Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘délabrement’

S’effondrer n’est pas le Fait d’un instant (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 13 décembre 2018



S’effondrer n’est pas le Fait d’un instant
Une pause capitale
Les processus de Délabrement
Sont de méthodiques Déclins –

D’abord une Toile d’araignée sur l’Âme
Une Pellicule de Poussière
Une Vrille dans l’Axe
Une Rouille Élémentaire –

La Ruine a des règles – OEuvre diabolique
Lente et cohérente –
Perdre en un moment, ne s’est jamais vu
Glisser – régit la Chute –

***

Crumbling is not an instant’s Act
A fundamental pause
Dilapidation’s processes
Are organized Decays –

‘Tis first a Cobweb on the Soul
A Cuticle of Dust
A Borer in the Axis
An Elemental Rust –

Ruin is formal – Devil’s work
Consecutive and slow –
Fail in an instant, no man did
Slipping – is Crashes law –

(Emily Dickinson)

Illustration: Odilon Redon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DÉLABREMENT (Charles Cros)

Posted by arbrealettres sur 14 février 2018



 

Octave Tassaert La Bohème

DÉLABREMENT

Comme un appartement vide aux sales plafonds,
Aux murs nus, écorchés par les clous des peintures,
D’où sont déménagés les meubles, les tentures,
Où le sol est jonché de paille et de chiffons,

Ainsi, dévasté par les destins, noirs bouffons,
Mon esprit s’est rempli d’échos, de clartés dures.
Les tableaux, rêves bleus et douces aventures.
N’ont laissé que leur trace écrite en trous profonds.

Que la pluie et le vent par la fenêtre ouverte
Couvrent de moisissure acre et de mousse verte
Tous ces débris, horreur des souvenirs aimés!

Qu’en ce délabrement, une nouvelle hôtesse

Ne revienne jamais traîner avec paresse,

Sur de nouveaux tapis, ses peignoirs parfumés

(Charles Cros)

llustration: Octave Tassaert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’INCENDIE (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2015



 

Julie Heffernan  00wi [1280x768]

L’INCENDIE

Qu’allais-tu donc chercher à travers l’incendie
Derrière des vapeurs à la splendeur baroque
Par le secret d’un escalier en loques
Étranglé de lierres écarlates ?

Quel voeu te fit pousser une porte brûlante
Sainte face de feu et de cendre
A la limite d’un monde morne
Sournoiserie silence délabrement ?

Devant toi ce n’est plus maintenant
Que diamants et rubis qui jouent dans la poussière
Que plâtres retombés sur des carreaux de marbre
Avec des statues blanches des armes
Des mains de verre des vases pleins de larmes
Des nègres de velours et des roses passées
Au bas de murs caducs.

Il vient une dame éclatante et funèbre
Tôt apparue tôt disparue tôt reparue
Plus tôt encore nue
Qui est comme l’ombre d’une désolation.

Nue saignante et noire
Une flammèche en ses cheveux défaits
Rouge comme un oeillet qui crèverait la suie.

Foulant aux pieds les pierres
L’or et l’argent le fracas du cristal
Indifférente à l’opulence ou à la ruine
Dans la beauté d’une heure catastrophique.

Et tu la trouveras peut-être bonne actrice
La géante qui s’étend avec tranquillité
Sur le pavement comme sous un couteau
Tandis qu’alentour explose et se disperse
Le luxe fou de son théâtre de toujours
Que mille langues engloutissent.

(André Pieyre de Mandiargues)

Illustration: Julie Heffernan 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :