Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘crête’

Icebergs (Louis MacNeice)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2022




    

Icebergs

Si sous les eaux les icebergs étaient capables de chaleur
Nul ne grimacerait à leurs sommets dentés,
S’élevant et plongeant sur la houle
Ils pourraient signaler que tout est pour le mieux.

Mais dans les eaux obscures les icebergs sont froids,
Aussi froids à la base que blanchis à la crête,
Et ceux qui plongent pour en avoir la preuve
Peuvent ne trouver aucun indice qui change leur opinion.

Il n’y a pas de mots sous l’eau,
Pas davantage de locutions,
De phrases, excepté celle
Qui vous informe que votre vie est terminée

Et que ce dont vous avez joui
N’était que la neuvième ou la dixième partie;
Le reste, simple claque à ceux qui osèrent supposer
Les icebergs sous l’eau capables de chaleur.

***

Icebergs

If icebergs were warm below the water
One would not wince at their jagged tops,
Lifting and dipping on the swell
They still might signal all was well.

But icebergs are cold in the dark water,
Cold their base as white their crest,
And those who dive to check the fact
Can find no signal to retract.

There are no words below the water,
Let alone phrases, let alone
Sentences – except the one
Sentence that tells you life is done

And what you had of it was a mere
Ninth or tenth; the rest is sheer
Snub to those who dared suppose
Icebergs warm below the water.

(Louis MacNeice)

Traduction de Marie Etienne

Recueil: Poésies du Monde
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

En montant à la terrasse de la Vraie Joie, un jour d’automne (Ch’ungji)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2022




    
En montant à la terrasse de la Vraie Joie, un jour d’automne

La douce lumière du matin gravit la crête de l’est,
D’un pas tranquille on monte à la terrasse s’asseoir sur un banc de pierre.
Érables mêlés au soleil, reflets des nuées roses sur la robe,
On tressaille soudain : corps vêtu d’habits de soie!

(Ch’ungji)

***

 

Recueil: Ivresse de brumes, griserie de nuages
Traduction: Ok-sung / Anne Baron / Jean-François Baron
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Signes de vie (Pierre Gabriel)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2022




    
Signes de vie

Une alouette au ras des blés,
Une étoile à la crête du vent,
Une barque d’écume, un visage
Qui lève à l’envers du temps,
Il n’en faut pas plus pour qu’émerge
Entre deux mots ou deux images
Ce léger tremblement de la vie
Qui vient juste de naître
Et soudain nous fait signe.

(Pierre Gabriel)

Recueil: Plumes de poèmes
Traduction:
Editions: Rue du Monde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Désert vivant (Claude Haller)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2022




Illustration: Gabriel Lefebvre
    
Désert vivant

Écoute ce silence
Le désert est à nos portes
Voici que s’avance
La muette cohorte

Poids figé des dunes
Crêtes miragées
Ce soir sous la lune
Fleurit l’apogée

La caravane évanouie
Dans ce sable opulent
Trace l’inouï

(Claude Haller)

Recueil: Poèmes du petit matin
Traduction:
Editions: Hachette

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les affaires du monde ne sont que désordre (Wang Fanzhi)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2022




    
Les affaires du monde ne sont que désordre,
Mieux valent les montagnes et collines.
Des pins qui cachent le soleil,
Une rivière encaissée, un long automne,
Les nuages sur les crêtes qui forment un rideau,
La lune qui dans la nuit dessine un crochet
Et moi allongé sous des plantes grimpantes,
La tête sur une pierre qui me sert d’oreiller.
Je ne suis pas un homme qui se plie au pouvoir,
Pourquoi donc envierais-je les prestiges des nobles !
Si la vie et la mort me laissent indifférent,
De quoi pourrais-je encore encombrer mon esprit!

(Wang Fanzhi)

Recueil: Poèmes Chan
Traduction: du chinois par Jacques Pimpaneau
Editions: Philippe Picquier

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JE NE SUIS (Franz Hellens)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2022



 

JE NE SUIS

Je ne suis que la crête d’une vague
Un peu d’écume née
Des profondeurs de l’âge
Et qui s’éteint soufflée
Au gré du vent,

Une algue flottant à la surface
Détachée de l’épaisseur marine
Et qu’un oiseau plus léger que le vent
Survole
En la frisant,

Je ne suis qu’ombre décalquée
Pâle reflet d’une pensée
Qui fit tourner le monde
Comme l’enfant d’un coup de fouet
Une toupie.

(Franz Hellens)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Le lit défait (Yves Bergeret)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2022



Le lit défait

La crête au loin sous la nuée,
La pente songeuse où frissonnent les mélèzes,
Les collines voisines, les cyprès et les peupliers
viennent déposer doucement sur le papier
leur amour non nourri, leur langueur solitaire;
le vol de l’oiseau, le chant de l’insecte
strient la feuille, finement;
le paysage vient s’asseoir sur les genoux
de la paix silencieuse, mais elle se retire déjà
du blanc de la feuille en y laissant le dessin du paysage
comme un lit défait où s’est étiré
le rêve du monde saisi par une lumière
inespérée

(Yves Bergeret)

Illustration: Charles Guilloux

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CETTE VOIX… (Georges Nicole)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2021



CETTE VOIX…

Cette voix sur les grèves et sur les crêtes
longtemps je l’entendis
venir des eaux, des airs,
et des jeux du soleil.
Transparente, ou plaintive,
éperdue ou rieuse,
le monde me joignait par elle.
Qui le tranche, ce fil de mon destin ?
Qui décréta le silence à l’entour de mes pas ?
Ombre je suis de par la voix perdue
et vais parmi des ombres.
Qui me parle se tait
Qui m’écoute ne m’entend plus.

(Georges Nicole)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bienvenu sur la crête (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2021


 

Revenu sur la crête, le château n’y était plus.
Mais tu étais là, toi. Tu es donc là,
debout dans les pierres.
Le réseau de rubis brille à travers la blancheur.
La houle figée ne s’épandra pas.
Durs regards qui dévorez l’ombre et le jour.

Ecoute la végétation de la rivière,
que lisse chaque flot calme
dans la patience vie du fond,
la bergamote et les grands marronniers.

Si je ne t’attends plus, n’aie pas peur de ton visage.

(André Frénaud)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Olona (Leonardo Sinisgalli)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2021



 

Olona  2

L’Olona

L’aube regarde avec des yeux d’agnelle.
La lumière est blanche et fixe,
Pour qu’elle bouge il suffit que cette
Colombe tourne la tête.
Clarté prise dans le brou,
Voici que le chant du coq
Et le sang de sa crête
Mettent le feu et la bagarre.

***

L’Olona

L’alba guarda con occhi d’agnella.
La luce è bianca e fissa,
Basta a muoverla quella
Colomba in un giro di testa.
Chiarezza chiusa nel mallo,
A metter fuoco e rissa
Ecco il canto del gallo
E il sangue della cresta.

(Leonardo Sinisgalli)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :