Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘cristaux’

ADULAIRE (Jacques Lacarrière)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2017



ADULAIRE

On te nomme aussi pierre de lune car tu es
exil d’astre au profond de la terre
comète bâillonnée par le silence des cristaux
gisant d’opale dans le linceul des macles.

(Jacques Lacarrière)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA VALLEE (Francis Jammes)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2017



 

LA VALLEE

La lumière taillée à grands coups de ciseau
Entasse dans le ciel rayonnant ses cristaux
Dont les faces ici s’incrustent de prairies
Et là fument, glaçons dont les brumes s’enfuient.

(Francis Jammes)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NUAGES (André Spire)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2016





NUAGES

Je sais que vous êtes de petits cristaux de glace,
Ou de l’eau.
Je sais où vont et d’où viennent les vents
Qui vous ballottent dans le ciel vide;
Vous passez devant des étoiles dont je sais les noms;
Les rayons des gloires qui vous auréolent et vous percent,
Je les brise dans mon spectroscope
Et je lis les secrets du soleil.

Cependant, quand le soir, de ses mains de lumière,
M’étreint et vous rougit,
De mon coeur, de mes lèvres, troupeaux saignants du ciel,
Pasteurs, archers, colombes, cygnes, féerie, mirage,
Je sens monter vers vous dix mille ans de prières.

(André Spire)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PORTRAIT ET COMMENTAIRE (Tomas Tranströmer)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2016



PORTRAIT ET COMMENTAIRE

Voici le portrait d’un homme que j’ai connu.
Il est assis à table, le journal grand ouvert.
Ses yeux se sont logés derrière ses lunettes.
Son costume est lavé aux lueurs des sapins.

C’est un visage blême, à moitié achevé.
Mais qui a toujours su éveiller la confiance. Ainsi
on se gardait de l’approcher de près
et peut-être alors de tomber sur un drame.

Son père, dit-on, roulait sur l’or.
Mais personne chez eux n’en était vraiment sûr —
on avait l’impression que des pensées étranges
entraient de force la nuit dans la villa.

Le journal, ce grand papillon sale,
la table et la chaise et le visage se délassent.
La vie s’est arrêtée dans des cristaux géants.
Qu’elle n’en sorte plus jusqu’à nouvel ordre!

Ce que je suis en lui repose.
Et existe. Il ne vérifie rien
et ainsi, cela vit et perdure.

Qui suis-je ? Il y a longtemps
j’approchais parfois quelques secondes
ce que JE suis, ce que JE suis, ce que JE suis.

Mais au moment de ME découvrir,
JE m’effaçais et un trou se creusait
et je tombais dedans, tout comme Alice.

(Tomas Tranströmer)

Illustration: Anthony Browne

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :