Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘crier’

Mouettes (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2019



Pour elles c’est la faim,
L’espace de la faim

Et le temps de crier
L’espace avec leur faim,

Le temps de promener
L’espace dans leur faim,

D’accompagner la mer,
De maudire la mer

Qui ne sait pas borner
L’espace ni la faim.

(Guillevic)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Douceurs (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2019



De ces douceurs
Qui font crier.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , | Leave a Comment »

Mon crâne se resserre (Marie-Jeanne Durry)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2019



Mon crâne se resserre comme ces têtes mortes
que des embaumeurs réduisent à la grosseur du poing.
Au bout de mes bras tendus,le mur.
Je tourne, et le mur tourne avec moi.

De l’autre côté on crie.
Trouez la pierre ! Cognez, forez !
Hélas, votre épieu m’a transpercée.

(Marie-Jeanne Durry)

Illustration: Leon Levinstein

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le petit garçon malade (Madeleine Ley)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2019



 

enfant-malade 

Le petit garçon malade

Le petit garçon malade
ne veut plus regarder les images,
il ferme ses yeux las;
il laisse ses mains chaudes
traîner sur le drap.

Sa mère ouvre la fenêtre,
et le rideau blanc se balance
sur la rue, ce soir de mai.
Il entend jouer les autres
qui sautent à cloche-pied
en criant sur le trottoir.
Alors il tourne la tête
et pleure en silence
dans son petit bras plié.

(Madeleine Ley)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les oliviers s’enroulaient sur eux-mêmes (Marie-Jeanne Durry)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2019



Les oliviers s’enroulaient sur eux-mêmes.
Chaque torsion les ligotait d’un siècle.
Ils se nourrissaient d’une terre pourpre et calme
mais souvent aussi d’énormes roches, à la couleur de leurs feuilles,
et qu’ouvraient leurs vertiges de monstres.
Pour troncs ils n’avaient que des bras animaux, des noeuds de poulpe lignifiés.
La nuit, sans bouger ils tournent en moi, et je crie.

(Marie-Jeanne Durry)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Amulettes (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 17 juillet 2019


 

La scie va dans le bois,
Le bois est séparé

Et c’est la scie
Qui a crié.

(Guillevic)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 3 Comments »

Le sable où nos pas ont crié (Paul-Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2019



    
Le sable où nos pas ont crié, l’or, ni la gloire,
Qu’importe, et de l’hiver le funèbre décor.
Mais que l’amour demeure, et me sourie encor
Comme une rose rouge à travers l’ombre noire.

(Paul-Jean Toulet)

 

Recueil: Les contrerimes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOUVENT J’OUBLIAIS (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2019




    
SOUVENT J’OUBLIAIS

Souvent j’oubliais le sens des actes les plus simples.

Par exemple, devant l’employé du métro qui poinçonne les billets :
« Bonjour! ça va? » disais-je en lui tendant la main et en soulevant mon chapeau.
Mais l’autre hausse les épaules : « Vous fichez pas du monde! Vot’ billet! »

Un soir, rentrant chez moi, j’ai comme un vague souvenir
qu’il me faut crier quelque chose dans l’allée de l’immeuble.
Mais quoi? Misère, je ne le sais plus, je l’ai oublié.
Je murmure d’abord « Bonne nuit! » puis, élevant peu à peu la voix :
« L’addition!… Un hareng de la Baltique, un!… Les jeux sont faits!… Waterloo!… Vade retro… »
La concierge, furieuse, se lève en papillotes et m’insulte.

Je prends congé de mes amis Z… qui habitent au septième étage, sans ascenseur.
On m’accompagne sur le seuil de l’appartement.
Soudain, apercevant l’escalier, je suis pris de panique et pense, dans un éclair :
« C’est quelque chose qui sert à monter, non à descendre! » je ne vois plus les marches,
mais l’espace vertical qu’elles découpent de haut en bas :
une falaise abrupte, une faille, un précipice affreux!

Affolé, étourdi par le vertige, je crie : « Non! Non! Retenez-moi! »
Je supplie mes amis de me garder chez eux pour la nuit. En vain.
Pas de pitié : on me pousse, en plaisantant, vers l’abîme.
Mais moi, hurlant comme un homme qu’on assassine, je résiste,
je m’arc-boute, — finalement je cède, perds l’équilibre,
manque la première marche, tombe et me casse une jambe.

(Jean Tardieu)

 

Recueil: La part de l’ombre
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Coccinelle incroyable (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2019


Oui, fleuves – oui maisons,
Et vous, brouillards – et toi,
Coccinelle incroyable,

Chêne creux du talus,
Ouvert comme un gros bœuf,

Qui ne vous entendrait
Criant comme des graines
Sur le point de mûrir ?

-Patience, quelques siècles
Et nous pourrons peut-être
Nous faire ensemble une raison.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Imaginons (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2019


Imaginons

Le temps que met l’eau à couler de ta main
Le temps que met le coq à crier le soleil
Le temps que l’araignée dévore un peu la mouche
Le temps que la rafale arrache quelques tentes
Le temps de ramener près de moi tes genoux
Le temps pour nos regards de se dire d’amour
Imaginons ce qu’on fera
de tout ce temps.

(Guillevic)

Illustration: Robert Doisneau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »