Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Czeslaw Milosz)’

Soleil (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 8 juillet 2018



Il est de la couleur du temps,
Lui dont l’arc-en-ciel dépend.
Il donne la couleur à tout,
Sans être coloré lui-même,
La terre entière est un poème
Que Soleil parafe partout.

Peindre le monde qu’il bigarre
Avec le soleil dans les yeux,
Ce serait perdre, d’un regard,
Mémoire de la terre et des cieux,
Changer en plomb les pleurs de feu.

Il vaut mieux te mettre à genoux,
Poser contre l’herbe ta joue,
Et là, retrouver confondus,
Dans un unique rayon d’or,
Les crépuscules, les aurores,
Les étoiles, les roses perdus.

(Czeslaw Milosz)

Illustration: David Caspar Friedrich

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Si peu (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2017



Si peu ai-je dit.
Courts sont les jours.

Courts les jours,
Courtes les nuits,
Courtes les années.

Si peu ai-je dit.
Le temps a manqué.

Mon coeur est las
D’extase,
De désespoir,
D’ardeur,
D’espérance.

La gueule du léviathan
Se refermait sur moi.

Je restais nu sur les rivages
Des îles désertes.

La baleine blanche du monde
M’a emporté avec elle dans l’abîme.

Et à présent
Je ne sais plus ce qui était vrai.

(Czeslaw Milosz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Supplication (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2016



Epargne-nous
le silence galactique

(Czeslaw Milosz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Ce qui était grand (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2016




Ce qui était si grand est devenu petit.
Les royaumes comme l’étain se sont ternis.

Ce qui m’écrasait ne m’écrase plus.
Les terres du ciel étincellent dans leur cours.

Au bord du fleuve, allongé dans l’herbe,
Enfant d’autrefois, je lance des bateaux d’écorce.

(Czeslaw Milosz)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sait-il? (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2016



Sait-il qu’il brille?
Sait-il qu’il vole?
Sait-il ce qu’il est et ce qu’il n’est pas?

(Czeslaw Milosz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Tu verras des fleurs ignorées (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2016



Si tu sais mieux regarder
Dans le vaste jardin du monde,
Tu verras des fleurs ignorées
Et plus d’une étoile en surnombre.

(Czeslaw Milosz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vérité ultime (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2016



Sous la lune quand se promènent les femmes avec des robes à fleurs

Leurs yeux m’étonnent, leurs cils et tout l’ordre du monde.
Il me semble que d’une si grande inclination mutuelle
Pourrait enfin résulter la vérité ultime

(Czeslaw Milosz)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

L’OCÉAN (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2016



L’OCÉAN

Douce langue qui lèche
Des petits genoux arrondis,
Ambassade porteuse de sel
D’abîmes vieux de milliards d’années.
I1 y a des chardons violets,
Des méduses (soleils sur le plat) ;
Avec leur nageoire d’avion,
Leur peau de râpe, les requins
Visitent le musée de la mort
Sous le pressoir en cristal.
Le dauphin sort de la vague
Son museau de petit garçon noir ;
Dans les cités liquides du désert
Paissent les léviathans.

(Czeslaw Milosz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Signe de reconnaissance (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2016



Signe de reconnaissance

C’étaient des hommes comme nous:
ils savaient voler en rêve.

(Czeslaw Milosz)


Illustration: Josephine Wall

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

L’amour signifie apprendre à se regarder soi-même (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 26 novembre 2016



L’amour signifie apprendre à se regarder soi-même
C’est aussi la façon dont on regarde les choses lointaines
Car vous êtes seulement une chose parmi d’autres.
Et quiconque voit cette voie guérit son coeur,
Sans le savoir, à partir de divers maux.
Un oiseau et un arbre lui disent : ami.

Puis il veut se servir de lui-même et des choses
Alors qu’ils arrivent dans la lueur de la maturité.
Peu importe s’il sait ce qu’il sert ou pas :
Qui sert le mieux ne comprend pas toujours.

***

Love

Love means to learn to look at yourself
The way one looks at distant things
For you are only one thing among many.
And whoever sees that way heals his heart,
Without knowing it, from various ills-
A bird and a tree say to him: Friend.

Then he wants to use himself and things
So that they stand in the glow of ripeness.
It doesn’t matter whether he knows what he serves:
Who serves best doesn’t always understand.

(Czeslaw Milosz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 Illustration: Kajan: https://dessinrencontre.com/

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :