Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘déchoir’

SONNET DES VAINS SOUVENIRS (André Berry)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2020




    
SONNET DES VAINS SOUVENIRS

Souvenirs, Souvenirs, tristes spectres des choses,
Sans étoffes de chair que vous voilà déchus!
Avec quelle rigueur me paraissent recluses
Vos formes de brouillard dans les registres clos!

Des vers inconsistants, d’insaisissables proses
Rendront-ils leur substance à vos êtres abstrus?
Aux implacables dieux, aux intraitables Muses,
Je réclame des corps et n’obtiens que des mots.

Ombres des jours perdus, par les Champs-Elysées
Vous avez beau mener vos mornes thalysies,
Vous avez beau vous tordre en un bal éploré.

Lorsque de nos amours nos mains sont dessaisies,
Vos ouates de vapeur, vos gazes irisées
Ne sont qu’un mince emplâtre au coeur endolori.

(André Berry)

 

Recueil: Poèmes involontaires suivi du Petit Ecclésiaste
Traduction:
Editions: René Julliard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Horoscope (extraits) (Estelle Fenzy)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2020




    
Horoscope (extraits)

Je me regarde dans les miroirs, les rétroviseurs, les baies vitrées.

J’ai glissé les cendres de mon corps d’enfant sous le tapis du salon.

Je renais. Apprivoise ma gestation. Je me deviens.

Ravie de mes essais de maquillage, arc en ciel au visage, miroir mon beau miroir ?

Tu vas voir le diable !

Ma grand-mère menace gentiment. Le Diable c’est sa grande affaire. Tout comme le bon Dieu, d’ailleurs.

Plantée face à mon reflet, je me dis qu’avant d’être en colère, désobéissante, orgueilleuse et puis déchue,
j’ai bien le temps d’être un ange.

(Estelle Fenzy)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: Revue Décharge n°182 de l’été 2019
Traduction:
Editions: Revue Décharge

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dire la Beauté (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2019



Dire la Beauté serait affadir
Déchoir qu’exprimer la magie
Il est un Océan sans syllabes
Dont elles sont les signes
Ma volonté en cherche le vocable,
Échoue, mais goûte
Une Extase comme de Legs —
De mines introspectives —

***

To tell the Beauty would decrease
To state the spell demean
There is a syllableless Sea
Of which it is the sign
My will endeavors for it’s word
And fails, but entertains
A Rapture as of Legacies —
Of introspective mines —

(Emily Dickinson)

Illustration: Clark Little

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dire la Beauté (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 22 décembre 2018



Dire la Beauté
serait affadir
Déchoir
qu’exprimer
la Magie

(Emily Dickinson)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

A la muse (Alexandre Blok)

Posted by arbrealettres sur 12 décembre 2017



 

A la muse

Tes chants les plus secrets révèlent,
Le présage fatal de la mort,
L’anathème des lois sacrées,
Et l’outrage fait au bonheur.
Et ta force est irrésistible,
Je l’affirme avec la rumeur :
Tu as fait déchoir des anges
Pris au piège de ta beauté…
Et lorsque tu railles la foi
Au-dessus de ta tête, soudain,
Luit, blême, le cercle gris-pourpre
Que j’ai vu luire autrefois.
Méchante ? Bonne ? Tu es autre.
On te dit avec des mots savants :
Pour d’aucuns, tu es Muse et miracle.
Et pour moi tourment et enfer.

(Alexandre Blok)

Illustration: Evelyn De Morgan

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :