Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘cueillette’

LES CHAMPIGNONS (Gaston Couté)

Posted by arbrealettres sur 1 février 2017



LES CHAMPIGNONS

Sous les bois, l’automne s’enfonce
Avec ses gros sabots pleins d’eau ;
Sur ses pas, au travers des ronces,
Naissent les champignons nouveaux…
Va, ma mie, aux bois de chez nous,
(Il est un peu tôt pour qu’on danse !)
Fais bonne cueillette et surtout
Pas d’imprudence !

Les champignons, les champignons !…
Y en a des mauvais et des bons !

Les vrais mousserons sont tout roses
Comme un baiser entre nous deux,
Mais, à ça près, la même chose,
Y a des faux mousserons près d’eux.
Les trahisons sifflent toujours
Derrière le baiser qui sonne.
Comme en les jours de notre amour
Qui suit l’Automne.

Les champignons, les champignons !…
Y en a des mauvais et des bons !

Que l’on se trompe et que l’on s’aime :
On ne peut pas changer son coeur!
Mais on peut encor, tout de même,
N’y cuisiner que du bonheur…
Les faux mousserons ont poussé
Comme les vrais, sans nous attendre,
Mais c’est à nous de les laisser
Ou de les prendre !

Les champignons, les champignons !…
Y en a des mauvais et des bons !

Laisse à pourrir dans la clairière
Comme champignons vénéneux
Tous les soucis et les misères .
Et reviens où sont les vielleux.
Là, vers ton devantier à fleurs
Et vers ta caresse fleurie,
Je tends mon bec, je tends mon coeur,
Ce soir, ma mie.

Qu’ils soient tous bons les champignons !
Et que tous nos baisers soient bons !

(Gaston Couté)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Cueillette des châtaignes d’eau (Jin Nong)

Posted by arbrealettres sur 30 décembre 2016



Cueillette des châtaignes d’eau

(Jin Nong)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , | 5 Comments »

Cueillettes (Paulette Mondolini)

Posted by arbrealettres sur 11 décembre 2016



J’ai cueilli de l’eau à la source claire
Qui court et murmure au pied des sapins.
Mes lèvres ont bu l’eau fraîche et légère,
L’eau qui frémissait au creux de ma main.

J’ai cueilli la brise au sommet des dunes
Où midi flambait le sable brûlant.
Et le vent du soir, habillé de lune,
A posé ses doigts sur mon front tremblant.

J’ai cueilli la joie au rire des filles
Et des mélodies au chant de l’oiseau,
Et la liberté au-delà des grilles,
Et la tiède vie au fond d’un berceau.

(Paulette Mondolini)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Me souviendrai-je (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 29 juillet 2016



Je meurs au bord des cueillettes vaines des femmes
Avec le goût des mirabelliers dans la bouche.
Au lac du néant que désertent les grenouilles
Me souviendrai-je, astre unique, encor de ta flamme?

(Jean Grosjean)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Conservateurs conversant (André Frédérique)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2016


 

Bon
Bien
On conserve à Paris
Hier
Aujourd’hui
On parle de la nuit
On parle de la pluie
Un enfant sur les genoux de sa mère pleure
L’autobus 27 va jusqu’à Sète
Le temps des cerises ne reviendra jamais
Et s’il revenait un jour
qui serait prêt pour la cueillette?
un homme fardé vend du raisin
à la porte de la Villette
Mais vous qui rêvez à l’envers
pourquoi mourir
quand l’océan nous guette
est-il doux de se repentir ?

(André Frédérique)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La cueillette (Guillaume Apollinaire)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2016



 

La cueillette

Nous vînmes au jardin fleuri pour la cueillette.
Belle, sais-tu combien de fleurs, de roses-thé,
Roses pâles d’amour qui couronnent ta tête,
S’effeuillent chaque été ?

Leurs tiges vont plier au grand vent qui s’élève.
Des pétales de rose ont chu dans le chemin.
Ô Belle, cueille-les, puisque nos fleurs de rêve
Se faneront demain !

Mets-les dans une coupe et toutes portes doses,
Alanguis et cruels, songeant aux jours défunts,
Nous verrons l’agonie amoureuse des roses
Aux râles de parfums.

Le grand jardin est défleuri, mon égoïste,
Les papillons de jour vers d’autres fleurs ont fui,
Et seuls dorénavant viendront au jardin triste
Les papillons de nuit.

Et les fleurs vont mourir dans la chambre profane.
Nos roses tour à tour effeuillent leur douleur.
Belle, sanglote un peu… Chaque fleur qui se fane,
C’est un amour qui meurt !

(Guillaume Apollinaire)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :