Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘coup de feu’

MOT (Srecko Kosovel)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2018



 

Karst_and_Cedars [1280x768]

MOT

Tant de mots, tant de mots,
Mais un seul entre tous;
Dans tout l’univers
D’aussi solitaire
En vérité, il n’en est pas.

Comme la grive sur le Karst
D’une aile légère survient
Au temps d’automne,
Sur la lande au-delà des pins
Elle se fond au lieu de solitude.

L’écho des coups de feu sur la lande résonne.
Sois! Maintenant les chasseurs l’abattent.
Qu’es-tu venue chercher, pensée, sur le Karst
En ce triste temps d’automne ?
Les coups de feu là-bas s’éloignent.

(Srecko Kosovel)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OBSTINATION DU PLAISIR (Vangelis Kassos)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2018



Illustration: Joane Michaud
    
L’OBSTINATION DU PLAISIR

pareil à l’oiseau migrateur
qui à son retour
retrouve son nid détruit
pareil à l’aube
qui d’un chant
dégringole
pierre blanche dans le silence
le corps s’obstine
le corps revient à l’assaut
coup de feu dans l’oubli

(Vangelis Kassos)

 

Recueil: Cent poèmes
Traduction: Ioannis Dimitriadis
Editions: http://www.ainigma.net

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MAUVAISE MÉMOIRE (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2017



Illustration: René Magritte
    
MAUVAISE MÉMOIRE

… Mais quel était ce souffle aux pavés de l’aurore?
Quelle était cette odeur de légumes jetés
le linge au noir balcon comme un signal glacé?
Quel était ce regard qui me surveille encore?

Mais quelle était mais quelle était dans cette ville
cette fumée? et ce silence? et tout à coup
ces heurts, ces coups de feu de bataille civile?
Quelle était la clameur qui venait jusqu’à nous?

Quel était votre nom quel était mon visage?
Que faisions-nous ainsi l’un à l’autre inconnus?
Sans savoir qui je suis sans savoir qui je fus
je revois une main qui se tend sous l’orage

un visage qui pleure, une porte fermée.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

INTERMÈDE (Elvio Romero)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2017


 

INTERMÈDE

L’amour, oublions-le pour l’instant, mon amour ;
soyons tout à l’écoute de ce cri
dans la nuit, tout à la terreur incroyable
de ce hurlement.
Les chiens
ont été lâchés comme hier, comme toujours,
et un coup de feu émiette les ombres.

L’amour, oublions-le cette nuit, mon amour.

Le mur, à nouveau, est rouge de sang.

(Elvio Romero)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Permets-moi de ne pas t’aimer (Ossip Mandelstam)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2017



L’air grisâtre est bruissant et moite;
On se sent bien et à l’abri dans la forêt.
Docile je vais porter une fois encore
La croix légère des promenades solitaires.

Et de nouveau, vers l’indifférente patrie,
Le reproche, comme l’oiseau, monte en spirale.
Je participe à la vie ténébreuse,
Je suis innocent de ma solitude.

Un coup de feu. Sur le lac assoupi
Les ailes des canards pèsent lourd à présent.
Les troncs des sapins sont hypnotisés
Par le reflet d’une double existence.

Ciel vitreux à l’étrange miroitement,
De l’univers la brumeuse douleur —
Ô permets-moi d’être pareillement brumeux,
Permets-moi de ne pas t’aimer.

(Ossip Mandelstam)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Vent de Dieu dans le dos (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2016



Vent de Dieu dans le dos.
Le coup de feu qui vient sans bruit –
un rêve bien trop long.

(Tomas Tranströmer)

Illustration: Nico Lund

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô l’espérance assassinée ! (Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2016



Le sable se donne à la mer qui se donne
au ciel. Y respire l’immense image
d’une clarté de corps. Et se moissonnent
entre lèvres muettes et transparences
dans les regards luisants de la semence
une attente, une veille, un message
la croyance en l’absence habitée

Un coup de feu frappe la tempe
qu’effleurait un oiseau rassuré
Et gicle le sang du gibier
rouges le sable et le silence

Ô l’espérance assassinée !

(Robert Mallet)

Illustration: Albrecht Dürer

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »