Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘continent’

Mon océan (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2019



Mon continent.
Mon océan
De continents.

(Guillevic)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , | Leave a Comment »

Un jour rappelle-toi (Emmelie Prophète)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2019



 

Erik Johansson  on

Un jour rappelle-toi
cette ville dépecée
entre le bruit la bêtise et la douleur.
On a créé l’infidélité,
le bleu des trottoirs d’un autre continent.
La folie est devenue utile.
Nous nous appliquons à dessiner
des portes de sortie

Depuis tes yeux
le vide est à réinventer.

(Emmelie Prophète)

Illustration: Erik Johansson

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Signe d’aucun signe (Georges Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2019



 

univers

Signe d’aucun signe où l’art pense à tout, pourquoi ton cri : Univers?
Que brille le jour de dire la vérité mésodique par le chant dans le recul de la mémoire-avenir.
Comète, viens à nous dans le tourbillon des âges !
Allons par maints détours jusqu’aux esquisses des continents.
Nous rêvons un autre monde sans sauterelles ni cafards.
Adieu ! rosier mal taillé à l’insu des parfums.
Là-bas dans le ciel bleu de hautes Ecritures je vais rencontrer ma vie.
Elle a peut-être quelque chose à dire.

(Georges Libbrecht)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le suicidaire (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2018



 

Le suicidaire

Il ne restera dans la nuit aucune étoile
Il ne restera pas la nuit.
Je mourrai et avec moi la somme
De l’intolérable univers.
J’effacerai les pyramides, les médailles
Les continents et les visages.
J’effacerai l’accumulation du passé.
De l’histoire, je ferai poussière, poussière la poussière.
Je regarde le dernier crépuscule.
J’écoute le dernier oiseau.
Je lègue le rien à personne.

(Jorge Luis Borges)

Illustration: Albert Pinkham Ryder

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les gens sont tirés vers les gens (Jan Anker Froydarlund)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2018



Les gens sont tirés vers les gens
Par une faim d’amour universel
Qui traverse les continents.

(Jan Anker Froydarlund)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Tout pour l’homme est ciel illimité (Pierre Béarn)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2018



Tout pour l’homme est ciel illimité
vent qui fonce à l’appel du vide
ou mer cernant des continents rongés.
Tout est conquête en fonction de nature.
L’herbe est promise à la faucille
comme au bélier la brebis
et la mortaise au tenon qui la justifiera…

(Pierre Béarn)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les gouttes d’eau sont bien des mondes (Louise Michel)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2018



Les gouttes d’eau sont bien des mondes;
Elles ont leurs monstres flottants.
Qui connaît leurs aurores blondes?
Qui sait leurs combats de géants
Et les splendeurs que la nature
Prodigue dans la moisissure,
Qui leur forme des continents ?

Grondez, grondez, flots monotones!
Passez, passez, heures et jours!
Frappez vos ailes, noirs cyclones;
Ô vents des mers! soufflez toujours;
Emportez, houles monotones!
Hivers glacés, pâles automnes,
Et nos haines et nos amours.

(Louise Michel)


Illustration: Corrie White

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Trésors Cachés (Yokheved Bat Myriam)

Posted by arbrealettres sur 16 août 2018



Trésors Cachés

Faite ainsi, devant toi, telle que me voici :
Sans apprêt, sans fard, sans grimage ni grâce,
Mais débridée, rebelle, mauvaise à frémir —
C’est ainsi devant toi que je veux me tenir.

Tant et tant pour mesurer ma taille qui s’élance,
Tant et tant pour compter mon temps sur cette terre.
Mesure supplémentaire quand s’envolera mon âme
Surgie de sa prison qui vaguera en silence.

Mes mots ne m’emporteront pas vers les hauteurs —
Mes mots comme broyés par une peur soudaine.
Est-ce « comme ça », « comme ça » que je te parlerai
Moi la moribonde qui, de jour en jour, meurt ?

De jour en jour continents, océans
Montent comme les visions d’un rêve rayonnant,
Comme des chemins tout blancs du néant au néant
Qui tracent couleur azur les abîmes et les cimes.

Déjà ne serai plus, ne suis plus de longtemps.
Par delà la frontière ma route me fait signe.
Est-ce par là que viendraient l’expiation du crime,
Châtiment et vengeance, remords, rétribution ?

Me voici devant toi, je suis telle que je suis,
Débridée, rebelle, marmonnant insoumise.
Alentour m’enveloppent de stériles sanglots
Sur moi-même qui de moi ne deviendrai pas moi.

(Yokheved Bat Myriam)


Illustration: Carolus Duran

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il faut creuser les sources (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2018



Illustration
    
Il faut creuser les sources.

Il faut creuser les sources
et trouver celles qui sont par-dessous.
Il faut creuser chaque pas
et puis la trace de chaque pas.
Il faut creuser chaque parole
et l’absence qu’entraîne chaque parole.
Il faut creuser chaque songe
comme si c’était un continent.
Il faut creuser le monde
jusqu’à ce qu’il soit une seule excavation.

Il faut découvrir les sources
qui furent enterrées jadis,
peut-être dès l’origine.

Il faut fonder une nouvelle archéologie :
l’archéologie des sources,
l’archéologie totale.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Poésie verticale 11
Traduction: Fernand Verhesen
Editions: Le Taillis pré

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DROIT (Philippe Jones)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2018



DROIT

C’était le temps des grandes pluies,
pavés gras et fusils brillaient
et les paroles vénéneuses,
portes et serrures grinçaient.

Sur tout un continent les feuilles
tombaient avec indifférence.
Contre la grille il était grand
pâle, cheveux gris de silence.

Les yeux sans brume il souriait
les yeux au delà du voyage,
c’était la veille de sa mort
il souriait, les yeux sans âge.

C’était le temps des grandes hontes,
où les prisons étaient le port
d’hommes dressés, d’hommes vivants.

Il marchait droit, il marche encore

(Philippe Jones)

Illustration: Alberto Giacometti

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :