Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘dégrafer’

LE BOULEAU (Louis Simpson)

Posted by arbrealettres sur 1 mars 2019




    
LE BOULEAU

Bouleau, tu me fais songer
A une chambre pleine des respirations,
Des mouvements et des murmures de l’amour.

Elle quitte ses chaussures ;
Elle dégrafe sa jupe ; les bras levés
Elle enlève une boucle d’oreille, puis l’autre.

C’est ainsi que le tronc blanc
Se divise en deux, et ses branches
Sont pâles et lisses.

***

BIRCH

Birch tree, you remind me
Of a room filled with breathing,
The sway and whisper of love.

She slips off her shoes ;
Ûnzips her skirt ; arms raised,
Ûnclasps an earring, and the other.

Just so the sallow trunk
Divides, and the branches
Are pale and smooth.

(Louis Simpson)

 

Recueil: Nombres et poussière
Traduction:
Editions: Atelier La Feugraie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Vagabondages (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2018




Illustration


Vagabondages

J’ai trahi ma solitude
En la divulguant

Je vois mourir le soleil
Et déchiffre les fenêtres
Où la clarté se dégrade
L’herbe pave le sol

Poussé par des vents
Qui se heurtent aux branches
Aux murs
Et au ciel impassible
Où s’ancrent des nuages
Aux cargaisons de pluie
Je traverse la nuit
À la recherche d’un matin éternel.
Légères
Des brumes flottent
Sur les bois de Vauréal
Et s’accrochent aux arbustes

La colline dégrafe son corsage de verdure

J’arrache des feuilles et des herbes
Et les froisse entre mes mains
Quand je les ouvre le paysage s’échappe
Et l’horizon tremble
Du regard je caresse la colline
Qui s’alanguit

Voyageur du silence
Je coupe le cordon qui me retient à la ville
Et soulève le poids de la boue à mes semelles

La route se déroule sous la poussière
Et je marche sur des cailloux pointus
Pour épouser le mouvement coloré des champs

(Jean-Baptiste Besnard)

Site de Jean-Baptiste

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Le Froid (Leonard Cohen)

Posted by arbrealettres sur 23 janvier 2018




    
Le Froid

Le froid me saisit
et je grelotte
Le vin
a raison de mes larmes
La nuit me met au lit
et les chagrins
me rendent plus résolu
Ton nom se consume
sous une statue
Même quand j’étais avec toi
je voulais être là
La pluie dégrafe ma ceinture
Le vent donne forme
à ton absence
j’entre et sors
du Coeur Unique
sans plus lutter
pour être libre

(Leonard Cohen)

 

Recueil: Le livre du désir
Traduction: Jean-Dominique Brierre et Jacques Vassal
Editions: Cherche Midi

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

GELS, L’UN APRÈS L’AUTRE (László Marsall)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2017




GELS, L’UN APRÈS L’AUTRE

Gels, l’un après l’autre,
en cohorte blanche ;
l’épaule des faibles
comme un bretzel craque.

Où loger sans toi ?
— mon âme frissonne.
Là, tu m’es foyer
que l’aurore enflamme.

Ôte de mes yeux
le plat froid d’hiver,
nourris-moi d’amour
que je ne sois ombre.

Laisse mettre un toit
sur la tour d’aimer —
dégrafe ta jupe
de ta hanche d’or.

(László Marsall)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :