Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘davantage’

LES COQUELICOTS ONT FLEURI (Agron Shele)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2022



Illustration: Vincent Van Gogh
    
Poem in English, Spanish, Dutch and in Albanian, Arabic, Armenian, Bangla, Bosnian, Catalan, Chinese, Farsi, Filipino, French, German, Greek, Hebrew, Hindi, Icelandic, Indonesian, Irish (Gaelic), Italian, Japanese, Kiswahili, Kurdish, Macedonian, Malay, Polish, Portuguese, Romanian, Russian, Sardinian, Serbian, Sicilian, Swedish, Tamil
Poem of the Week Ithaca 720, THE POPPIES HAVE BLOOMED, Agron Shele, Albania-Belgium
– All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt –

***

LES COQUELICOTS ONT FLEURI

Les coquelicots ont fleuri
de leur rouge insensé ils ravivent
les lèvres du printemps,
embrassent le vent d’ouest
pour qu’il libère un à un les bourgeons
qui explosent au sein de la terre
leurs veines distillent goutte à goutte le sang de leur âme
afin que demain répande davantage d’amour.

(Agron Shele)

(Albanie – Belgique)
Traduction Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache

***

THE POPPIES HAVE BLOOMED

The poppies have bloomed.
They brighten the lips of spring with
their mad red.
They kiss the zephyr
to unravel the petals one-by-one
erupting in blossoms from the earth’s bosom.
They drip the blood of their souls from the veins
to bring more love for tomorrow.

AGRON SHELE (Albania – Belgium)
Translated by Merita Paparisto and Stanley Barkan

***

LAS AMAPOLAS HAN FLORECIDO

Las amapolas han florecido.
Iluminan los labios de la primavera con
su rojo enloquecido.
Besan el céfiro
para desenredar los pétalos uno a uno
brotando en flor desde el seno de la tierra.
Gotean la sangre de sus almas desde las venas
para traer más amor al mañana.

AGRON SHELE (Albania – Belgica)
Traducción Germain Droogenbroodt – Rafael Carcelén

***

DE KLAPROZEN HEBBEN GEBLOEID

De klaprozen hebben gebloeid
met hun uitzinnig rood fleuren ze
de lippen van de lente op,
zoenen ze de westenwind
om één voor één de bloesems te ontrafelen
die uitbarsten in de boezem van de aarde
zij druppelen het bloed van hun ziel uit de aderen
om meer liefde te brengen voor morgen.

AGRON SHELE (Albanië – België)
Vertaling Germain Droogenbroodt

***

LULËKUQET KANË ÇELUR

Lulëkuqet kanë çelur.
Shndrijnë të kuqen e çmendur
mbi buzë të pranverës,
puthen me flladet
për të zhveshur një e nga një petalet
blerimit që shpërthen gjirit të tokës,
tek pikojnë gjakun e shpirtit ndër deje
për të sjellë më shumë dashuri të nesërmes.

AGRON SHELE (Shqipëri – Belgjikë)

***

وَأَزْهَرَتْ شَقَائِقُ النَّعْمَانِ

وَأَزْهَرَتْ شَقَائِقُ النَّعْمَانِ
يُضِيؤُونَ شِفَاهَ الرَّبِيعِ بَأَحْمَرِهِمِ الهَائِجِ.
يُقَبِلُونَ النَّسِيمَ العَلِيلَ لٍيُزِيلُو الغِطَاءَ عَنِ البِتِلَّاتٍ
وَاحِدَةٍ تِلْوَى الأُخِرَى
يُفَجِرُونَ الأَزْهَارَ مِن حُضْنِ الأَرْضِ.
إِنَّهُم يُسِيلوُنَ دِمَاءَ أَرْوَاحِهِمْ مِنَ العُروقِ
لِجَلْبِ المَزِيدِ مِنَ الحُب
: ـــــــــــــــــ « لِــلْــــغَد ».

أَجْرُون شِيْلي(AGRON SHELE)، ألبانيا-بلجيكا
ترجمة للعربية: عبد القادر كشيدة
Translated into Arab by Mesaoud Abdelkader

***

ԾԱՂԿԵԼ ԵՆ ԿԱԿԱՉՆԵՐԸ

Ծաղկել են կակաչները:
Նրանք ներկել են գարնան շուրթերը
խենթացնող կարմիրով:
Համբուրում են զեփյուռին՝
երկրի ծոցից ժայթքող թերթիկները
հատ-հատ բացելու համար:
Կակաչները կաթեցնում են երակներից
իրենց հոգու արյունը՝
սեր բերելու վաղվա օրվա համար:

ԱԳՐՈՆ ՇԵԼԵ (Ալբանիա-Բելգիա)
Թարգմանությունը՝ Մերիտա Պապարիսթոյի և Ս. Բարքանի
Հայերեն թարգմանությունը՝ Արմենուհի Սիսյանի
Translated into Armenian by Armenuhi Sisyan

***

ফুটেছে পপি ফুলেরা

ফুটেছে পপি ফুলেরা ।
তারা উজ্জ্বল করে বসন্ত ঋতুর অধর
তাদের রক্তিম রঙের উন্মাদনায় ।
তারা চুমু দেয় কোমল পশ্চিমা বাতাসকে
তাদের পাপড়ি উন্মুক্ত করতে একের -পর -এক
বিস্ফোরিত হয় প্রস্ফুটিত ফুলেরা পৃথিবীর হৃদয়
থেকে ।
তারা তাদের আত্মার রক্তক্ষরণ ঘটায় ফোঁটায় করা তাদের
রক্ত শিরা থেকে
আগামী দিনের জন্য আরো ভালোবাসা আনতে ।

AGRON SHELE (আলবেনিয়া – বেলজিয়াম)
Bangla Translation: Tabassum Tahmina Shagufta Hussein

***

MAKOVI SU PROCVJETALI

mak je procvjetao.
Uljepšavaju usne proljeća
njihova luda crvena.
Oni ljube zefir
da odmotate latice jednu po jednu
izbijajući u cvjetovima iz njedra zemlje.
oni kaplju krv svojih duša iz vena
da donesem više ljubavi za sutra.

AGRON SHELE (Albanija – Belgija)
mak Merita Paparisto i Stanley Barkan
Translation in Bosnian: Mait Corbic

***

LES ROSELLES HAN FLORIT

Les roselles han florit.
Alegren els llavis de la primavera amb
el seu vermell embogit.
Besen el zèfir
per a desenredar els pètals un a un
brotant en flor des del si de la terra.
Gotegen la sang de les seves ànimes des de les venes
per portar més amor a l’endemà.

AGRON SHELE (Albània – Bèlgica)
Traducció al català: Natalia Fernández Díaz-Cabal

***

罂粟花开了

罂粟花开了。
她们用疯狂的红色艳丽了
春天的嘴唇。
她们亲吻微风
以一片一片地绽开花瓣
从地球的胸乳喷发出花朵。
她们从血管滴下她们灵魂的血
把更多的爱带给明天。

原作:阿尔巴尼亚-比利时 奥格隆·舍勒
英译:梅丽塔·帕帕里斯托-斯坦·巴坎
汉译:中 国 周道模 2022-2-19
Translated into Chinese by Willam Zhou

***

گلهای خشخاش شکفته‌اند

گلهای خشخاش شکفته‌اند
لب‌های بهار را خونین می‌کنند
با قرمز جنون‌آمیزشان.
زفیر را می‌بوسند
تا گلبرگ‌ها را یکی یکی باز کنند
فوران شکوفه‌ها در دامن زمین.
خون روحشان را از رگ‌ها چکه‌ می‌کنند
تا عشق بیشتری برای فردا بیاورند.

اگران شله( آلبانیا- بلژیک)
ترجمه از سپیده زمانی
Translated into Farsi by Sepideh Zamani

***

NAMUKADKAD ANG MGA AMAPOLA

Bumulaklak na ang mga amapola.
Pinatingkad nila ang mga labi ng tagsibol sa nagngangalit na kulay pula.
Hinahagkan nila ang simoy
upang isa-isang mamukadkad ang mga talulot
mula sa sinapupunan ng lupa.
Pinatutulo nila ang dugo ng kanilang mga kaluluwa mula sa mga ugat
Upang magdala ng higit pang pagmamahal para sa kinabukasan.

AGRON SHELE (Albania – Belgium)
Translation into Filipino Language-Eden Soriano Trinidad

***

DIE MOHNBLUMEN HABEN GEBLÜHT

Die Mohnblumen haben geblüht.
sie erhellen die Lippen des Frühlings
mit ihrem wahnsinnigen Rot.
Sie küssen den Zephir
damit die Knospen eine nach der anderen sich entfalten
zu Blüten, die aus dem Busen der Erde hervorbrechen.
Sie lassen das Blut ihrer Seelen aus den Adern tropfen
um dem Morgen mehr Liebe zu bringen.

AGRON SHELE (Albanien – Belgien)
Übersetzung Germain Droogenbroodt – Wolfgang Klinck

***

ΟΙ ΠΑΠΑΡΟΥΝΕΣ ΑΝΘΙΣΑΝ

Οι παπαρούνες άνθισαν
λάμπουν στα χείλη της άνοιξης
με το βαθύ τους κόκκινο.
Φιλούν το ζέφυρο
κι ανοίγουν ένα ένα τα πέταλα
σαν απ’ τα βάθη της γης
κι απ’ τίς φλέβες το αίμα χύνουν της ψυχής
να βάψουν το μέλλον με αγάπη.

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη
Translated into Greek by Manolis Aligizakis

***

הפרגים פרחו

/ אגרון שֶׁלֶ
AGRON SHELE (אלבניה-בלגיה)

הַפְּרָגִים פָּרְחוּ.
הֵם מְאִירִים אֶת שִׂפְתֵי הָאָבִיב עִם
הָאָדֹם הַמְּטֹרָף שֶׁלָּהֶם.
הֵם מְנַשְּׁקִים אֶת הָרוּחַ הַקַּלָּה
מְפַלְּגִים אֶת עֲלֵי הַכּוֹתֶרֶת אֶחָד אֶחָד
פּוֹרְצִים בְּלִבְלוּבָם מֵחֵיק כַּדּוּר הָאָרֶץ.
הֵם מְטַפְטְפִים אֶת דַּם נִשְׁמָתָם מֵהַוְּרִידִים
מְבִיאִים עוֹד אַהֲבָה לְמָחָר.

תרגום לעברית: דורית ויסמן
הציור של ון גוך
מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
Translated into Hebrew by Dorit Weisman

***

खसखस खिल गया है

खसखस खिल गए हैं।
वे वसंत के होठों को रोशन करते हैं
अपनी पागल लाल के साथ।
वे हलकी हवा चूम रहे हैं
वे एक-एक करके खिलती हुई
पंखुड़ियों को खोलती हैं
वे पृथ्वी की छाती से
फूल बनकर खिलते हैं
वे रगों से अपनी रूह का खून बहाते हैं
कल के लिए और अधिक प्यार लाने के लिए।
एग्रोन शेल (अल्बानिया – बेल्जियम)
ज्योतिर्मय ठाकुर द्वारा हिंदी अनुवाद l

Hindi translation by Jyotirmaya Thakur.

***

VALMÚINN ER SPRUNGINN ÚT

Valmúinn er sprunginn út.
Hann lýsir upp varir vorsins með
með tryllta rauða litnum.
Hann kyssir goluna
svo krónublöðin opnast hvert af öðru
og gjósa úr skauti jarðarinnar.
Sálarblóð hans drýpur úr æðum
og veitir meiri ást á morgun.

AGRON SHELE (Albaníu – Belgíu)
Þór Stefánsson þýddi samkvæmt enskri þýðingu Meritu Paparisto og Stanleys Barkan
Translated into Icelandic by Thor Stefansson

***

POPI TELAH MEKAR

Popi merekah mekar.
berseri di bibir musim semi
merah menyala.
Lily hujan dikecup popi
satu demi satu sepal terurai
berdentum dalam bunga dari sanubari bumi.
Mereka menitik darah jiwa dari jalan darah
agar akan datang lebih banyak cinta dibawa

AGRON SHELE (Albania – Belgium)
Translated by Lily Siti Multatuliana (Indonesia)

***

TÁ NA POIPÍNÍ FAOI BHLÁTH

Tá na poipíní faoi bhláth
Cuireann siad béaldath ar an earrach
Lena deargmhire
Séideann siad póga i dtreo na bhflaitheas
Ag scaoileadh a bpiotal ceann ar cheann
Ag spréachadh a ndeirge thar chíocha na cruinne
Sileann an fhuil amach óna gcroíthe
Mar chomhartha grá don chine daonna

AGRON SHELE (Albania – Belgium)
Leagan Gaeilge le Rua Breathnach
Translated into Irish (Gaelic) by Rua Breathnach

***

SONO SBOCCIATI I PAPAVERI

Sono sbocciati i papaveri.
Ravvivano le labbra della primavera,
con il loro rosso folle.
Baciano lo zefiro
per liberarsi dei petali uno ad uno
eruttando i boccioli dal grembo della terra.
Il sangue delle loro anime fanno gocciare dalle vene
per portare più amore domani.

AGRON SHELE (Albanie – Belgio)
Traduzione di Merita Paparisto, Stanley Barkan e Luca Benassi

***

ヒナゲシの花が咲いた

ひなげしの花が咲いた
その狂った赤で春の唇を明るくする
そよ風の神に口づけをし
花びらを一枚ずつはがす
大地の内から花が噴き出し
魂の血を葉脈の上に滴らせ
明日への愛を呼び寄せる

アグロン・シーレ(アルバニア/ベルギー)
Translated into Japanese by Manabu Kitawaki

***

MAUA YA POPPY YAMECHANUKA

Maua ya poppy yamechanuka.
Imeangaza midomo ya msimu wa majira ya machipuko na nyekundu wazimu.
Imebusu zephyr ili kufunua petali zinzochanuka moja baada ya nyingine kutoka kwenye sehemu ya juu ya dunia.
Imedondosha damu ya nafsi zao kutoka kwenye mishipa ili kuleta upendo zaidi kwa ajili ya kesho.

AGRON SHELE (Albania – Belgium)
Watafsiri Merita Paparisto, Stanley Barkan na Bob Mwangi Kihara.
Translated into Kiswahili by Bob Mwangi Kihara

***

KULÎKÊN GANGILIYAN VEBÛNE

Kulîkên gangiliyan vebûne.
Ew lêvên biharê bi soriya
xwe ya cadûyî digeşînin

Ew sirweyê maçdikin
taku gupkên wê li pê hev vebin
geş bibin, ewên ji sîngê erdê dertên.
Ew dihêlin xwîna canên wan ji rehan bêne dilopandin
bona ku beyanî evînê bêtir bîne.

AGRON SHELE (Elbaniya – Belcîka)
Translation into Kurdish by Hussein Habasch

***

РАСЦУТИЈА ПУПКИТЕ

Расцутија пупките.
Ги истакнаа усните на пролетта со
своето лудо црвенило.
Го бакнуваат зефирот
за да ги оддиплат цветните ливчиња едно по едно
еруптирајќи во цут од пазувите на земјата.
Ја капнуваат тие крвта од нивните души од вените
за утрешниот ден да биде
со уште повеќе љубов.

АГРОН ШЕЛЕ (Албанија – Белгија)
Превод од англиски на македонски: Даниела Андоновска-Трајковска
Translated from English into Macedonian: Daniela Andonovska-Trajkovska

***

ZAKWITŁY MAKI

Zakwitły maki.
Ożywiają wargi wiosny
swoją szaloną czerwienią.
Całują łagodny wietrzyk
zrzucając płatek po płatku
wybuchając rozkwitem z łona ziemi.
Sączą z żył krew swoich dusz
by wnieść w jutro więcej miłości.

AGRON SHELE (Albania – Belgia)
Przekład na polski: Mirosław Grudzień – Anna Maria Stępień
Translated to Polish: Mirosław Grudzień – Anna Maria Stępień

***

AS PAPOILAS FLORESCERAM

As papoilas floresceram.
Alegram os lábios da Primavera com
o seu vermelho enlouquecido.
Beijam o zéfiro
para desenbaraçar as pétalas uma a uma
brotando em flor desde o seio da terra.
O sangue das almas goteja desde as veias
para trazer mais amor à manhã.

AGRON SHELE (Albânia – Bélgica)
Tradução portuguesa: Maria do Sameiro Barroso

***

AU ÎNFLORIT MACII

Au înflorit macii
luminând buzele primăverii
cu al lor roșu nebun
de zefir sărutați
petalele-și desfac tot una câte una
într-o înflorire revărsată din inima pământului
picură sângele sufletului în vene
pentru a spori iubirea cea de mâine.

AGRON SHELE (Albania – Belgia)
Traducere: Germain Droogenbroodt și Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

ЗАЦВЕЛИ МАКИ

Зацвели маки.
Ярким красным блеском
впивались весне в губы,
целовали западный ветер,
один за другим распускаясь,
вспыхивая из глубины земли,
падали каплями кровью на землю,
чтобы завтра была любовь.

АГРОН ШЕЛЕ (Албания – Бельгия)
Перевод Гермайна Дрогенбродта
Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой
Translated into Russian by Daria Mishueva

***

PROCVETALI MAKOVI

Procvetali makovi.
Boje usne proleću
vatrenim crvenilom.
Ljube lahor
da im odmota latice jednu po jednu
i da bi buknule u cvetnjak iz nedara zemlje.
Iz vena im kaplje krv njihove duše
da bi donele više ljubavi za sutra.

AGRON SHELE (Albanija-Belgija)
Sa engleskog prevela S. Piksiades
Translated into Serbian by S. Piksiades

***

ANT FLORESSIDU SOS PABAULES

Ant floressidu sos pabaules.
Allirgan sas laras de su beranu cum
su ruju sou allocchiadu.
Basant a su zèfiru
pro ispiculare sos pètalos unu a unu
brotande in flore dae su sinu de sa terra.
Gutiant su sàmbene de sas anima issoro dae sas venas
pro nde leare pius amore a manzanu.

AGRON SHELE ( Albania-Bèlgiu)
Translation Gianni Mascia

***

I PAPARINI SBUCCIARU

Illuminanu li labbra dâ primavera
cu lu so russu foddi.
Bacianu lu zefiru
pi sbrugghiari li pampini a una a una,
sparannu ciuri dû pettu di la terra.
Sangu di l’arma sbrizzianu di li vini
e fannu crisciri chiù amuri pi dumani,

Agron Shele (Albania – Belgium)
Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

***

VALLMON BLOMMAR

Vallmon blommar
Med sin klara röda färg
De kysses av en smekande vind
En försiktig Zephyr
Som vecklar ut
Dess blomblad
Ett efter ett
Vallmon slår ut i Blom
Som en kaskad
Ur jordens sköte
De åderlåter sitt blod
Från sina själars ådror
För att göra mer kärlek
Till i morgon

AGRON SHELE (Albania – Belgium)
Translation: Per Josefsson

***

பாப்பிகள் மலர்ந்து விட்டன

பாப்பிகள் மலர்வ்து விட்டன
இளவேனிர்கால உதடுகளை
தமது அதீதமான கிகப்பு விரத்தில்
பளிச்சிடச் செய்கின்றன.
மெல்லிளம் தென்றலை
ஒவ்வொரு இதழாகத் திறப்பதற்கு
பூமியின் னெஞ்சத்தினின்று
மலர்தல் வெளிவர
முத்தமிடுகிறது.!
தனது ஆன்மாவின் குருதியை
குருதிநாளத்தினின்று தருகின்றது
நாளை, எதிர்காலத்தில்
அதிக அனபைக் கொண்டுவந்து பொழிவதர்க் காக.!
ஆக்கமும் மொழிமாற்றமும்

AGRON SHELE (Albania – Belgium)
Translated by Merita Paparisto and Stanley
Translated into Tamil by DR. N V Subbaraman

Recueil: ITHACA 720
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jean-Daniel (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2022



Illustration: Marfa Indoukaeva
    
Jean-Daniel

I

Ce jour-là, quand je t’ai vue,
j’étais comme quand on regarde le soleil;
j’avais un grand feu dans la tête,
je ne savais plus ce que je faisais,
j’allais tout de travers comme un qui a trop bu,
et mes mains tremblaient.

Je suis allé tout seul par le sentier des bois,
je croyais te voir marcher devant moi,
et je te parlais,
mais tu ne me répondais pas.

J’avais peur de te voir, j’avais peur de t’entendre,
j’avais peur du bruit de tes pieds dans l’herbe,
j’avais peur de ton rire dans les branches;
Et je me disais: «Tu es fou,
ah! si on te voyait, comme on se moquerait de toi! »
Ça ne servait à rien du tout.

Et, quand je suis rentré, c’était minuit passé,
mais je n’ai pas pu m’endormir.
Et le lendemain, en soignant mes bêtes,
je répétais ton nom, je disais: « Marianne… »
Les bêtes tournaient la tête pour entendre;
je me fâchais, je leur criais: « Ça vous regarde?
allons, tranquilles, eh! Comtesse, eh! la Rousse… »
et je les prenais par les cornes.

Ça a duré ainsi trois jours
et puis je n’ai plus eu la force.
Il a fallu que je la revoie.
Elle est venue, elle a passé,
elle n’a pas pris garde à moi.

II

Les amoureux, c’est pour les filles
comme un écureuil dans un arbre;
elles s’amusent à le voir grimper:
sitôt qu’il est loin, il est oublié.
Elles ne pensent qu’à des bagues,
à des chapeaux, à des colliers;
qu’est-ce que çа leur fait qu’on souffre?
sitôt qu’on est loin, on est oublié.

C’est des miroirs à alouettes,
ça brille à distance, mais, quand on est près,
ça n’est plus rien que des morceaux de verre.
Il faut être bien fou pour leur courir après.

Ces filles, c’est comme des poupées
faites avec des ficelles et du carton;
ça a des joues en porcelaine,
ça a le ventre plein de son.

Mais on a beau dire et beau faire,
on n’y peut rien:
quand on est pris, c’est qu’on l’est bien.

III

Je lui demandé pardon dans mes pensées
de l’avoir ainsi méprisée.
Je sais qu’elle est douce et qu’elle a bon coeur.

Je sais qu’elle ne me connaît pas
et qu’il serait bien étonnant
qu’elle eût fait attention à moi
puisqu’elle ne me connaît pas.

Seulement il est dur d’être seul quand on aime.
On est comme fou, on se met en colère,
on pleure, on rit, sans savoir pourquoi.
On n’est pas juste quelquefois,
tant on a mal au coeur qui aime.

Mon coeur a mal, et moi je suis
comme un oiseau qui s’est envolé
et qui ne peut plus se poser,
et qui se sent bien fatigué
loin de son nid.

IV

Elle vit avec sa mère qui est vieille.
Elle l’aide à tenir le ménage.
Elle lave la vaisselle,
elle fait le dîner et les savonnages,
elle travaille du matin au soir:
il n’y a pas beaucoup de filles
qui font comme elle leur devoir.

Quand elle coud, ses doigts vont vite
comme au jeu de pigeon vole,
sa tête se penche sous la lampe,
sous la lampe sa tête se penche,
elle est appliquée et vaillante.

Elle laisse passer les jours
sans regret du temps qui s’en va,
ayant bien employé ses heures.
Le temps s’en va, elle demeure;
et sa vie est comme un ruisseau
qui coule d’un cours bien régulier,
sous les frênes et les noisetiers,
avec les oiseaux qui viennent y boire
et l’ombre errante vers le soir
des arbres noirs sur le ciel rose.

Et les mois et les mois viendront:
quand sera-t-elle comme elle est,
bonne et gaie, à coudre et à faire la cuisine,
dans une maison qui serait à nous,
dans une maison qui serait notre maison?

V

Car, moi, je suis pauvre et sa mère est riche.
Elle a une ferme et des champs,
elle a de l’argent
tout plein son armoire.

Elle a des chevaux, des boeufs et des vaches,
deux domestiques toute l’année,
des ouvriers quand l’ouvrage est pressant;
sa grange est pleine, ses étames de même;
et elle veut un gendre qui soit riche comme elle.

Il faudrait sans doute qu’on vienne
et qu’on lui dise: «Donnez-moi
votre fille, j’ai du bien
autant que vous;
j’ai comme vous des prés, des vaches et des bois,
alors c’est à égalité, n’est-ce pas ? »
Mais qu’on aime sa fille, elle n’y pense même pas.

Elle aura pour gendre un coureur d’auberges,
une espèce de beau parleur
qui fait briller ses écus
pour qu’on sache qu’il a de quoi…
Et je n’ai que mon amour, moi.

Seulement aussi amenez-m’en un
qui travaille davantage,
qui boude moins à l’ouvrage,
qui se lève de plus grand matin.

Je dis que des bons bras, c’est de l’argent comptant;
et je porterais des montagnes,
si on me disait: C’est pour Marianne.

VI

Quand le jour est mort, une lampe brille.
C’est la lampe, la petite lampe
que tu as à ta fenêtre,
Marianne, par les temps noirs,
pour les pauvres gens qui sont sur les routes.

On n’a plus peur; on voit de loin la lampe, on dit:
« C’est la lampe de Marianne,
elle est à coudre dans sa chambre avec sa mère »;
et on va vers la lumière,
parce qu’on sait que la porte s’ouvrira.

C’est comme une étoile, celle
qui guidait les bergers dans la nuit de Noël
et ils ont été amenés par elle
dans l’étable chaude où était la crèche
entre le boeuf et l’âne.

Là où la lampe brille, là aussi il fait chaud.
Celui qui vient pousse la porte et dit bonsoir.
On ne voit pas ses yeux sous son grand chapeau.
Sa moustache est givrée, il se fait déjà tard,
et il tient à la main un gros bâton d’épine.

Moi, je suis comme un papillon de nuit
qui tourne autour de la lumière.
Je me glisse le long des murs comme un voleur
pour te voir par la fenêtre.

Je n’ose pas entrer; je n’ose pas heurter;
je regarde de loin
le linge que tu tiens.
Je reste ainsi longtemps sans bouger de mon coin,
les yeux tendus vers toi,
mais c’est mon coeur qui va pour moi.

Il va vers toi, il se tient bien tranquille;
il est dans l’ombre de tes rideaux
il est dans l’aiguille qui brille,
il est dans le fil que tu casses
de temps en temps entre tes dents.

A quoi songes-tu? Sais-tu que je suis là?
Quand je te vois rêver, je pense que c’est à moi;
je ris ensuite de ma sottise.
Mais j’attends quand même
et sans savoir quoi,
jusqu’à ce que ta lampe s’éteigne.

VII

Le dimanche matin, elle va à l’église.
Le clocher a l’air d’un peu se pencher
pour mieux voir les fleurs dans les prés
comme ferait une petite fille
qui cueille un bouquet en chantant;
et la cloche dans le clocher
sonne d’abord un long moment.

Les femmes passent deux par deux;
elles sont en noir par respect pour le bon Dieu,
elles ont leur psautier dans la main.

Les hommes attendent qu’elles soient entrées
devant le porche en causant du beau temps,
du prix du bétail, des travaux des champs;
et il y a tant d’oiseaux dans les haies
que les branches se balancent
comme quand il fait du vent.

Alors, elle aussi, elle vient, elle a des gants blancs,
une robe bleue, un chapeau de paille;
elle traverse la place,
elle entre, je ne la vois plus.

La cloche se tait, le sonneur descend,
ses gros souliers dans l’escalier
font un bruit comme quand on bat en grange;
les gens dans l’église attendent en silence;
le pasteur, avec sa robe noire,
son chapeau de soie et son rabat blanc,
approche d’un air grave dans l’ombre des arbres.
Et je me sens si seul que je voudrais pleurer…

Je serais sur le banc, assis à côté d’elle;
quand elle chanterait, j’écouterais sa voix
et elle pencherait la tête pour prier.

VIII

Comme tu es jolie sur le petit sentier,
où tu vas, portant ton panier
avec le pain et le café
pour les quatre-heures.
L’ombre des cerisiers glisse sur tes épaules,
il fait chaud, les gens se reposent,
assis dans l’herbe, tout en causant,
et, te voyant venir, ils disent:

« Voilà Marianne avec son panier. »
Ils sont contents, parce qu’ils ont faim,
ayant travaillé qu’ils n’en peuvent plus
et le foin qui sèche sent fort au soleil.

Ils te disent: «Vous avez fait
la paresseuse! »
Tu dis: « Mais non, il n’est pas quatre heures. »
Un des ouvriers regarde à sa montre,
il dit: « Que si! il est quatre heures et cinq! »
Et tout le monde
éclate de rire sans savoir pourquoi.

C’est peut-être que le café
est meilleur quand tu le verses.
Tu fais plaisir à regarder
avec ton gros jupon d’indienne;
tu fais plaisir avec cette façon que tu as
de sourire en tendant la miche
et d’avoir soin qu’on soit toujours servi.

IX

Elle est venue un soir pour la première fois.
Il faisait nuit, elle est venue sans bruit.
Je regardais partout, je ne voyais personne
et j’entendais mon coeur battre dans le silence.
Mais, quand je l’ai vue, j’ai eu presque peur
et j’aurais voulu me sauver.

Elle venait entre les saules,
elle allait lentement, est-ce qu’elle avait peur aussi ?
Ou bien est-ce que c’était de l’ombre ?

Je suis allé vers elle, je lui ai dit bonjour.
« Alors, comme ça, ça va bien? »
« Oui, merci. » Nous n’avons plus su que dire.
Il y avait un arbre, l’étang était tout près,
le vent a passé dans les roseaux
et j’ai senti sa main trembler.
« Écoute, est-ce qu’on fait un petit tour? »
« On nous verrait, non, j’aime mieux… »
« On pourrait s’asseoir. » « Ce n’est pas la peine. »
J’ai voulu parler, mais je n’ai pas pu
et elle était déjà partie.

X

Elle m’a dit: «J’ai bien senti
tout de suite
que tu serais mon bon ami
N’est-ce pas? la première fois
qu’on se voit,
on ne s’aime pas,
pour bien dire, encore,
mais çа vient tout tranquillement
avec le temps.
Parce que, tu sais, ma mère est bien bonne
et je l’aime bien aussi,
mais ce n’est pas tout dans la vie.
On peut travailler du matin au soir
et être bien sage, çа n’empêche pas
qu’on pense parfois à des choses.

On se dit: «Il y en a qui ont des enfants,
il y en a qui se sont fait
des trousseaux d’une beauté
qu’on ne peut pas s’imaginer,
et on rêve à se marier
quand même. »

Elle m’a dit: «Je t’aime tellement
qu’il me faudrait bien venir à cent ans
pour t’aimer jusqu’au bout
et que je ne sais pas si j’y arriverais. »
Elle m’a dit: «Et toi, est-ce que tu m’aimes autant? »
« Ah! lui ai-je dit, qu’est-ce que tu penses? »
Et je lui ai serré la main
tellement fort qu’elle a crié.

XI

J’ai été au soleil et je pensais à toi.
Tu es toujours avec moi,
comme avant, mais avec un sourire,
à présent que je sais que, moi aussi, je vais
à tes côtés dans ta pensée.

Des oiseaux tombaient des branches,
l’herbe était fleurie, les foins mûrissaient;
j’avais ma faux, j’ai fauché,
ma faux allait toute seule.

Je suis revenu chercher la charrette,
j’ai chargé mon herbe; la roue grinçait
comme quand tu chantes pour le plaisir
ou pour te tenir compagnie.

Et puis le soir venu, j’ai pensé : « Que fait-elle? »
Je m’étais assis sur un banc,
j’avais mis mes mains dans mes poches;
je fumais ma pipe, je te voyais venir;
et tu étais dans la fumée
comme un de ces anges avec des ailes bleues
qui sont dans les livres.

XII

Je ne sais pas pourquoi
d’autres fois je suis triste
et je n’ai de coeur à rien faire.
Il faudrait faucher, il faudrait semer,
mais je dis: «Tant pis!» qu’il pleuve ou qu’il grêle,
ça m’est bien égal.
C’est ainsi quelquefois sans raison,
à cause d’une manière qu’elle a eue de me parler,
à cause d’un air qu’elle a eu de me regarder,
à cause de son rire,
à cause de sa voix qui était changée et de ses yeux
qui se sont baissés devant les miens,
comme si elle me cachait quelque chose.

Et pourtant je suis heureux quand même.
Je l’accuse à tort parce que je l’aime.
C’est pour me faire mal, et puis je me repens.
J’ai honte de moi, je me dis: «Tout va bien»;
et le bonheur me revient
comme quand la lune sort
de derrière un gros nuage.

XIII

Si ta mère savait pourtant que nous nous aimons,
et que le soir je viens t’accompagner
jusque tout près de la maison,
si elle savait que nous nous fréquentons
et que, cette fois, c’est pour de bon,
que dirait-elle ?

Elle qui a un front ridé,
des mains noires toutes tremblantes,
elle qui ne se souvient plus
de sa jeunesse;
elle qui a oublié le temps où elle allait danser,
et qui ne sait plus ce que c’est
tout le bonheur qu’on a d’aimer,
ta mère, qu’est-ce qu’elle penserait?

Nous ne parlons pas de ces choses
pour ne pas gâter notre bonheur;
nous nous regardons seulement
pour nous redonner du courage.
Car nous ne faisons rien de mal,
n’est-ce pas? il est naturel
d’être amoureux comme nous sommes;
ils ont tous été comme nous.
Et je dis: «Vois-tu, il faudra s’aimer d’autant plus,
d’autant plus fort, d’autant plus doux;
alors peut-être que ta mère aura pitié,
et elle nous laissera nous aimer. »

XIV

Marianne a pleuré, il faisait du soleil,
la cuisine était rose.
Ses larmes coulaient sur ses joues.
Elle a pris son mouchoir, elle a pleuré dedans,
elle s’est assise, n’ayant plus de force.

«Est-ce que c’est vrai que tu l’aimes tant? »
Marianne n’a rien répondu.
«J’aurais voulu pour toi quelqu’un d’autre. »

Marianne a secoué la tête.
«J’ai la raison que tu n’as pas,
j’ai connu la vie, je suis vieille.
Il n’y a pas que l’amour,
l’amour est beau, mais l’amour passe,
tandis que l’argent, ça dure une vie
et qu’on en laisse à ses enfants.»

Marianne a pleuré si fort
qu’on l’entendait depuis dehors.

« Mais maintenant que je t’ai dit ce que je pensais,
je ne voudrais pas te faire de la peine.
Prends ton amoureux si tu l’aimes… »

Marianne a levé la tête
et elle a cessé de pleurer.
« Je crois que c’est un bon garçon,
il aura soin de la maison,
il ne boit pas, il est sérieux,
eh bien, puisque tu le veux,
mariez-vous et soyez heureux. »

Elle a embrassé sa mère sur le front,
elle l’a prise par le cou:
«Tu permettras que je te l’amène?…
Tu verras que j’avais raison. »

XV

Le jour de notre noce, j’y pense tout le temps,
il fera un soleil comme on n’a jamais vu;
il fera bon aller en char
à cause du vent frais qui vous souffle au visage,
quand la bonne jument va trottant sur la route
et qu’on claque du fouet pour qu’elle aille plus fort.
On lui donnera de l’avoine,
en veux-tu, en voilà;
on l’étrillera bien qu’elle ait l’air d’un cheval
comme ceux de la ville;
et trotte! et tu auras ton voile qui s’envole,

et tu souriras au travers
parce qu’il aura l’air
de faire signe aux arbres
comme quand on agite un mouchoir au départ.

On se regardera, on dira: « On s’en va,
on commence le grand voyage;
heureusement qu’il n’y a pas
des océans à traverser. »
Et quand nous serons arrivés,
la cloche sonnera, la porte s’ouvrira,
l’orgue se mettra à jouer;
tu diras oui, je dirai oui;
et nos voix trembleront un peu
et hésiteront à cause du monde
et parce qu’on n’aime à se dire ces choses
que tout doucement à l’oreille.

XVI

Notre maison est blanche, elle est sous les noyers,
ta mère tricote près de la fenêtre;
iI fait chaud, on va moissonner,
mais, comme les foins sont rentrés,
on a un moment pour se reposer.

Tu mets les verres sur la table pour le dîner.
Du rucher, je te vois passer dans la cuisine,
et ta chanson me vient parmi
le bourdonnement des abeilles.

Ta mère s’est levée, elle a mis son tricot
et ses aiguilles dans la corbeille;
elle a l’air heureux de vivre avec nous,
nous sommes heureux de vivre avec elle.

Ne sommes-nous pas heureux de nous aimer,
d’être ensemble, de travailler,
de voir mûrir les foins, les moissons se dorer,
et, plus tard, vers l’automne,
les arbres plus lourds du poids de leurs fruits
jusqu’à terre se pencher?

Tu vas dans la maison, faisant un petit bruit,
et, du matin au soir, c’est toi qui veilles à tout;
pendant que, moi, je vais faucher
et que les chars rentrent grinçants,
hauts et carrés,
comme des petites maisons roulantes.

VII

Un jour je te verrai venir un peu plus lasse
et lourde d’un fardeau que tu n’as pas connu,
tandis que s’épaissit ta taille,
marchant dans le jardin où les roses fleurissent
et je t’aimerai encore un peu plus.

Je songe que tu portes deux vies
et qu’il me faut donc t’aimer doublement
pour toi-même et puis pour celui
qui va naître de tes souffrances.

Je sens que j’ai grandi vers de nouveaux aspects
d’où le monde paraît avec des tristesses,
mais missi avec des joies accrues en nombre;

et, quand je sens ta main s’appuyer sur mon bras,
et l’ombre de ton front se poser sur ma joue,
il me semble avancer sûrement avec toi
vers la réalisation d’une promesse.

XVIII

L’enfant que nous aurons ne nous quittera pas.
Il grandira dans la campagne.
Il sera paysan comme nous.
Il portera la blouse comme son père a fait,
et, comme son père, il traira les vaches;
il fera les moissons, il fera les regains,
il fauchera les foins;
il étendra peu à peu son domaine;
et, lorsque nous serons trop vieux,
quand l’heure du repos sera pour nous venue,
il nous remplacera, maître de la maison.

Il aimera comme nous avons aimé;
les jeux de nos petits-enfants
entoureront notre vieillesse.

Ce sera une après-midi de beau temps;
je serai assis au soleil,
j’aurai joint les mains sur ma canne,
il fera clair sur la campagne;
et toi, utile encore avec tes vieilles mains,
tu iras et viendras, tout près, dans le jardin,
nous acheminant ainsi ensemble
vers l’autre repos, qui est sans fin.

Nos derniers jours seront paisibles,
nous aurons fait ce que nous devions faire;
il y a une tranquillité qui vient,
une grande paix descend sur la terre.

Nous nous parlerons du passé:
te souviens-tu du jour où tu avais pleuré,
te souviens-tu du jour de nos noces?
on avait sonné les deux cloches
qu’on voyait bouger en haut du clocher.

Te souviens-tu du temps des cerises
et on se faisait avec des boucles d’oreilles,
et du vieux prunier qu’on secouait
pour en faire tomber les prunes?

Le cadet des garçons arrive alors et dit:
«Grand’mère, la poule chante,
elle a fait l’oeuf. »
«Va voir dans la paille, mon ami.»
Et nous sourions de le voir qui court
tant qu’il peut, à travers la cour,
sur ses grosses jambes trop courtes.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Vieille Lise (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2022




    

La Vieille Lise

Quelquefois, le soir, quand on est assis
et qu’il commence à faire nuit,
la vieille Lise
se met à parler du temps passé.

Elle dit:
« On était plus heureux qu’aujourd’hui,
pour sûr, on ne sait pas pourquoi;
on travaillait peut-être davantage,
mais on savait mieux s’amuser;
ça vient des temps qui sont changés,
ce qui est passé est passé. »

Elle reste un moment sans parler,
tout le monde fait silence.

« Quand la moisson était finie,
tard vers la nuit tombante on rentrait;
les filles étaient perchées au fin haut du char,
les hommes suivaient,
on chantait
toutes les chansons qu’on savait.
On avait fait un vrai repas de noces;
il y avait du rôti, du poulet,
les gens étaient assis jusque sur le pas de la porte.
Et encore que le vin n’était pas ménagé
et pour rire, on sait rire, et, quand on a mangé,
ah! ces histoires qu’on se raconte !
Les vieux d’autrefois aimaient à parler.
La jeunesse dans la cour
brûlait la dernière gerbe.
On faisait un grand feu et on dansait autour.

Même qu’une fois pour rire
ils m’ont pris mon chapeau,
ils l’ont mis dans le feu.
C’était un chapeau tout neuf,
tout garni de grands rubans roses.
Et, comme j’avais l’air fâchée:
« Ne vous fâchez pas, ça porte bonheur. »
Et la ronde était commencée,
et 1a ronde tournait plus fort
pendant que mon chapeau brûlait. »

(Charles-Ferdinand Ramuz)

 

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE MÊME ARC (António Ramos Rosa)

Posted by arbrealettres sur 28 octobre 2021



Illustration
    
LE MÊME ARC

Je dirais que je ne vois rien et que je ne sais pas.
Quelque chose est en suspens. L’heure en repos.
Je veux être vivant comme une blessure, comme un signe,
pas davantage que la rumeur d’une chose nue.
En ce moment rien n’est confus ni opaque.
Les labyrinthes sont tremblants, transparents.
On dirait que je traverse un jardin et que la vie entière
repose parmi les forces de la cendre
et l’éclat des flammes. Et je m’endors
en sentant la beauté et le temps, le même arc de lumière.

(António Ramos Rosa)

 

Recueil: Le cycle du cheval
Traduction: du portugais par Michel Chandeigne
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le plus souvent, je cherche à triompher d’une peur sans nom (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2021



 

Le plus souvent, je cherche à triompher d’une peur sans nom,
en m’efforçant d’imiter la voix même de l’Ennemi.
Le poème se prête sans fin à cette poursuite d’un accent.
Quand je crois m’en être rapproché davantage, l’inquiétude se dissipe.
C’est moi qui parle: il est volé.

(Jean Tardieu)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pleurer sa mère (Albert Cohen)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2021



Pleurer sa mère,
c’est pleurer son enfance.

L’homme veut son enfance, veut la ravoir,
et s’il aime davantage sa mère
à mesure qu’il avance en âge,
c’est parce que sa mère,
c’est son enfance.

J’ai été un enfant,
je ne le suis plus
et je n’en reviens pas.

(Albert Cohen)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Partout et toujours (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 30 avril 2021



Partout et toujours
On a dressé,
On a levé des pierres
Contre le ciel,

Mais les morts,
On les a couchés

Sans doute pour ne pas davantage
Les fatiguer.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

MÉTAPHYSIQUE (Nuno Jùdice)

Posted by arbrealettres sur 2 février 2021




    
MÉTAPHYSIQUE

La tasse de café devant lui, il allume
une cigarette. Ne veut rien savoir de l’inspiration
des vers de hasard, des destinations aussi vagues
que le cours des fleuves. Il est probable
que le temps ne l’effraie pas; que la mort
ne soit, pour lui, pas davantage qu’une
idée sans réalité visible ; que
ses yeux ne laissent rien transparaître
qu’une vie abstraite coïncidant
avec l’âme. Parfois, il pense à répondre
aux questions qui lui sont posées. Mais
il ajourne ces moments. Il préfère maintenir
la silencieuse obstination du présent,
comme s’il durait, et que le café
n’avait pas refroidi dans sa tasse.

(Nuno Jùdice)

 

Recueil: Un chant dans l’épaisseur du temps suivi de méditation sur des ruines
Traduction: Michel Chandeigne
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CLAIR DE LUNE (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 3 décembre 2020




    
CLAIR DE LUNE

La lune bleuit le jardin et, dans l’ombre, Zeineh rêve.
Elle est accroupie tout au bord du ruisseau limpide,
un jasmin aux lèvres, l’âme resplendissante d’amour.
Chaque battement de son cœur scande le nom du bien-aimé
et la chanson de l’eau le lui répète.
Zeineh sourit ; la fleur de jasmin palpite.
L’heure s’écoule. Le jardin bleuit davantage.
La lune a quitté le palmier dentelé et glisse derrière la colline ;
un rossignol prélude ; ses notes énamourées s’égrènent une à une dans la nuit écouteuse.
Zeineh lève le visage et rit.
Mais la fleur de jasmin s’est échappée de ses lèvres.
Elle est recueillie par le ruisseau où ne se mire plus la lune.
Zeineh tressaille. Son regard cherche les pétales tombés au fil du courant.
Mais le courant a emporté la fleur de jasmin et, là-bas,
la grenouille mélancolique semble pleurer une joie évanouie.
La fleur de jasmin est loin ; elle parfume l’eau fuyante.
Dans le cœur de Zeineh plus rien, que le souvenir du parfum.

(Anonyme)

 

Recueil: Ghazels – Poemes persans
Traduction: Marguerite Ferté
Editions: http://www.ebooksgratuits.com

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PAGE LUE (Anonyme)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2020



Illustration: Oleg Zhivetin
    
PAGE LUE

Je ne l’avais point encore aperçu
Que – déjà – il me trouvait belle.
Je ne lui avais point encore souri
Que – déjà – il avait éprouvé qu’il m’aimait.
Je ne lui avais point encore parlé
Que – déjà – il m’avait juré un amour éternel
Et quand – après – je l’ai regardé,
Il a détourné les yeux.
Et quand – après – je lui ai souri,
J’ai senti son cœur rassasié.
Et quand – après – j’ai balbutié « Je t’aime »
Il m’a répondu : Assez ! Azizé me plaît davantage.

(Anonyme)

 

Recueil: Ghazels – Poemes persans
Traduction: Marguerite Ferté
Editions: http://www.ebooksgratuits.com

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :