Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘convalescence’

2ème retouche à la convalescence (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2019



Emilia Castañeda  6_B [1280x768]

 

2ème retouche à la convalescence

dimanche en éventail
la ville ferme les yeux

ma main caresse le tas d’or
des désirs

(Daniel Boulanger)

Illustration: Emilia Castañeda

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CINABRE (Jacques Lacarrière)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2018



CINABRE

Soleil emprisonné dans les macles du soir,
blessure d’où suinte le mercure,
tu dis l’ultime cri du sang avant qu’il ne se fige
la grande paix des cicatrices et la convalescence
de la terre.

(Jacques Lacarrière)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Contre ma chair (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2018



Illustration: Etienne-Maurice Falconet
    
Contre ma chair,
Je confonds soleil, prison.
Des peuples inconnus
Fuient ma convalescence.
Oh ! verse entre mes bras
L’odeur forte des mers.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Convalescence (Shiki)

Posted by arbrealettres sur 18 août 2016



De regarder les roses
la fatigue des yeux
convalescence

(Shiki)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Les commencements d’amour sont les meilleurs (Georges Rodenbach)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2016



Dis, les commencements d’amour sont les meilleurs
C’est une impression, une réminiscence
De souffrance finie et de convalescence,
De malades guéris qui reviennent d’ailleurs.

Qui reviennent chez eux, dans leur maison rouverte,
S’appuyant l’un sur l’autre, incertains de leur pas;
Ils vont se regardant et parlant encor bas
A travers le jardin dont la pelouse est verte.

Ils gardent dans leurs yeux le soleil du Midi
Et dans l’eau du bassin ils se trouvent moins pâles,
Mais ils ont peur encore et se couvrent de châles
Lorsque le soir descend dans le parc attiédi.

Car sont-ils bien guéris? Ne sont-ils plus malades
Du mal d’être trop seul et de ne pas aimer?
Et leurs coeurs, doucement inquiets, vont semer
Leurs rêves dans le vent comme des sérénades !

(Georges Rodenbach)

Illustration: Raymond Peynet

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :