Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘cuillère’

Seul (Homero Aridjis)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2017



    

Seul comme un clou dans le mur

seul comme un portrait dans un tiroir

seul comme une abeille morte
dans une rue du District Fédéral

seul comme une pièce
dans la poche d’un pauvre

seul comme un homme dans la multitude

seul comme une chaussure trouée

seul comme une cuillère
sur la table de la femme absente

seul

(Homero Aridjis)

 

Recueil: Les poèmes solaires
Traduction: Ivan Alechine
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les choses ont une âme (Kayo)

Posted by arbrealettres sur 12 mars 2017



Les choses ont une âme

Dans son écrin ouaté,
La petite cuillère se met à rêver
En regardant sa grande sœur.
«Pourquoi es-tu si grande», demande-t-elle
alors avec envie?

«J’ai mangé beaucoup, beaucoup de soupe»
lui répond son aînée…

(Kayo)


Illustration

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , | 2 Comments »

Ta lente main vola de mes yeux vers le jour (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 16 juillet 2016



Ta lente main vola de mes yeux vers le jour
et la lumière entra comme un rosier ouvert.
Et le sable et le ciel souverains palpitaient
on eût dit un rucher taillé dans les turquoises.
Ta main a touché des syllabes qui tintaient,
des coupes et des burettes aux huiles jaunes,
des corolles, des sources et puis surtout, l’amour,
l’amour : ta pure main épargna les cuillères.
Et le soir s’en alla. Sur le sommeil de l’homme
la nuit glisse, en secret, sa capsule céleste.
Oh la triste odeur sauvage du chèvrefeuille !
Alors sur mes yeux que l’ombre avait dévorés
ta lente main volant de son vol referma
son plumage que je croyais avoir perdu.

***

Tu mano fue volando de mis ojos al día.
Entró la luz como un rosal abierto.
Arena y cielo palpitaban como una
culminante colmena cortada en las turquesas.
Tu mano tocó sílabas que tintineaban, copas,
alcuzas con aceites amarillos,
corolas, manantiales y, sobre todo, amor,
amor : tu mano pura preservó las cucharas.
La tarde fue. La noche deslizó sigilosa
sobre el sueño del hombre su cápsula celeste.
Un triste olor salvaje soltó la madreselva.
Y tu mano volvió de su vuelo volando
a cerrar su plumaje que yo creí perdido
sobre mis ojos devorados por la sombra.

(Pablo Neruda)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’est toujours la cuillère de fer blanc (János Pilinszky)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2016



C’est toujours la cuillère de fer blanc au rebut,
le bric-à-brac de la misère que j’ai cherchés,
espérant qu’un beau jour
inondés de pleurs, doucement m’accueilleront
la vieille cour, le silence de lierre
de notre demeure, son chuchotement.

Toujours,
j’ai toujours eu la nostalgie du retour.

(János Pilinszky)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/


Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dernier jour (Philippe de Cornière)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2015


img2

 

Un jour de chanson d’amour
je mourrai
Lors dans l’oreille d’un sourd
je tomberai
Car la vie c’est trop court
le temps c’est trop près
Qu’on mette sur l’étiquette
du panier
« Il meurt comme sur des roulettes
c’est sa vie qu’a grincé »

Y a pas qu’au dos des p’tites cuillères
quand on y r’garde
bien
qu’on a la tête à l’envers

Est-ce ma faute à moi dis
si y a pas d’paradis
Si on perd tout à être
si tant on gagne pour gagner
pour se perdre
et s’en aller

Un jour de chanson d’amour
je mourrai

(Philippe de Cornière)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une vieille femme (Yves di Manno)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2015


pt54316

Trois enfants pendus à ses jambes
une vieille femme tourne
sa cuillère dans la marmite.

(Yves di Manno)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :