Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘déménager’

AU CIEL (Blanca Castellón)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2019



Illustration: Elisabeth Gecius
    
AU CIEL

Déjà enfant je voulais visiter le ciel
J’ai réussi à l’atteindre grâce
aux poèmes
aux avions
et aux rêves

si je meurs je pense déménager vers la région bleue
déjà je m’emploie à organiser mon séjour éternel
avec son fondateur

plus qu’un impatient j’attends mon arrivée.
Dieu qui nous connaît tous et comprend mon désir
ne permettra pas que je reste errer sur terre pour l’éternité
couvert de vers qui de mon vivant n’ont jamais montré
la moindre affection pour mon humanité.

(Blanca Castellón)

Recueil: ITHACA 584
Traduction: Français Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache /

Editions: POINTS

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Paradis (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 24 avril 2019



paradis_Rodolpho Arellano

 

Qui n’a pas – ici-bas – trouvé le Paradis
En haut ne le trouvera pas plus –
Car les Anges louent la Maison suivant la nôtre,
Que nous déménagions n’importe où –

***

Who has not found the Heaven – below –
Will fail of it above –
For Angels rent the House next ours,
Wherever we remove –

(Emily Dickinson)

Illustration: Rodolfo Arellano

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

MARGUERITE AMÉRICAINE (Ron Padgett)

Posted by arbrealettres sur 24 octobre 2018




    
MARGUERITE AMÉRICAINE

Rien ne se passe
de la façon
que l’on croit.
Prenez cette petite fleur
dans mes mains et laissez-la
suivre les pensées qu’elle vous inspire.
Et alors elle pousse
et prend la tête
de Marguerite la vache qui parle,
c’est ma grand-mère jeune
qui grandit et porte
un déshabillé rose elle est tombée
du ciel qui était
d’un bleu clair et pur
dans un n’importe où
que tu appelais ton chez-toi
qui a déménagé
de dessous toi
dans la lente
rotation de la sphère
que tu appelles une étoile,
une fleur, un esprit.

(Ron Padgett)

 

Recueil: Le Grand Quelque Chose
Traduction: Olivier Brossard
Editions: Joca Seria

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA TORTUE (José Juan Tablada)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2018



 

LA TORTUE

Même si elle ne déménage jamais,
cahin caha, comme le camion du déménageur,
la tortue suit le sentier.

(José Juan Tablada)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Déménager (Georges Perec)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018



Déménager

Quitter un appartement.
Vider les lieux. Décamper.
Faire place nette.
Débarrasser le plancher.
Inventorier ranger classer trier
Éliminer jeter fourguer
Casser
Brûler
Descendre desceller déclouer
décoller dévisser décrocher
Débrancher détacher couper tirer
démonter plier couper
Rouler
Empaqueter emballer sangler
nouer empiler rassembler
Entasser ficeler envelopper
protéger recouvrir entourer
serrer
Enlever porter soulever
Balayer
Fermer
Partir.

(Georges Perec)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

Elle rêve au ciel elle rêve aux anges (Valérie Rouzeau)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2017



Elle rêve au ciel elle rêve aux anges,
mais là du toit nouveau le rêve déménageait

(Valérie Rouzeau)

Illustration: Aron Wiesenfeld

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

La rue de l’enfance a déménagé (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2016



La rue de l’enfance a déménagé.
Et la robe rouge
rouge
couvre la nudité de l’amour,
à la belle étoile, dans le vallon.

D’obscurs symboles se multiplient.
Guerre, vérité, fleurs?
Des laboratoires platoniques mobilisés
vient un souffle qui brûle les visages
et dissipe, sur la plage, les mots.

L’obscurité s’étend mais n’élimine pas
le succédané de l’étoile dans nos mains.
Comme de nous-mêmes brillent certaines parties! Ce sont ongles,
bagues, perles, cigarettes, lampes,
ce sont des parties plus intimes,
pulsation, halètement,
et l’air de la nuit fournit le strict nécessaire
pour continuer, et nous continuons.

(Carlos Drummond de Andrade)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PEAU (Alain Bosquet)

Posted by arbrealettres sur 5 novembre 2016



PEAU

Viens habiter ma peau. N’apporte
que ta moiteur, un jeu de dés,
l’étoile à pendre sur la porte,
ton sang, le soleil démodé.
J’aurai l’accord de ce concierge
qui se méfie de moi : mon coeur.
Pour que ta chair devienne vierge,
il faut mêler nos impudeurs.
Voici le bail : tu dois renaître.
On ne demande aucun impôt,
mais si mon corps aux cent fenêtres
te plaît, viens habiter ma peau.
Installe-toi, ma locataire.
Je déménage; c’est le sort
de ceux qui vivent solitaires :
même leur peau les met dehors.

(Alain Bosquet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La nuit (Yannis Ritsos)

Posted by arbrealettres sur 2 juillet 2016



La nuit, j’entends les servantes qui déménagent mes meubles;
elles les descendent par l’escalier, — un miroir, porté comme une civière,
réfléchit les moulures rongées du plafond; une vitre heurte les grilles
— elle ne s’est pas brisée;
le vieux manteau sur le cintre soulève un instant ses bras vides,
les refourre dans ses poches;

(Yannis Ritsos)

Illustration: Guy Delahaye

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »