Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘définir’

APPROCHES (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2018



 

Alberto Donaire doza-ana

APPROCHES

La poésie n’est pas une manière d’embellir l’existence.
Elle répugne à ce qui est mièvre, ou de l’ordre de la joliesse et de l’ornement.
Elle n’est pas simple divertissement, bien qu’elle concerne
aussi le « Jeu » ; mais là où les mots « jouent » à bousculer nos ancrages.
Là où « jouer » inverse ou renverse l’apparence, la fait pivoter.

*

Il faut au poète une fenêtre sur l’inconnu, un espace que ne gouverne
aucune structure rigide, aucun dogme.
Un regard qui embrasse de vastes et multiples horizons.

*

Définir la poésie est hors de question. Avec sa charge de réel et d’irréel,
son poids de rêve et de quotidien, celle-ci nous devancera toujours.

*

À la question : « Pourquoi écrivez-vous ? »,
Saint-John Perse répond : « Pour mieux vivre. »
C’est ainsi que je le ressens. La poésie multiplie nos chemins ;
nous donne à voir, à respirer, à espérer. Nous offre à la fois
nudité, profondeur et largesse.

(Andrée Chedid)

Illustration: Alberto Donaire

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je crois que sous peu je mourrai (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 20 août 2018




Je crois que sous peu je mourrai.
Mais le sens de mourir ne m’émeut pas,
Je m’avise que mourir ne doit pas avoir de sens.
Ces mots de vivre et mourir sont des classifications comme celles des plantes.
Quelles feuilles ou quelles fleurs ont-elles une classification ?
Quelle vie contient la vie ou quelle mort la mort ?
Tout cela n’est que termes par quoi on définit.
Et une bonne définition est : je continue.

(Fernando Pessoa)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai voulu modifier le temps (Yves Mabin Chennevière)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2018



Illustration: Gilbert Garcin
    
— J’ai voulu modifier le temps,
brouiller les heures et les jours,
me souvenir des lendemains,
imaginer de possibles passés,
donner à chaque instant présent
l’imprécision de l’instant vécu,
l’attrait trouble de l’instant à vivre,

J’ai voulu modifier l’espace,
donner au lieu où je vis
la forme d’un lieu d’ailleurs,
confondre les éléments communs
à tous les paysages connus,
définir le lieu où je vis
ni par son nom ni par son histoire,
mais par le ciel, le vent, le froid,
la chaleur, la vallée, le fleuve,
la montagne, le rivage, la mer ;

(Yves Mabin Chennevière)

 

Recueil: Variations du sensible
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je brûle de définir ce nom (Pierre Emmanuel)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2018



    
Je brûle de définir
Ce nom — le seul qui m’importe
D’homme que partout je porte
Sans jamais le soutenir

Il n’est définition
Qui ne le réduise en cendre
L’esprit ne se peut comprendre
Que dans sa combustion.

(Pierre Emmanuel)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: L’Âge d’Homme

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je sais qui tu es (Carolyn Carlson)

Posted by arbrealettres sur 17 décembre 2017



Illustration: Freydoon Rassouli  
    
Je sais qui tu es
mais si je te définis
tu disparais

(Carolyn Carlson)

 

Recueil: brins d’herbe
Traduction: Jean-Pierre Siméon
Editions: Actes Sud

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Le combat (Pierre Della Faille)

Posted by arbrealettres sur 19 octobre 2017




    

Le combat dans lequel les poètes sont engagés
est difficile.

Ils n’ont accès qu’à leur solitude,
mais ils sont responsables de l’avenir.

Ils doivent définir l’homme futur.
Nous avons fort à faire.

(Pierre Della Faille)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie ne se réduit ni au poème, ni au poète (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 9 septembre 2017



 

Andrej Gorenkov -   (1)

La poésie ne se réduit ni au poème, ni au poète.

Définir la poésie est hors de question.

(Andrée Chedid)

Illustration: Andrej Gorenkov

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | 3 Comments »

Il est plus facile (Georges Bernanos)

Posted by arbrealettres sur 27 février 2017



Il est plus facile que l’on croit de se haïr.
La grâce est de s’oublier.

*

Chacun de nous est tour à tour, de quelque manière,
un criminel ou un saint.

*

L’homme c’est bien malaisé à définir.
Admettons que ça reste un enfant.
Gentil et câlin à ses heures,
mais plein de vices.

*
Lorsqu’un homme crie : « Vive la Liberté ! »
il pense évidemment à la sienne.

(Georges Bernanos)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ô ange de lumière (Jean-Claude Demay)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2017



Ô ange de lumière à l’irrêvée splendeur,fascinante beauté aux formes ravissantes,
admirable joyau de la création, étoile irradiée des érotiques feux,
diamant d’univers étincelant de grâce, très élégante femme aux généreux appâts,
non je ne trouve pas les mots qui conviendraient à définir ton charme ensorcelant d’amour,
ma lyre se taira pour mieux mettre en valeur les éclairs fulgurants de tes yeux envoûtants,
les accents de ta voix aux tendres inflexions et l’éclat de ton corps aux harmonies divines.

(Jean-Claude Demay)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans l’eau (Paul Auster)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2017



 

Dans l’eau — mon absence dans l’aridité. Une fleur.
Une fleur qui définit l’air.
Dans la profondeur du puits, ton corps est fusée.

(Paul Auster)

Illustration: Fan Ho

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :