевод Гермайна Дрогенбродта
Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой

Translation into Macedonian by Daria Mishueva

***

MAHIWAGANG KABUTIHAN

Kinuha ng walang ingat ang kabibi ng hamog,
ang simoy ng hangin ng aking minamahal
na parang ang mga bagay na ito ay nagtataglay
ng lahat ng mahiwagang kabutihan. Ginagawa nila. Ang anino-
ng payapang kalooban na s’yang hinahayaang dumaan
ang siyang daraan: ang marahang apoy na nagdiriwang
sa nababanaag na pinakamainam
na nakakubling kakanyahan ng babae.

Translation into Filipino by-Eden Soriano Trinidad

***

אֲנִי לוֹקֵחַ בְּהֶסַּח הַדַּעַת אֶת מַעֲטֶפֶת

אֲנִי לוֹקֵחַ בְּהֶסַּח הַדַּעַת אֶת מַעֲטֶפֶת
הַטַּל, הַמַּשָּׁב הַקַּל שֶׁל זוֹ שֶׁאֲנִי אוֹהֵב
כְּאִלּוּ דְּבָרִים אֵלּוּ מְכִילִים
אֶת הַמַּעֲלָה הַמִּסְתּוֹרִית. הֵם כֵּן. הַצֵּל –
הַשַּׁלְוָה הַפְּנִימִית שֶׁל הָאֶחָד שֶׁנּוֹתֵן לַעֲבֹר
שֶׁעוֹבֵר: הָאֵשׁ הַמְּדַשְׁדֶּשֶׁת שֶׁחוֹגֶגֶת
הַשִּׁכְבָה הַמְּעֻדֶּנֶת בְּיוֹתֵר
שֶׁל הַמַּהוּת הַנָּשִׁית הָאֲפֵלָה.

תרגום לאנגלית: ג’רמיין דרוגנברודט וסטנלי ברקן
תרגום לעברית: דורית ויסמן
בתמונה: פרט מתוך ציור של
Translation into Hebrew by Dorit Weisman

***

கவனமற்றபனிக்கட்டியின் மேலோட்டை
எடுக்கிறேன்; நான் விரும்பும் தென்றல்
மறைவடக்கமான நற்குணங்கள்
இதில் அடங்கியுள்ளதாக எண்ணி! ஆம்!
ஒருவர் ஒருவரது உள்ளமைதிகடந்து செல்பவர்
கடக்கவிடும் நிழல் கடக்கிறது,
சோம்பேரி நெருப்பு
மறைக்கப்பட்டுள்ள பெண்மையின்
அருமையான படத்தை கடக்கிறது!
ஆக்கம்

Translation into Tamil by NV Subbaraman

***

রহস্যময় অন্তর্নিহিত শক্তি

আমি এলোমেলো ভাবে শিশিরের আবরণ নেই
শিশির বিন্দু যাকে আমি ভালোবাসি তার
মৃদু বাতাস ধারণ করে
যেন তা গ্রহণ করে সমস্ত রহস্যময় পূর্ণ । তারা করে । ছায়া –
অন্তরের শান্তি যেতে দেয় তাদের
যারা চলে যায়: মন্থর আগুন
যা উদযাপন করে
নারীর লুকানো সত্তা ।

Bangla Translation: – Tabassum Tahmina Shagufta Hussein

***

PIOCAIM SUAS AN SLIOGÁN DRÚCHTA …

Piocaim suas an sliogán drúchta
go neamhaireach, cloisim macalla
sa rinse ina bhfuil bua
na rúndiamhra. Feicim scáth—
suaimhneas anama an té a scaoileann
tharais é: dúil mharbhánta
mar bhrat gan lorg
de dhú-eisint na mná.

Aistrithe go Gaeilge ag Rua Breathnach

***

BEZBRIŽNO UZMEM ROSINU ŠKOLJKU …

Bezbrižno uzmem rosinu školjku
i povetarac onoga koga volim,
kao da te stvari sadrže
svu tajanstvenu vrlinu. Sadrže. Senka-
unutrašnji mir onoga ko dozvoljava
prolazniku da prođe je: vatra koja tinja i slavi
skrivenu, najfiniju žensku suštinu.

Sa engleskog prevelar S. Piksiades
Translation into Serbian by S. Piksiades

***

БЕЗГРИЖНО ЈА ЗЕМАМ ЛУШПАТА …

Безгрижно ја земам лушпата
на росата, ветрето на таа што ја љубам
како овие нешта да ја содржат сета
мистериозна доблест. И ја содржат. Сенката – внатрешниот мир на таа која ги пропушта да поминат тие што поминуваат: слабиот оган што го слави најтенкиот слој на скриената женска суштина.

Превод од англиски на македонски: Даниела Андоновска-Трајковска
Translation from English into Macedonian: Daniela Andonovska-Trajkovska

***

TANPA BERHATI-HATI KUKUTIP SELUBUNG

Tanpa berhati-hati kukutip selubung
dari embun, bayu yang kukasihi berembus
ini semua bagai mengandung
semua kebaikan yang misterius. Laku Mereka.Bayangan—
kalbu yang syahdu dari individu yang berlalu
yang melalui: kelambanan semangat memuji
film paling terpuji
dari esensi wanita yang tersembunyi.

Translation into Indonesian by Lily Siti Multatuliana

***

DENGAN CUAI KUAMBIL KELOPAK

Dengan cuai kuambil kelopak
embun, bayu bagi yang kucintai
seolah-olah semuanya mengandungi
segala kebaikan bermisteri. Memang dikandungnya. Bayangan —
kedamaian dalaman bagi seorang yang melepaskan
sesiapa yang merentasi: api lembap yang meraikan
filem terbaik
bagi intipati tersembunyi wanita.

Translation into Malay by Dr Irwan Abu Bakar

***

PRENC, SENSE CURA, LA PELL

Prenc, sense cura, la pell
de la rosada / la brisa de la que estimo
com si aquestes coses continguessin
la misteriosa virtut. Contenen. L’ombra ─
la pau interior de qui deixa passar
que passa: el foc lent que celebra
la millor pel·lícula
de la fosca substància femenina.

Traducció al català: Natalia Fernández Díaz-Cabal

 

Recueil: ITHACA 691
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE SENS (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2021



Illustration
    
LE SENS

Le sens ne réside pas en un lieu.
C’est comme une lèvre tronquée
ou la musique d’une planète lointaine.
Rarement c’est un palais ou une plaine,
le diamant d’un vol ou le coeur de la pluie.
Parfois c’est le bourdonnement d’une abeille, une infime présence
et le jour est un feu brûlant sur la corolle de la mer.
Il s’abreuve de violence et d’obscurité
et ses rivages sont jonchés d’oubli et de chaos.
Ses caprices contiennent toute la distance du silence
et tout l’éclat du désir. Avec une musique désespérée,
il craque parfois sous le masque du temps.
Avec des cendres d’eau, il crée des halos de pénombre
et d’un côté c’est le désert, de l’autre une cataracte.
On peut le parcourir certaines fois comme le spectre solaire
ou le sentir comme un cri en lambeaux ou une porte condamnée.
Souvent ses noms ne sont pas des noms,
mais des blessures, des murailles sourdes, des lames effilées,
de minuscules racines, des chiens d’ombre, des ossements de lune.
Toutefois, il est toujours l’amant désiré que
recherche le poète dans les remous des ténèbres.

(António Ramos Rosa)

 

Recueil: Le cycle du cheval
Traduction: du portugais par Michel Chandeigne
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cheval prêt à s’élancer (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 20 juin 2021




    
Cheval prêt à s’élancer, à gravir,
mais toujours la terre et le silence
soulèvent la maison et le chemin, le
tronc et la croupe, des noms forts.

Cheval de parole et de terre,
vaste par son nom et par son être, il
court le temps d’un regard sur la plaine,
ou se cabre embrasé sur les maisons.

Cheval à la fureur contenue,
écume d’un hennissement sur le mur
le plus haut de la terre, oreille
de la nuit en forme de cheval
sur l’horizon.

(António Ramos Rosa)

 

Recueil: Le cycle du cheval
Traduction: du portugais par Michel Chandeigne
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La vie m’a questionné (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2020



Illustration: Lucie Llong
    
La vie m’a questionné
je lui ai répondu par ton corps.

Doux le mirage
généreuse la grâce de l’illusion.

Mon corps ne pouvait contenir tout ce vacarme ses sens s’écroulaient dans le plaisir
montaient dans le désir
son corps ne connaissait pas d’accalmie.

Retrouvailles était le nom de chaque cellule ses désirs polissaient ses membres.
La passion est une forme du réel le désir une forme de la vérité le plaisir une forme du temps et le corps vêtement du corps.

(Adonis)

 

Recueil: Commencement du corps fin de l’océan
Traduction: Vénus Khoury-Ghata
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Y a-t-il un lieu de silence (Charles Vildrac)

Posted by arbrealettres sur 16 octobre 2020



    

– Y a-t-il un lieu de silence
Où je puisse essayer mon chant
Sans que le submerge en moi-même
Le tumulte de ces orages,
Les cris aigus de ce prétoire
Où se proclament par cent voix
Le mensonge des criminels
La cupidité des voleurs
Et la lâcheté des esclaves ?
– Un seul accent vrai de ton cœur
En toi couvrira cent voix fausses.
Ah ! mon cœur n’est-il pas pareil
À un fruit jeté dans la mer :
Quand un batelier le recueille
Il est encore plein et doré
Mais sa chair que l’eau a forcée
N’a plus que l’âcreté du sel.
J’ai regardé bien trop de morts
Avec des yeux secs et distraits ;
J’ai connu trop de paysages,
J’ai pressé pendant ces cinq ans
Trop de mains, vu trop de visages ;
Des flots ont noyé ma mémoire.
– La moisson étouffe et aveugle
L’ample grenier qui la contient
Mais d’où jaillira chaque gerbe
À son tour, avec tous ses grains.
Sur le lourd butin qui t’accable
Penche-toi ! Dans un cœur aimant
Rien n’est perdu, rien ne s’efface
De ce qu’y a mis chaque jour.

(Charles Vildrac)

 

Recueil: Chants du désespéré (1914-1920) –
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un seul rythme nous contient (Jean-Pierre Siméon)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2020



    
un seul rythme nous contient
quand habitant dans l’amour notre danse égarée
nous échangeons d’une pleine respiration
l’éternité contre une joie

un rythme ou un poème
qui tient dans son étreinte nue
le sens inexprimé des choses

(Jean-Pierre Siméon)

 

Recueil: Lettre à la femme aimée au sujet de la mort Fresque peinte sur un mur obscur
Traduction:
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Mille chemins, un seul but (Victor Hugo)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2020




    

Mille chemins, un seul but

Le chasseur songe dans les bois
À des beautés sur l’herbe assises,
Et dans l’ombre il croit voir parfois
Danser des formes indécises.

Le soldat pense à ses destins
Tout en veillant sur les empires,
Et dans ses souvenirs lointains
Entrevoit de vagues sourires.

Le pâtre attend sous le ciel bleu
L’heure où son étoile paisible
Va s’épanouir, fleur de feu,
Au bout d’une tige invisible.

Regarde-les, regarde encor
Comme la vierge, fille d’Ève,
Jette en courant dans les blés d’or
Sa chanson qui contient son rêve !

Vois errer dans les champs en fleur,
Dos courbé, paupières baissées,
Le poète, cet oiseleur,
Qui cherche à prendre des pensées.

Vois sur la mer les matelots
Implorant la terre embaumée,
Lassés de l’écume des flots,
Et demandant une fumée !

Se rappelant quand le flot noir
Bat les flancs plaintifs du navire,
Les hameaux si joyeux le soir,
Les arbres pleins d’éclats de rire !

Vois le prêtre, priant pour tous,
Front pur qui sous nos fautes penche,
Songer dans le temple, à genoux
Sur les plis de sa robe blanche.

Vois s’élever sur les hauteurs
Tous ces grands penseurs que tu nommes,
Sombres esprit dominateurs,
Chênes dans la forêt des hommes.

Vois, couvant des yeux son trésor,
La mère contempler, ravie,
Son enfant, cœur sans ombre encor,
Vase que remplira la vie !

Tous, dans la joie ou dans l’affront,
Portent, sans nuage et sans tache,
Un mot qui rayonne à leur front,
Dans leur âme un mot qui se cache.

Selon les desseins du Seigneur,
Le mot qu’on voit pour tous varie ;
– L’un a : Gloire ! l’autre a : Bonheur !
L’un dit : Vertu ! l’autre : Patrie !

Le mot caché ne change pas.
Dans tous les cœurs toujours le même ;
Il y chante ou gémit tout bas ;
Et ce mot, c’est le mot suprême !

C’est le mot qui peut assoupir
L’ennui du front le plus morose !
C’est le mystérieux soupir
Qu’à toute heure fait toute chose !

C’est le mot d’où les autres mots
Sortent comme d’un tronc austère,
Et qui remplit de ses rameaux
Tous les langages de la terre !

C’est le verbe, obscur ou vermeil,
Qui luit dans le reflet des fleuves,
Dans le phare, dans le soleil,
Dans la sombre lampe des veuves !

Qui se mêle au bruit des roseaux,
Au tressaillement des colombes ;
Qui jase et rit dans les berceaux,
Et qu’on sent vivre au fond des tombes !

Qui fait éclore dans les bois
Les feuilles, les souffles, les ailes,
La clémence au cœur des grands rois,
Le sourire aux lèvres des belles !

C’est le nœud des prés et des eaux !
C’est le charme qui se compose
Du plus tendre cri des oiseaux,
Du plus doux parfum de la rose !

C’est l’hymne que le gouffre amer
Chante en poussant au port des voiles !
C’est le mystère de la mer,
Et c’est le secret des étoiles !

Ce mot, fondement éternel
De la seconde des deux Romes,
C’est Foi dans la langue du ciel,
Amour dans la langue des hommes !

Aimer, c’est avoir dans les mains
Un fil pour toutes les épreuves,
Un flambeau pour tous les chemins,
Une coupe pour tous les fleuves !

Aimer, c’est comprendre les cieux.
C’est mettre, qu’on dorme ou qu’on veille,
Une lumière dans ses yeux,
Une musique en son oreille !

C’est se chauffer à ce qui bout !
C’est pencher son âme embaumée
Sur le côté divin de tout !
Ainsi, ma douce bien-aimée,

Tu mêles ton cœur et tes sens,
Dans la retraite où tu m’accueilles,
Aux dialogues ravissants
Des flots, des astres et des feuilles !

La vitre laisse voir le jour ;
Malgré nos brumes et nos doutes,
Ô mon ange ! à travers l’amour
Les vérités paraissent toutes !

L’homme et la femme, couple heureux,
À qui le cœur tient lieu d’apôtre,
Laissent voir le ciel derrière eux,
Et sont transparents l’un pour l’autre.

Ils ont en eux, comme un lac noir
Reflète un astre en son eau pure,
Du Dieu caché qu’on ne peut voir
Une lumineuse figure !

Aimons ! prions ! les bois sont verts,
L’été resplendit sur la mousse,
Les germes vivent entr’ouverts,
L’onde s’épanche et l’herbe pousse !

Que la foule, bien loin de nous
Suive ses routes insensées.
Aimons, et tombons à genoux,
Et laissons aller nos pensées !

L’amour, qu’il vienne tôt ou tard,
Prouve Dieu dans notre âme sombre.
Il faut bien un corps quelque part
Pour que le miroir ait une ombre.

(Victor Hugo)

 

Recueil: Les rayons et les ombres
Traduction:
Editions: Bayard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

LES YEUX (Ernest Delève)

Posted by arbrealettres sur 10 juin 2020



 

Harding Meyer   1964 - Brazilian Portrait painter -   (3) [1280x768]

LES YEUX

Bleus entre le ciel et le bleu de nos eaux
Bleus à notre niveau
Bleus ouverts par les femmes

Bleus à la façon humaine
Bleus joyaux du règne de l’homme
Bleus pour la joie bleus pour la peine

Aussi cristaux des hautes altitudes
Les yeux ces eaux qui pulvérisent l’or
Pierres enfouies des chercheurs de trésors

Regards de la surface regards des profondeurs
Pierres de la mer de la terre et des astres
Pierres donnant aux mondes leurs couleurs

Pierres pour tailler les pierres de lumière
Pierres qui rient pierres qui souffrent
Pierres venant du ciel pierres venant du gouffre

Gris voilés comme nos vies
Comme nos ciels comme nos eaux
Gris de miroirs gris de mélancolie
Gris prometteurs d’azur
Yeux couverts gris d’aurores
Gris de seuils de rosée
Gris de la poussière des choses aimées

Miroirs au tain de fleurs
De larmes d’amour de peur
Miroirs au tain de présence
D’étoiles de jour d’absence

Mais que soient noirs les yeux que j’aime
Comme une seule longue nuit
Progressant par marées noirs de profondeurs noirs d’éclat
Noirs à jamais sans lendemain
Noirs de ne vivre que de ma vie secrète
Noirs de centre autour duquel gravite la lumière
Noirs de sources avant la métamorphose noirs de flammes captives

Noirs de feu intérieur noirs de lucidité
Noirs de plonger en moi d’être moi mieux que moi
De ne répondre a rien qu’a l’inconnu
Noirs de donneurs de rêves et de berceuses
De choses vierges et de visiteurs nocturnes
Noirs de présences latentes noirs de présences éclatantes
Noirs de centre unifiant mes désirs
Noirs de beautés cachées de vérités perdues
Noirs de cils noirs de miroirs parfaits de chasseurs de lumière
Noirs noyaux pour vaincre l’enfer
Noirs pour remonter dans leurs regards sur terre
Noirs d’ombres libérées de leur piquet de feu

Noirs de grottes sacrées
Que les captifs ont creusées pour retrouver le jour
Noirs d’ailes attendant pour porter leurs présages

Noirs d’arbres ouverts
Un hibou dans le coeur
Noirs d’hirondelles en exil au pays des splendeurs
Noirs de licences supprimées
Noirs de chambres condamnées
Noirs d’énigmes suspendues
Comme les bêtes des vieux temples
Noirs de prophéties qui régissent ma vie

Noirs de monts noirs dormant sur mes trésors
Noirs de mines que sonde la lampe que je cherche
Noirs d’ouvriers aveugles travaillant sans relâche
A cacher les secrets que je dois découvrir

Noirs de mes raisons inconnaissables de vivre

Noirs de me contenir

(Ernest Delève)

Illustration: Harding Meyer

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous y voilà, nous y sommes ! (Fred Vargas)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2020




    
Nous y voilà, nous y sommes !

Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l’incurie de l’humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l’homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu’elle lui fait mal.
Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d’insouciance.

Nous avons chanté, dansé.

Quand je dis « nous », entendons un quart de l’humanité tandis que le reste était à la peine.

Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides à l’eau, nos fumées dans l’air,
nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde,
nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche,
nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu’on s’est bien amusés.

On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles,
comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre,
déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l’atome,
enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu.

Franchement on s’est marrés.

Franchement on a bien profité.

Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu’il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses
que de biner des pommes de terre.

Certes.

Mais nous y sommes.

A la Troisième Révolution.

Qui a ceci de très différent des deux premières (la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu’on ne l’a pas choisie.

« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.

Oui.

On n’a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis.

C’est la mère Nature qui l’a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies.

La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets.

De pétrole, de gaz, d’uranium, d’air, d’eau.

Son ultimatum est clair et sans pitié :

Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l’exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d’ailleurs peu portées sur la danse).

Sauvez-moi, ou crevez avec moi.

Evidemment, dit comme ça, on comprend qu’on n’a pas le choix, on s’exécute illico et, même, si on a le temps, on s’excuse, affolés et honteux.

D’aucuns, un brin rêveurs, tentent d’obtenir un délai, de s’amuser encore avec la croissance.

Peine perdue.

Il y a du boulot, plus que l’humanité n’en eut jamais.

Nettoyer le ciel, laver l’eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs,
éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l’avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin,
relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, (attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille)
récupérer le crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n’en a plus, on a tout pris dans les mines,
on s’est quand même bien marrés).

S’efforcer. Réfléchir, même.

Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.

Avec le voisin, avec l’Europe, avec le monde.

Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.

Pas d’échappatoire, allons-y.

Encore qu’il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l’ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante.

Qui n’empêche en rien de danser le soir venu, ce n’est pas incompatible.

A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie, une autre des grandes spécialités de l’homme, sa plus aboutie peut être.

A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.

A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.

(Fred Vargas)

Fred Vargas – 7 novembre 2008 – EuropeEcologie.fr

Lu mise en musique par Philippe Torreton et Richard Kolinka
https://twitter.com/elsaboublil/status/1253749194910838785?s=20

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’HOMME ET SON OMBRE (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 10 avril 2020



Illustration
    
(Recueil Pages d’écriture)
L’HOMME ET SON OMBRE

La déroute des idoles n’a pas étouffé en nous le désir
de construire quelques êtres démesurés, étrangers à la raison,
capables de contenir toutes nos craintes, et, en même temps,
de nous conduire aux portes d’un empire incorruptible, paré
des augustes prestiges de l’impersonnalité.
Mais, par un bizarre paradoxe, puisque nulle chose, même
au bord du néant, ne peut nous arracher au souvenir de notre
condition, il semble qu’aujourd’hui la première de ces figures
mythiques, encore obscure et tremblante comme un monde
naissant, ne soit autre que l’Homme lui-même. Dans les
définitions qu’il se donne de sa propre nature et de son propre
destin, il n’est pas un trait, pas une notion qui ne le dépasse.
Son ombre gigantesque l’entraîne et il la suit en gémissant.

(Jean Tardieu)

 

Recueil: Jean Tardieu Un poète
Traduction:
Editions: Gallimard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :