Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘coup d’oeil’

LAURA (Menno Wigman)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2019




Illustration: Agost Benkhard
    
LAURA

Heureusement, elle est partie. Maintenant elle sera
tout à fait et encore plus qu’elle ne le pense
mienne. Maintenant elle se tiendra de nouveau
nue, épanouie et sans vergogne,
devant mes yeux fermés.

Et, lourd de ses parfums, je refais passer
rapidement son sourire et me focalise
sur ses cuisses généreuses, sa peau
neige doucement sur mon grand écran,
déjà, elle prend de la voix, elle cajole,
elle jure, et puis, dernière image,
j’empoigne ses hanches et l’enneige à nouveau.

Heureusement, elle est partie. Mais moi,
je suis son chien, j’agite la queue quand
elle vient. Encore plus qu’elle ne le pense.

***

LAURA

Gelukkig, ze is weg. Nu zal ze
helemaal en meer nog dan ze denkt
de mijne zijn. Nu zal ze nogmaals,
naakt en vol en onbeschaamd,
voor mijn gesloten ogen staan.

En zwanger van haar geuren speel ik
snel haar glimlach af en spits
me op haar gulle dijen, haar huid
sneeuwt zachtjes op mijn witte doek,
ze krijgt al stem, ze fleemt,
ze vloekt, en dan, de laatste still,
yang ik haar schoot en sneeuw haar uit.

Gelukkig, ze is weg. Maar ik,
ik ben haar bond, ik kwispel als
zij komt. Meer nog dan ze denkt.

(Menno Wigman)

 

Recueil: L’affliction des copyrettes
Traduction: Pierre Gallissaires et Jan H. Mysjkin
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

ELLE TOUJOURS (Menno Wigman)

Posted by arbrealettres sur 21 septembre 2019



Illustration
    
ELLE TOUJOURS

Là, elle vient d’un brouillard de gens :
la bien-aimée. Une insouciance
qui, le temps d’une passion, conduit aux soucis,
parce qu’elle n’est pas seule et quand,
l’été, elle passe sous les fenêtres ouvertes
et perçoit inopinément la voix d’un garçon,
quand un refrain entendu dans la rue
l’enfonce dans les draps chauds d’amours
oubliées : elle n’est pas seule.

Moi, on ne m’entendra pas. Mon regard souille
les vitrines, boit le bonheur poissard
dans les yeux des filles, lèche tout au long lèvres,
bottes, mollets… Ah, ce seul coup d’oeil chaud
dans lequel je conçois mon existence.

Là, elle va dans un brouillard de gens.

***

ZIJ ALTIJD

Daar komt ze uit een mist van mensen:
de geliefde. Een zorgeloosheid
die een hartstocht lang tot zorgen leidt,
want zij is niet alleen, en ais
zij zomers onder open ramen loopt
en onverhoopt een jongensstem verneemt,
als een op straat gehoord refrain
haar in de warme lakens van vergeten
liefdes drijfit: ze is niet alleen.

Mij hoor je niet. Mijn blik besmeurt
de winkelruiten, drinkt Bargoens geluk
uit meisjesogen, likt langs lippen,
laarzen, kuiten… Ach, die ene warme
oogopslag waarin ik mijn bestaan uitdenk.

Daar gaat ze in een mist van mensen.

(Menno Wigman)

 

Recueil: L’affliction des copyrettes
Traduction: Pierre Gallissaires et Jan H. Mysjkin
Editions: Cheyne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Des milliers de souvenirs (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2019




    
…Des milliers de souvenirs d’avoir senti la solitude
et souhaité avec rage la fin des mauvais temps ou de la pensée.

Peut-être ne laissera-t-il qu’un amas informe de fragments aperçus,
de douleurs brisées contre le Monde, d’années vécues dans une minute,
de constructions inachevées et glacées,
immenses labeurs pris dans un coup d’oeil et morts.

Mais toutes ces ruines ont une certaine rose.

(Paul Valéry)

 

Recueil: Poésie perdue
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Champ de tir (Alexàndra Galanou)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2018



Illustration
    
Champ de tir

Coups d’oeil bavards
Coups d’oeil en biais
Coups d’oeil vides
Coups d’oeil sans importance
Coups d’oeil qui importent
Coups d’oeil lourds de sens ou sans poids
Coups d’oeil prostitués
Coups d’oeil superficiels
Coups d’oeil profonds
Coups d’oeil épées
Coups d’oeil de feu
Coups d’oeil clandestins
Coups d’oeil en silence.

T’es-tu jamais demandé
s’ils se croisent correctement
tous ces différents coups d’oeil ?

(Alexàndra Galanou)

 

Recueil: Dans les recoins des mots
Traduction:
Editions: Circé

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon temps (Leonard Cohen)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2018




Illustration  de l’auteur
    
Mon temps

Mon temps tire à sa fin
et je n’ai toujours
pas chanté
la vraie chanson
la grande chanson

j’avoue
que j’ai l’air
d’avoir perdu courage

un coup d’oeil dans la glace
un clin d’oeil dans mon coeur
me donne envie
de la fermer à jamais

alors pourquoi me forces-tu à me pencher ici
Seigneur de ma vie
à me pencher à cette table
au milieu de la nuit
à me demander comment être beau ?

(Leonard Cohen)

 

Recueil: Le livre du désir
Traduction: Jean-Dominique Brierre et Jacques Vassal
Editions: Cherche Midi

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le coq (Hosai)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2016



à la lettre
qu’allongé j’écris
le coq jette un coup d’oeil

(Hosai)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Volonté d’y voir clair (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2016



 

Ettore Aldo Del Vigo 96_n

Volonté d’y voir clair

Au mal:

Mon discours est obscur parce que je suis seul
Il fait jour
Terriblement
Peut-être pour toujours

Pourtant la porte se referme
Sur un rêve de clarté
Sur le soleil et sur l’herbe
Sur un visage heureux d’être compris
D’être accepté

Pourtant la porte se referme
Sur le bonheur que j’ai voulu que j’ai créé
Et je parle de nuit malgré le jour bruyant
J’oublie le jour rêvé je me couvre de terre

Mon nom est rien
Et tu as pris mon nom en t’unissant à moi
Nuit je parle de mort je ne crois qu’à la terre
Oui tout existera le pire et le meilleur

Mais je n’aurai pas été là.

Au bien:
La totalité du jour pèse dans la vallée
Comme l’éclat de trop de fruits dans une corbeille

Flamme pour flamme, jour pour jour
Ici l’on pense en lumière
Et le ciel sur la terre
C’est la volonté d’y voir clair

Nous ne perdons pas un brin d’herbe de l’espoir
Nous refusons d’être sans rêves tout l’hiver

Pour nous le soleil brille
Nous croyons au printemps il n’est jamais si loin
Que nous ne puissions pas l’atteindre d’un coup d’oeil
Il n’y a pas d’aveugle

Rêves d’amour pour nous sont rives de justice
Et l’objet de nos mains

Notre rivière a son chemin
Elle est le coeur la gorge et la langue et la voix
Elle va de l’avant sans cesse portant sens
Portant notre désir de lendemain immenses

Par le corps amoureux du bonheur immédiat

(Paul Eluard)

Illustration: Ettore Aldo Del Vigo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le coup d’oeil (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 7 mai 2015



Le coup d’oeil

belles filles sans fin
avec une rue qui tombe du soleil
une fenêtre aussi vive que du mercure
un train qui sans effort emporte la terre
taillées dans le marbre d’un instant

(Daniel Boulanger)


Illustration: Paul Delvaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :