Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(David Vogel)’

À l’heure du crépuscule (David Vogel)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



Illustration: Samuel Van Hoogstraten
    
À l’heure du crépuscule,
sur les brouillards gris de l’automne,
la jeunesse me quittera
à pas feutrés.

Je me tiendrai penché à la fenêtre
et lui lancerai avec tristesse :
«Bon voyage ! »

Sur mon dos frissonnant
la nuit lente grimpera

Se coulant aussi dans mon visage ridé.

Et au loin,
la jeunesse m’aura quitté
à pas feutrés.

(David Vogel)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Moses
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne crains rien, mon enfant (David Vogel)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



 

    

Ne crains rien, mon enfant

Ne crains rien, mon enfant,
Ce ne sont que deux souris
Trottant de la table à la chaise.
Elles sont bien plus menues que toi
Et ne pourront te dévorer.

Ne crains rien, mon enfant,
Ce n’est que l’index mouillé de la pluie
tambourinant sur la vitre.
Nous ne lui ouvrirons pas.

Cache-toi au plus profond de moi
Moi qui suis ta mère.
Nous étendrons la sombre nuit sur nos têtes
Et nul ne saura nous trouver.

(David Vogel)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: L. Schechtman
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a un Dernier Wagon Solitaire (David Vogel)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2017



Il y a un Dernier Wagon Solitaire

Il y a un dernier wagon solitaire sur le point de partir.
Entrons-y et partons
Car il n’attendra pas.

J’ai vu des fillettes partir doucement,
Leurs visages tristes,
Avec l’air honteux et navré,
Comme des couchers de soleil pourpres,
Et des enfants roses potelés,
Qui sont partis simplement
Parce qu’on les avait appelés

Et j’ai vu des hommes
Qui avaient marché fièrement, bien droits, dans les rues de par le monde,
Dont les grands yeux parcouraient
Une vaste étendue,
Eux aussi sont entrés calmement
Et ils sont partis.

Et nous sommes les derniers.
Le jour tombe.
Le dernier wagon solitaire est sur le point de partir.
Entrons-y calmement
Et partons,
Car il n’attendra pas.

(David Vogel)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :