Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘délicate’

CHAQUE JOUR MATHILDE (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2019



CHAQUE JOUR MATHILDE

Aujourd’hui je te dis : Mathilde, tu es longue
comme le corps du Chili, délicate
comme une fleur d’anis,
en chaque branche tu retiens le témoignage
de nos printemps ineffaçables :
Quel jour sommes-nous? C’est le tien.
Et demain c’est hier, il n’est rien arrivé,
aucun jour ne s’est échappé d’entre tes mains :
tu gardes le soleil, la terre, les violettes
dans ton ombre menue lorsque tu dors.
Et ainsi, à chaque aube
tu es là, me tendant la vie.

(Pablo Neruda)


Illustration: Alina Maksimenko

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Marines (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 4 mai 2019



Marines

1

Sirène énigmatique
Et égérie des marins
Tu tiens tout un port dans ta main
Avec tous les navires
Voiles et cheminées
En instance de départ
Amarres bientôt larguées.
Tu refermes la main sur la rade
Et la mer s’éloigne
En agitant le ciel
Tandis que les oiseaux donnent des coups de bec
A la brise du large.
Une ombre de paix se déploie sur la muraille.
Sirène énigmatique
Et égérie des marins
La vague déjà froide te flatte le bas du corps
Tu la chevauches et elle t’enlace
Tu redeviens la fille de l’écume.

2

Beauté délicate
Sous la lumière de la lampe
Et près d’un feu généreux
Tu écoutes l’ombre s’avancer
Et tu finis par la toucher.

Dans le luxe du printemps
Où le jour limpide
Eclaire un horizon de moissons.
Un sang juvénile coule en toi
Et ton regard s’imprègne
Tantôt du vert du feuillage
Tantôt du bleu de la mer
Quand tu foules le sable ravi
Où sautillent de joyeuses vagues
Ou que tu traverses une forêt

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Herbert James Draper

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La première fleur (anonyme eskimo)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2019


DSC_2152

La première fleur du printemps
S’est ouverte sur la neige
Son parfum est étrange
Comme un désir tout neuf
L’haleine de l’été est proche
La fleur délicate en mourra
L’aigle de la montagne
N’en saura rien

(anonyme eskimo)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La bouche d’Amaranthe (Pierre de Marbeuf)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2019



 

Sung Jin Kim  Realistic-Lips-Paintings-10-498x296

La bouche d’Amaranthe

Beau corail soupirant, ce pourpre qui me flatte
Allaite d’espérance et d’amour mes esprits :
Belle et petite bouche où s’enfante un souris,
Qui semond à baiser votre vive écarlate.

Vos dents riches remparts d’une voix délicate,
Dessus les diamants emporteront le prix :
Si de votre douceur ils sont tant favoris,
Que votre langue veuille être leur avocate.

Vermeillon merveilleux, prison des libertés,
Trésor de l’Orient, blanches égalités,
Ô rempart précieux que j’assauts d’espérance,

Belles dents, petits dés, avec lesquels l’amour
Gagna mes libertés et mon coeur l’autre jour,
Aujourd’hui livrez-moi quelque meilleure chance.

(Pierre de Marbeuf)

Illustration: Sung Jin Kim

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AMANTS (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 12 novembre 2018




AMANTS

une fleur
non loin de la nuit
mon corps muet
s’ouvre
à la délicate urgence de la rosée

(Alejandra Pizarnik)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

ιμερρω (Ezra Pound)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018




ιμερρω

Ton âme:
Délicate car assouvie,
Atthis.
Ô Atthis
Tes lèvres me manquent.
Tes seins menus.
Ô sans-repos, ô vierge.

(Ezra Pound)

Illustration: Le Titien

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

lMPRESSIONS ÉTRANGES D’UN PETIT PAYSAGE (Saisei Murô)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2018


 


Vincent Van Gogh   Abricotiers en fleurs mars 1888

 

lMPRESSIONS ÉTRANGES D’UN PETIT PAYSAGE
SHÓKEI IJÔ

1.
Ces menus poissons blancs sont tristes
Et vraiment leurs prunelles noires
Leurs prunelles sont délicates!
Déjeunant dehors
Indifférence
Et mélancolie
Pourquoi écouterais-je les oiseaux? Ils ne cessent de chanter.

2.
Pays natal : au loin, on y pense
Triste, on te chante
Et même si dans la misère
Il faut être mendiant en terre étrangère
Il n’y a pas de retour!
Seul dans le soir de la ville
J’aurai des larmes pour mon pays natal
Et c’est ainsi
Que j’irai dans cette ville lointaine
Que j’irai dans cette capitale

3.
J’ai perdu ma montre en argent
Et j’ai perdu mon coeur
Sous le pont il y a si peu d’eau dans la rivière
Sur le pont je m’appuie et je pleure

4.
Du fond de mon âme
Pousse une verdure
Il n’y a rien, et pourtant
Montent les larmes du repentir
Creusant doucement la terre
Montent les larmes du repentir

5.
Quel désir écrira ma chanson?
En un instant s’ouvrent les pruniers
Je me plonge dans leur fraîcheur
Calme et campagne
Aujourd’hui maman m’aura grondé encore
Je suis venu sous les pruniers

6.
Abricotiers!
Sortez vos fleurs
Oh, terre, mets-toi vite à briller!
Abricotiers! Fleurissez!
Abricotiers! Flamboyez!
Ah, Abricotiers! Sortez vos fleurs!

Abricotiers! Flamboyez!
Ah, Abricotiers, fleurissez!

(Saisei Murô)

Illustration: Vincent Van Gogh

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Illustre calcédoine (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 3 octobre 2017



Illustre calcédoine,
honneur du ciel,
délicate,
ovale, claire, entière,
ressuscitée,
je célèbre la douceur de ton feu,
la dureté sincère
de l’hommage dans l’anneau frais
de la jeune fille, tu n’es pas
l’enfer hors de prix du rubis,
la personnalité de l’émeraude.
Tu es plutôt la pierre des chemins,
toute simple comme le chien,
opaque dans la migration sans fin
de l’eau,
proche du bois
et de l’odeur de la forêt,
la fille des racines
de la terre.

(Pablo Neruda)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La main délicate d’une femme (Tommaso Landolfi)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2017



La main délicate d’une femme
Nous tirait. Mais où ? – Un labyrinthe,
Un fouillis d’ifs et de buis…
Et après ? As-tu vraiment trouvé le fond,
Le sens premier de ces ardents baisers ?

Oh, furieux désir
D’éternité toujours déçu, assauts
Non de toi, femme : de l’infini.

***

La mano delicata d’una donna
Ci traeva. Ma dove ? – Un laberinto,
Un’ambage di bossoli e di tassi…
Et poi ? Davvero tu trovavi il fondo,
Il senso primo in quei struggenti baci ?

O furioso volere
D’eternità sempre deluso, assalti
Non a te, donna : all’infinito.

(Tommaso Landolfi)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La naissance (Aïcha Arnaout)

Posted by arbrealettres sur 1 mai 2017




La naissance

Qui ne naît pas orphelin
à l’ère des roses artificielles et des relents d’acide ?
Qui peut encore reconnaître le sein de sa mère
après le premier cri
les premières larmes ?

La poignée de la porte bouge
en même temps que l’os du bassin
Et avant que le petit poumon ne se gonfle
de la première bouffée d’air
les chaînes se referment sur les mains délicates

Puis commence la reptation
sur des gradins inconnus
de potences et de boucliers de braise
alors que les canons des fusils
sont toujours braqués
sur les babils interdits

(Aïcha Arnaout)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :