Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘danseuse’

LES VAINES DANSEUSES (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018



 

Brad Kunkle _1280

LES VAINES DANSEUSES

Celles qui sont des fleurs légères sont venues,
Figurines d’or et beautés toutes menues
Où s’irise une faible lune… Les voici
Mélodieuses fuir dans le bois éclairci.

De mauves et d’iris et de nocturnes roses
Sont les grâces de nuit sous leurs danses écloses.
Que de parfums voilés dispensent leurs doigts d’or!
Mais l’azur doux s’effeuille en ce bocage mort
Et de l’eau mince luit à peine, reposée
Comme un pâle trésor d’une antique rosée
D’où le silence en fleur monte… Encor les voici
Mélodieuses fuir dans le bois éclairci.
Aux calices aimés leurs mains sont gracieuses;
Un peu de lune dort sur leurs lèvres pieuses
Et leurs bras merveilleux aux gestes endormis
Aiment à dénouer sous les myrtes amis
Leurs liens fauves et leurs caresses… Mais certaines,
Moins captives du rythme et des harpes lointaines,
S’en vont d’un pas subtil au lac enseveli
Boire des lys l’eau frêle où dort le pur oubli.

(Paul Valéry)

Illustration: Brad Kunkle

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A LA DANSEUSE SIAO LING QUI AVAIT INSTITUÉ UN CONCOURS DE POÉSIES SUR LE CRÉPUSCULE (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2018



danseuse-elegante-ming-chine-asie [1280x768]

 

A LA DANSEUSE SIAO LING QUI AVAIT INSTITUÉ UN CONCOURS DE POÉSIES SUR LE CRÉPUSCULE

Maintenant,
chaque crépuscule me rappellera la robe bleue que vous aviez,
quand nous sommes venus vous lire nos poésies.

Si la mienne a été jugée la meilleure,
c’est parce que vous étiez près de moi, dansante et voilée,
lorsque je l’ai écrite, à l’aurore.

A cette heure-là, cependant,
vous dormiez sur la Terrasse des Fleurs de Jade,
indifférente aux roses qui s’amoncelaient dans le ciel,
au-dessus du palais où l’Empereur Wou Ti éleva la danseuse Feï Yen au rang d’impératrice.

(La Flûte de Jade)

 Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Claquemurée (Jean-Pierre Chambon)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2018



Illustration: Juju Alishina

    
Claquemurée derrière une paroi de verre
et comme foudroyée
par une infiniment lente commotion
qui la dépouille de son tégument de larve
la danseuse buto
oppose à nos regards la pâleur de nacre
de ses yeux révulsés

(Jean-Pierre Chambon)

 

Recueil: Tout-venant
Traduction:
Editions: Héros-Limite

  

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Qui nous attache? Qui nous menace? (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



Qui nous attache?
qui nous menace?
nous protège une jeune danseuse
nue
les bras levés
dans ses mains
brillent
castagnettes de coquillages
secret de cigale.

(Luis Mizón)


Illustration: Claude Prévost

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ADORABLE DANSEUSE (William Butler Yeats)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2018



 

ADORABLE DANSEUSE

La jeune fille va dansant
Sur la pelouse du jardin
Jonchée de feuilles, fraîche et douce ;
Ayant fui l’amertume de la jeunesse,
La foule de ses admirateurs,
Ou la nuée noire de son coeur.
Ah, danseuse, adorable danseuse !

Si des hommes inquiétants se présentent
Pour l’emmener, n’allez pas leur dire
Que sa folie la rend heureuse ;
Mettez-les bien courtoisement sur une fausse piste ;
Laissez-la achever sa danse,
Laissez-la achever sa danse.
Ah, danseuse, adorable danseuse !

***

SWEET DANCER

The girl goes dancing there
On the leaf-sown, new-mown, smooth
Grass plot of the garden;
Escaped from bitter youth,
Escaped out of her crowd,
Or out of her bfack cloud.
Ah, dancer, ah, sweet dancer!

lf strange men come from the house
To lead her away, do not say
That she is happy being crazy;
Lead them gently astray;
Let her finish her dance,
Let her finish her dance.
Ah, dancer, ah, sweet dancer!

(William Butler Yeats)

Illustration: Leonid Afremov

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SACRE ET MASSACRE DE L’AMOUR (Roger Gilbert-Lecomte)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2017



Illustration: Salvador Dali
    
SACRE ET MASSACRE DE L’AMOUR (IV)

Visitation blême au désert de l’amour

Aveugle prophétesse au regard de cristal
Que les oreilles de ton cœur
Entendent rugir les lions intérieurs
Du cœur

Le grand voile de brume rouge et la rumeur
Du sang brûlé par le poison des charmes

Et les prestiges du désir
Suscitant aux détours de ta gorge nocturne
La voracité des vampires

Danse immense des gravitations nuptiales
Aux palpitations des mondes et des mers
Au rythme des soleils du cœur et des sanglots
Vers le temple perdu dans l’abîme oublié
Vers la caverne médusante qu’enfanta
L’ombre panique dans la première nuit du monde
Voici l’appel la trombe et le vol des semences
L’appel au fond de tout du centre souterrain

Danseuse unissant la nuit à l’eau-mère
Végétal unissant la terre au sang du ciel

(Roger Gilbert-Lecomte)

 

Recueil: La Vie, l’Amour, la Mort, le Vide et le Vent:
Traduction:
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Moi, j’aime le music-hall (Charles Trenet)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2017



 

music-hall-logo [1280x768]

Moi, j’aime le music-hall

Moi j´aime le music-hall
Ses jongleurs, ses danseuses légères
Et le public qui rigole
Quand il voit des petits chiens blancs portant faux col
Moi, j´aime tous les samedis
Quand Paris allume ses lumières
Prendre vers huit heures et demie
Un billet pour être assis
Au troisième rang pas trop loin
Et déjà voilà le rideau rouge
Qui bouge, qui bouge, bouge
L´orchestre attaque un air ancien du temps de Mayol
Bravo c´est drôle, c´est très drôle
Ça c´est du bon souvenir
Du muguet qui ne meure pas, cousine
Ah! comme elles poussaient des soupirs
Les jeunes fillettes d´antan
Du monde ou d´l´usine
Qui sont devenues à présent
De vieilles grand-mamans
Ce fut vraiment Félix Mayol
Le bourreau des cœurs de leur music-hall

Mais depuis mille neuf cent
Si les jongleurs n´ont pas changé
Si les petits toutous frémissants
Sont restés bien sages sans bouger
Debout dans une pose peu commode
Les chansons ont connu d´autres modes.
Et s´il y a toujours Maurice Chevalier,
Édith Piaf, Tino Rossi et Charles Trenet
Il y a aussi et Dieu merci,
Patachou, Brassens, Léo Ferré.

Moi, j´aime le music-hall
C´est le refuge des chanteurs poètes
Ceux qui se montent pas du col
Et qui restent pour ça de grandes gentilles vedettes
Moi j´aime Juliette Gréco
Mouloudji, Ulmer, les Frère Jacques
J´aime à tous les échos
Charles Aznavour, Gilbert Bécaud
J´aime les boulevards de Paris
Quand Yves Montand qui sourit
Les chante et ça m´enchante
J´adore aussi ces grands garçons
De la chanson,
Les Compagnons
Ding, ding, dong
Ça c´est du music-hall
On dira tout c´qu´on peut en dire
Mais ça restera toujours toujours l´école
Où l´on apprend à mieux voir,
Entendre, applaudir, à s´émouvoir
En s´fendant de larmes ou de rire.
Voilà pourquoi, la, do, mi, sol,

J´aim´rai toujours le music-hall
J´aim´rai toujours, toujours, toujours,
Toujours, toujours, le music-hall.

(Charles Trenet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La Nature (Henri Cazalis)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2017



Illustration: jean-gabriel Domergue
    
La Nature sans cesse change de costumes,
comme une danseuse qui veut plaire.

— A qui veut-elle plaire avec ses mensonges?

(Henri Cazalis)

 

Recueil: Le livre du Néant
Editions: Alphonse Lemerre

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Danseuse (Hédi Kaddour)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2017


danseuse

entre deux entrées en scène
la danseuse nue
recherche le sommeil au bord de la table dans la loge
et repoussant une bouteille de jus d’orange
elle grimace légèrement
tandis que dans une fausse douceur
l’ombre resserre
les jambes longues

(Hédi Kaddour)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Écrit sur une lamelle d’un wagon (Avrom Sutzkever)

Posted by arbrealettres sur 16 mars 2017



Écrit sur une lamelle d’un wagon

Si un jour quelqu’un doit trouver des perles
enfilées sur une ficelle de soie rouge-sang
qui, près de la gorge, courent aux plus minces des jours
comme le chemin propre de la vie jusqu’à qu’il s’en aille
quelque part dans un brouillard pour ne pas être vu,

Si quelqu’un doit trouver ces perles
Dites-lui comment –froides, distantes -elles ont illuminé
les dix-huit ans, de la danseuse de Paris,
au cœur impatient, Marie.

Maintenant, traîné à travers la Pologne inconnue –
Je lance mes perles à travers la grille.

Si un jeune homme les trouve
Que ces perles ornent sa petite amie.
Si une fille les trouve
Qu’elle les porte, elles lui appartiennent.
Et si elles sont trouvées par un vieil homme
laissez-le, pour ces perles, réciter une prière.

(Avrom Sutzkever)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :