Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘crue’

Mers écarlates (Luis Cernuda)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2017



Illustration
    
Mers écarlates

Un gémissement mollusque
Ne semble d’aucune importance ;
Mais de nuit un gémissement c’est les vagues
De marbre enflammé,
Corolles fatiguées
Ou lascives colonnes.

Un gémissement n’est rien ; ce sont les mers
Couronnées d’automne
Face à la porte sèche, comme un lit de fleuve
Oublié de tous,
Sa douleur contre un mur.

Un cri pourrait avoir peut-être plus de charme,
Avec le manteau écarlate,
Avec la poitrine écarlate.

Ce sont les mers, les mers en crue
Traversant des villes fumantes.

***

Un gemido molusco

Parece nada de importancia;
Mas de noche un gemido son las olas
De mármol encendido,
Corolas fatigadas
O lascivas columnas.

Un gemido no es nada; son los mares
Coronados de otoño
Ante la puerta seca, como cauce
Olvidado de todos,
Su dolor contra un muro.

Un grito acaso pueda ofrecer más encantos,
Con el manto escarlata,
Con el pecho escarlata.

Son los mares, los mares desbordados
Que atraviesan ciudades humeantes.
Mares escarlata

(Luis Cernuda)

 

Recueil: Un fleuve, un amour
Traduction: Jacques Ancet
Editions: Fata Morgana

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il ne nous reste guère plus de temps (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2017




    
Il ne nous reste guère plus de temps
Pour admirer les festins d’ici-bas :
Bientôt, les énigmes se dévoileront,
Et resplendiront des mondes lointains.

Nous vivons dans une cellule antique,
À l’orée des crues.
Au printemps la joie bouillonne,
Et le fleuve chante.

Mais, présage de la joie,
Au printemps d’orages,
Par la porte de la cellule
L’azur clair se glisse.

Et pleins du frisson sacré
Des années d’attente,
Nous irons par les routes en débâcle,
Vers l’indicible lumière.

(Alexandre Blok)

 

Recueil: Le Monde terrible
Traduction:Pierre Léon
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je m’assiérai… (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2017




    
Je m’assiérai…

Je m’assiérai au pied d’un chêne
Pour écouter la chute vaine
Des feuilles dans le soir mourant.

Rongeant la mousse et la bourdaine,
J’écouterai, qui les ravine,
L’eau s’écouler en soupirant;

S’éffacer aux combes baignées
D’ombre, le rythme des cognées
Qui trouble le bois endormi;

Sous la hache qui le dépèce
Le hêtre qui penche et s’affaisse
Et son cri lentement gémi,

Comme sorti d’une âme humaine.
J’écouterai craquer les faînes,
Et les glands avec un bruit doux

Tomber en frôlant l’herbe sèche,
Puis tout à coup la pie-grièche
Eclater de rire. Dessous

La mousse, dans son trou humide,
Le mulot rentrer et, fluide,
Aux rameaux pourris déchirant

Ses lambeaux, crépiter la brume.
Las! tout s’éteint et se consume….
O mon coeur, pèlerin errant,

Dépose ton bourdon, ta gourde
Et le manteau. Voici la tourbe
Où le ruisseau s’anéantit,

Dans la paix des choses qui meurent
Entre comme en une demeure,
Mulot sous la terre blotti.

Aux sources que la ronce obstrue
Et s’engourdissant sous la crue
Des feuilles rousses, mire-toi.

Pareil à ce méchant érable,
Toi que lasse l’insaisissable
Rêve, vers l’ombre courbe-toi.

Libéré surtout de toi-même,
Sois cet inconscient poëme:
Au creux des serpolets velus

L’eau de mystère et de silence
Et d’où nul sanglot ne s’élance,
L’eau qui dort et ne souffre plus.

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans le moulin de ma solitude (Christian Bobin)

Posted by arbrealettres sur 6 octobre 2017



Dans le moulin de ma solitude, vous entriez comme l’aurore,
vous avanciez comme le feu.
Vous alliez dans mon âme comme un fleuve en crue.
Et vos rives inondaient toutes mes terres.
Quand je rentrais en moi, je n’y retrouverais rien :
là où tout était sombre, un grand soleil tournait.
Là où tout était mort, une petite source dansait.
Une femme si menue qui prenait tant de place : je n’en revenais pas.
Il n’y a pas de connaissance en-dehors de l’Amour.
Il n’y a dans l’amour que de l’inconnaissable.

(Christian Bobin)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La mer (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 14 mai 2017



La mer

Le roc est rouge brique
Tout autour de la crique
L’été teint l’horizon
D’un bleu de déraison

Le flot est bleu d’opale
Sur le sable d’or pâle
Crevettes crabes et algues
Brodent l’assaut des vagues

Dans les espaces bleutés
Les nuages se sont heurtés
Et la mer émeraude
Autour des rochers rôde

En vagues bondissantes
Dans la lumière crue
La foule court les rues
Vers les plages bruissantes

La nuit criblée d’étoiles
Dans un vaste ciel pur
Bientôt reposera sur
La mer semée d’étoiles.

(Jean-Baptiste Besnard)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Les crues de printemps (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2017



 

Les crues de printemps
Lèchent lentement les seuils —
La lune rayonne.

***

The spring flood waters
Lap slowly at the doorsteps, —
A radiant moon.

(Richard Wright)

 

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La lune rayonne (Richard Wright)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2017



 

La lune rayonne
Sur les rescapés de la crue
Tassés sur une colline.

***

A radiant moon
Shining on flood refugees
Crowded on a hill.

(Richard Wright)

Illustration

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Regarde frère marin (Anne Perrier)

Posted by arbrealettres sur 25 janvier 2017



Regarde frère marin
N’est-ce pas ici
Qu’étincellent nos larmes
Aurons-nous peur des vagues
Et de la houle et de ce bleu sans fin
Dans nos veines
Le vent se lève viens nous danserons
Dauphins légers
Sur la crue des siècles.

(Anne Perrier)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma vie est suspendue (Lorine Niedecker)

Posted by arbrealettres sur 29 novembre 2016



ma vie est suspendue
dans la crue
portrait
brouillé

Ne t’éprends pas
de ce visage –
il n’existe plus
dans l’eau
où l’on ne pêche pas

***

my life is hung up
in the flood
a wave-blurred
portrait

Don’t fall in love
with this face–
it no longer exists
in water
we cannot fish

(Lorine Niedecker)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La rivière de l’ouest (Wei Ying-Wu)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2016



Au bord de l’eau, seul à chérir les herbes cachées;
Un loriot jaune chante au profond des feuillages.
Chargée de pluie, monte au soir, la crue printanière.
L’embarcadère désert: une barque à la dérive…

(Wei Ying-Wu)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :