Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘cube’

Le cube de bois (Herbert Zbigniew)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2018




    
Le cube de bois

Le cube de bois ne peut être décrit que de l’extérieur.
Nous sommes ainsi condamnés à une ignorance éternelle quant à son essence.

Même si on le coupe vite en deux, son intérieur devient tout de suite son extrémité
et le secret devient peau en un éclair.

Il est donc impossible de fonder la psychologie d’une boule de pierre,
d’une barre de fer, d’un parallélépipède de bois.

(Herbert Zbigniew)

 

Recueil: Corde de lumières oeuvres poétiques complètes
Traduction: Brigitte Gautier
Editions: LE BRUIT DU TEMPS

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis pris dans le remous (Arthur Bidegain)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



 

je suis pris dans le remous
d’êtres sans scrupule
êtres à plusieurs têtes sans
yeux
mais à globes vitrifiés
dont la langue tournoie
sans cesse demandant
grâce mais
tuant dans le même espace
cube triangle carré

(Arthur Bidegain)

Illustration: Zdzislaw Beksinski

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ville assoupie (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2018




    
Ville assoupie cubes blancs
À travers les jalousies bleues
nul ne guette nos deux ombres
se tenant par la main

Ceux qui voudraient se glisser entre nous
mourraient étranglés par nos caresses
et les yeux pleins d’envie
risquent l’aveuglement

Soleil dans la ville blanche
pourquoi voilerais-tu nos amours
Que chacun brûle au feu de sa propre géhenne
Nous avons trop marché le long des routes vaines

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PYRITE (Jacques Lacarrière)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2017



PYRITE

Foudre morte. Or du feu dans le soufre du fer.
Jeu des cubes initiés aux patiences du temps.
Arêtes vives où le désir s’ébrèche. Où la mémoire
brûle encore dans l’étincelle des cristaux.

(Jacques Lacarrière)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les ruelles sont tissées d’inconnues (Tahar Ben Jelloun)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2017



    

Les ruelles sont tissées d’inconnues
Au fond de la niche, une bougie allumée
C’est l’âme de l’absent
Le souffle de sa dernière douleur
Derrière la flamme,
Une histoire, une énigme
Enfermée dans un cube
Le cube est dans une maison
La maison est sur le toit
Dans le nid de la cigogne qui n’annonce aucune saison.

(Tahar Ben Jelloun)

 

Recueil: Que la Blessure se ferme
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Habiter au lieu de comprendre (Tahar Ben Jelloun)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2017



Illustration: Danielle Decollonge
    
Habiter au lieu de comprendre
Entrer dans le cube des questions
Au lieu de chercher le sens
Suivre la main qui voyage
Et ne pas réclamer de réponse
Retirer le voile couvrant les morts
Et pénétrer le silence absolu
Là, se lover dans le linceul du mystère.

(Tahar Ben Jelloun)

 

Recueil: Que la Blessure se ferme
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je ne vois plus le soleil (Jacques Roubaud)

Posted by arbrealettres sur 27 juillet 2017




    
Je ne vois plus le soleil ni l’eau ni l’herbe m’étant
emprisonné où nul matin n’a de domaine si dans le
cube pur de la nuit je distingue d’autres branchages que
sur l’arche des pensées je les chasse je les cache

(Jacques Roubaud)

 

Recueil: Je suis un crabe ponctuel
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous écrivons souvent par les interstices (Heather Dohollau)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2016



Il s’agit moins d’illustrer une démarche
que de cerner un regard.

Nous écrivons souvent par les interstices dans les œuvres des autres.
Aussi bien celles d’un peintre ou d’un musicien que d’un écrivain.

« La mise au clair du monde dans son resplendissement d’or » (Heidegger),
la chambre avec lumière « pareille à un cube d’argent évidé » de Musil,
ou « l’art de passer les eaux sous la lumière feue » du nocher de Jouve.

Mais aussi : les murs éblouis de Morandi dans les collines de Grizzana,
les doigts du soleil posés sur une nappe par Bonnard, les brisures du ciel
que sont les femmes bleues de Matisse.
Et en musique, certains intermezzi de Brahms,
la sonate opus III de Beethoven,
les chants de l’aube de Schumann.

Des présences dont la grandeur
tient dans la douceur mortelle
de leur effacement.

(Heather Dohollau)

Illustration: Henri Matisse

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE JEU (Hector de Saint-Denys Garneau)

Posted by arbrealettres sur 12 août 2016



 

LE JEU

Ne me dérangez pas je suis profondément occupé
Un enfant est en train de bâtir un village
C’est une ville, un comté
Et qui sait
Tantôt l’univers.

Il joue

Ces cubes de bois sont des maisons qu’il déplace et des châteaux
Cette planche fait signe d’un toit qui penche ça n’est pas mal à voir
Ce n’est pas peu de savoir où va tourner la route de cartes
Cela pourrait changer complètement le cours de la rivière
A cause du pont qui fait un si beau mirage dans l’eau du tapis
C’est facile d’avoir un grand arbre
Et de mettre au-dessous une montagne pour qu’il soit en haut.

Joie de jouer ! paradis des libertés !
Et surtout n’allez pas mettre un pied dans la chambre
On ne sait jamais ce qui peut être dans ce coin
Et si vous n’allez pas écraser la plus chère des fleurs invisibles

Voilà ma boîte à jouets
Pleine de mots pour faire de merveilleux enlacements
Les allier séparer marier,
Déroulements tantôt de danse
Et tout à l’heure le clair éclat du rire
Qu’on croyait perdu

Une tendre chiquenaude
Et l’étoile
Qui se balançait sans prendre garde
Au bout d’un fil trop ténu de lumière
Tombe dans l’eau et fait des ronds.

(Hector de Saint-Denys Garneau)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Temps de vivre (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2016


Au dortoir d’un jour ancien
le surveillant marche
à pas comptés et l’eau
a gelé dans les cuvettes grises.
De lourds cubes de pain
attendent sur les tables en marbre
des encriers sur celles à vieilles entailles.
Des fleurs d’été moururent
jamais cueillies
des jardins dénudés s’étendent;
de fins cheveux
encadrent des visages rafraîchis
au temps pas venu encore de mourir.

(Jean Follain)

Illustration: Rafal Olbinski

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :