Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘couleur’

Conte d’amour II (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2022



Conte d’amour II

Je veux un amour plein de sanglots et de pleurs,
Un amour au front pâle orné d’une couronne
De roses dont la pluie a terni les couleurs,
Je veux un amour plein de sanglots et de pleurs.

Je veux un amour triste ainsi qu’un ciel d’automne,
Un amour qui serait comme un bois planté d’ifs
Où dans la nuit le cor mélancolique sonne ;
Je veux un amour triste ainsi qu’un ciel d’automne,
Fait de remords très lents et de baisers furtifs.

(Jean Moréas)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

ON NE PARLE QUE DU TEMPS (Jaime Labastida)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2022



sphynge

 

ON NE PARLE QUE DU TEMPS

Que devient la dent féroce,
la fêlure froide des heures,
sinon du temps ? La chair,
pourrie quelques années plus tard, quelques rues
plus loin. Puis vint l’aboiement de l’ombre,
ce chien abstrait lui dévora le visage.

Et le champignon foulé au pied,
négligemment, et la fumée dense
des terrasses, parfaite,
que deviendront-ils, sinon du temps ?
Pas seulement les griffes, ni même
l’horloge, puits ouvert dans un mur
cobalt. Pas seulement le mois qui forme
des rides, ni l’année avec sa queue
de scorpion. Aussi la main
qui trace l’incision de chirurgie,
et celle qui dissèque un organisme vivant.

Je ne parle pas seulement de la seconde prolongée,
irrésolue, qui détruit le coeur ou taille
les pierres. Je parle à peine du temps,
de l’automne qui s’est jeté par terre
pour boire les couleurs du jardin,
de la fleur qui torture
par sa stricte géométrie aveugle.
Temps debout, eau qui lutte
encore contre l’hiver, temps aussi
l’armée assyrienne qui avançait,
comme une forêt de pierre,
sur Ninive, les fleurs dans le parc
de Rodin, temps encore la sphinge
et sa stupeur vide dans une cité
qui ne fut pas faite pour elle, temps
ce groupe de mandrills
qui vénèrent le soleil. Tout saigne
et se meut, tout est temps
et amour, scintillement de l’absence :
ainsi jaillit du sein le lait, le temps.

(Jaime Labastida)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand le poète dort (Marc Alyn)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2022


 

Quand le poète dort, ses poèmes le veillent
Allongés contre lui, chiens couleur de soleil.

Quand le poète dort, ses poèmes s’envolent
Pour aller se nicher dans les livres d’école.

Quand le poète dort, des larmes à ses cils,
La poésie lui tisse une joie, fil à fil.

Quand le poète dort, ses poèmes travaillent
Comme en l’ombre le vin, sous terre les semailles.

Quand le poète dort, ses poèmes apprennent
A vivre seuls, sans lui, que les rêves entraînent.

Quand le poète dort, ses poèmes frémissent
En songeant aux périls qu’il court dans les abysses.

Quand le poète dort, ses poèmes l’écrivent
Pour lui rendre, au réveil, son chant comme une eau vive.

(Marc Alyn)
Illustration: Giuseppe Antonio Petrini

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES ÉCOLIERS (Maurice Fombeure)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2022




LES ÉCOLIERS

Sur la route couleur de sable,
En capuchon noir et pointu,
Le ‘moyen’, le ‘bon’, le ‘passable’
Vont à galoches que veux-tu
Vers leur école intarissable.

Ils ont dans leurs plumiers des gommes
Et des hannetons du matin,
Dans leurs poches du pain, des pommes,
Des billes, ô précieux butin
Gagné sur d’autres petits hommes.

Ils ont la ruse et la paresse
Mais l’innocence et la fraîcheur
Près d’eux les filles ont des tresses
Et des yeux bleus couleur de fleur,
Et des vraies fleurs pour leur maîtresse.

Puis les voilà tous à s’asseoir.
Dans l’école crépie de lune
On les enferme jusqu’au soir,
Jusqu’à ce qu’il leur pousse plume
Pour s’envoler. Après, bonsoir !

(Maurice Fombeure)

Illustration: Robert Doisneau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Sur elle (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 2 septembre 2022



Sur elle
Même le noir
Devient une couleur.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , | 3 Comments »

La couleur du soir (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 31 août 2022



Où la couleur du soir
N’est presque plus à dire.

Plutôt cette lenteur
Qui présage un adieu

Temporaire, on veut croire.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les métamorphoses (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2022



Illustration: Frédéric Rébéna
    
Les métamorphoses

Le ruisseau se dépêche pour arriver à temps
sans savoir où il va Il est très étourdi
(Crois-tu que le ruisseau ait tellement d’idées ?)

L’hirondelle a un rendez-vous important
un rendez-vous d’affaires qu’elle ne veut pas manquer
(Ses petits simplement l’attendent dans son nid)

La chatte noire en se débarbouillant
a l’air d’une demoiselle métamorphosée en chatte
(Ce n’est qu’un animal aimant la propreté)

On se trompe en croyant que les choses
les oiseaux les bêtes et nous
c’est du pareil au même
Mais ce qui est raisonnable et plaisant
c’est pour un humain de se faire (un moment)
ruisseau qui court oiseau qui vole
chatte coquette lézard grenouille ou perdriole

Changer de peau et d’élément c’est reposant
et se faire un peu bête est très intelligent

(Claude Roy)

 

Recueil: Poèmes de Claude Roy
Traduction:
Editions : Bayard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jamais jamais je ne pourrai (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 24 août 2022



Illustration: Frédéric Rébéna
    
Jamais jamais je ne pourrai

Jamais jamais je ne pourrai dormir tranquille aussi longtemps
que d’autres n’auront pas le sommeil et l’abri
ni jamais vivre de bon coeur tant qu’il faudra que d’autres
meurent qui ne savent pas pourquoi
J’ai mal au coeur mal à la terre mal au présent
Le poète n’est pas celui qui dit Je n’y suis pour personne
Le poète dit J’y suis pour tout le monde
Ne frappez pas avant d’entrer
Vous êtes déjà là
Qui vous frappe me frappe
J’en vois de toutes les couleurs
J’y suis pour tout le monde

[…]

(Claude Roy)

 

Recueil: Poèmes de Claude Roy
Traduction:
Editions : Bayard Jeunesse

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Music-hall (Paul Nougé)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2022



Music-hall

Les épaules et les hanches
dansaient à damner les anges
dans un vertige de couleurs
au gré de trente projecteurs

(Paul Nougé)

Illustration

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tenir la ligne de chant (Gaëlle Josse)

Posted by arbrealettres sur 31 juillet 2022




    
tenir la ligne de chant
jusqu’à ce qu’elle se brise
et fasse de nous un enfant
du silence à la recherche
d’une trace couleur de ciel
tombée sur le chemin

(Gaëlle Josse)

Recueil: et recoudre le soleil
Traduction:
Editions: NOTAB/LIA

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :