Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘délavé’

La pluie a serré ma chanson dans ses bras (Emmelie Prophète)

Posted by arbrealettres sur 8 avril 2019



 

Carol Carter -   (4)

La pluie a serré ma chanson dans ses bras
Le rêve se dilue
Les prénoms les envies
Goutte à goutte

Yeux délavés
Quête de mémoire
L’amour est un jeu précipité
Et muet

(Emmelie Prophète)

Illustration: Carol Carter

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Qui donne ses noms et ses chiffres (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2019



Pourquoi mon linge délavé
s’agite-t-il comme un drapeau ?

Suis-je parfois un mauvais drôle
ou chaque fois un bon garçon ?

Nous enseigne-t-on la bonté
ou le masque de la bonté ?

Le rosier du méchant n’est-il blanc,
et noires les fleurs du bien ?

Qui donne ses noms et ses chiffres
à l’innocent indénombrable ?

(Pablo Neruda)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Par les soirs bleus (Sergueï Essénine)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2018



Illustration: Caroline Duvivier
    
Par les soirs bleus, les soirs de lune,
Autrefois j’étais beau et jeune.

Et sans pouvoir s’arrêter tout est
Passé pour ne jamais revenir…

Yeux délavés, coeur refroidi…
Ce bonheur bleu! Ces nuits de lune!

***

(Sergueï Essénine)

 

Recueil: Poèmes 1910-1925
Traduction:
Editions: La Barque

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avec ma gueule de métèque (Georges Moustaki)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2017



 

georges moustaki-en-1972

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Avec mes yeux tout délavés
Qui me donnent l´air de rêver
Moi qui ne rêve plus souvent
Avec mes mains de maraudeur
De musicien et de rôdeur
Qui ont pillé tant de jardins
Avec ma bouche qui a bu
Qui a embrassé et mordu
Sans jamais assouvir sa faim

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
De voleur et de vagabond
Avec ma peau qui s´est frottée
Au soleil de tous les étés
Et tout ce qui portait jupon
Avec mon cœur qui a su faire
Souffrir autant qu´il a souffert
Sans pour cela faire d´histoires
Avec mon âme qui n´a plus
La moindre chance de salut
Pour éviter le purgatoire

Avec ma gueule de métèque
De Juif errant, de pâtre grec
Et mes cheveux aux quatre vents
Je viendrai, ma douce captive
Mon âme sœur, ma source vive
Je viendrai boire tes vingt ans
Et je serai prince de sang
Rêveur ou bien adolescent
Comme il te plaira de choisir
Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d´amour
Que nous vivrons à en mourir

Et nous ferons de chaque jour
Toute une éternité d´amour
Que nous vivrons à en mourir

(Georges Moustaki)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’HEURE CREUSE (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2017



Illustration: Francine Van Hove
    
L’HEURE CREUSE

C’est le matin

Café lové
au fond des mains
j’avale le silence,
étreins
le jour délavé
ses danses,
écoute loin
réveil des pavés

La maison, un désert
encore dérangé
des rires d’hier,
pleine de nuit
attend que je la prépare
aux heures de lumière
le retour en fanfare
des petites vies

Je goûte
à cette paix
de cristal cher
puis je le vivrai
mon temps sur terre
qui s’ajoute

(Carole Zalberg)

 

Recueil: Revue Vagabondages
Editions: Cherche Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OEillet mauve (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 18 août 2017




    
L’OEillet mauve

Fleur qui décores le printemps,
Fleur qui t’effeuilles dans l’automne,
Tu répands les parfums flottants
Où l’âme des jardins frissonne.

Et tu fanes lentement
Dans ta mauve mélancolie,
Triste fragance d’un moment,
Pourpre délavée et pâlie.

Enfant d’un maladif soleil,
Tu réjouis de ta présence
Les vergers d’ombre et de sommeil
Où l’été verse le silence.

Le désir te cueille, le soir,
Pour parer le sein de l’aimée
Qui reflète dans le miroir
Le pli de sa lèvre embaumée.

O charme triste d’un moment !
Penche ta corolle pâlie
Avant de mourir doucement
Dans ta mauve mélancolie.

(Renée Vivien)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Enfin (Dominique Sampiero)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2016



debout devant l’armoire presque
dans la pénombre je suis là avec elle

et tout proche les murs les odeurs la vie

dans le carré des ténèbres je vois tout
nos deux visages se détachent face

à face comme devant l’inconnu et
ce vide entre nous les murs blanchis

à la chaux le carrelage rouge parfois
délavé blessé brisé par l’âge

et la présence

lumineuse

enfin

(Dominique Sampiero)

Illustration: Kees Van Dongen

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’air est enfiévré (Pierre-Albert Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2016



amandier_flrose

L’air est enfiévré.
Et toi, tu ne ressens que la fatigue, l’hébétude.
Cet amandier rose contre le vert des cyprès et le bleu puissant du ciel ?
Non, décidément, tu ne portes pas les couleurs.
Délavé, lavette.

(Pierre-Albert Jourdan)

Illustration

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :