Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘crédit’

Quête (Esther Granek)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2018



 

Audrey Kawasaki Flutter-Away-by-Audrey-Kawasaki_3-e1268431163411

Quête

J’ai faim
d’un moment d’attention
m’ouvrant un horizon
que je mendie sans fin.

J’ai faim
de ce regard d’autrui
m’offrant comme un crédit
lorsque tout tourne à rien

J’ai faim
J’ai faim et je m’emplis
d’un rêve inaccompli.
Mon espoir est-il vain ?

J’ai faim
Et ma faim ne s’apaise.
Et mon air très à l’aise
ne me trahira point.

(Esther Granek)

Illustration: Audrey Kawasaki

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Stances à Marquise (Pierre Corneille)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2015




Stances à Marquise

Marquise si mon visage
A quelques traits un peu vieux,
Souvenez-vous qu’à mon âge
Vous ne vaudrez guère mieux.

Le temps aux plus belles choses
Se plaît à faire un affront,
Et saura faner vos roses
Comme il a ridé mon front.

Le même cours des planètes
Règle nos jours et nos nuits
On m’a vu ce que vous êtes
Vous serez ce que je suis.

Cependant j’ai quelques charmes
Qui sont assez éclatants
Pour n’avoir pas trop d’alarmes
De ces ravages du temps.

Vous en avez qu’on adore;
Mais ceux que vous méprisez
Pourraient bien durer encore
Quand ceux-là seront usés.

Ils pourront sauver la gloire
Des yeux qui me semblent doux,
Et dans mille ans faire croire
Ce qu’il me plaira de vous.

Chez cette race nouvelle,
Où j’aurai quelque crédit,
Vous ne passerez pour belle
Qu’autant que je l’aurai dit.

Pensez-y, belle Marquise.
Quoiqu’un grison fasse effroi,
Il vaut bien qu’on le courtise,
Quand il est fait comme moi.

(Pierre Corneille)

Illustration: Pierre Mignard

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Avant que la lune (Alexandre Voisard)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2015



Avant que la lune fasse
de nous des disciples résignés
prendre des nouvelles de la planète
l’oreille collée contre l’érable
tandis que le camarade ailé
au large des étangs
s’accroche à des vestiges d’illusions
Assieds-toi parmi les abeilles
au pied du rempart des ronces
écoute sangloter les étamines
fait semblant de parler
le langage du petit géranium
on te fera crédit et tu pourras
abuser impunément des étrangères
qu’enivre la moindre odeur
de menthe froissée
loin des yeux
loin du miel.

(Alexandre Voisard)

Illustration; Danielle Rannou

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :